22 juillet 2016

Le RADEAU et le RIVAGE : philo-sophie

  Voici une évidence  : sujet, rejet. Ou, dans l'ordre chronologique : rejet, sujet. Le rejet c'est l'acte fondateur, c'est par là qu'il faut commencer. Ce qui n'implique pas qu'il faille y rester. Si le rejet est sincère et définitif il n'y a pas lieu de s'y éterniser. Ce qui est fait, bien fait, n'est plus à faire. L'autre jour une personne me demandait si la philosophie n'entraîne pas un questionnement infini, et tel qu'aucune réponse est à jamais impossible. Ce n'est pas mon avis. Quand un problème est clairement... [Lire la suite]

15 février 2016

DU KARMA et de la LIBERATION

    Je me pose la question : présentement, qui suis-je ? Je note d'abord que j'utilise ce verbe "être" sans être dupe  : ce n'est qu'une commodité de langage qui n'implique nullement une quelconque essence stable ou permanente. Il se trouve que selon l'usage de la langue française je ne puis dire autrement. Je dirai être", de moi, comme je dirais d'une plante ou d'un nuage, à cette différence près, qui n'est pas nulle, que je suis celui qui peut dire "je suis", redoublant de la sorte l'existence physique d'une sorte... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:34 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 décembre 2015

LIBERTE et VERITE

  Je parle quelquefois de liberté, j'utilise le terme, mais toujours avec circonspection, réserve et méfiance. Je crains de tomber dans la facilité, considérant le peu de raison que nous pouvons avoir de nous attribuer une faculté si noble, si rare, si improbable. En réfléchissant à nos conduites nous y verrons bien plutôt la marque infaillible de la dépendance, de la culpabilité ou de l'aliénation. "Pas d'effet sans cause" nous enseigne la raison, et "pas de cause sans effet". A ce registre-là il n'existe jamais d'acte libre,... [Lire la suite]
31 janvier 2014

De la LIBERATION, et de la modestie

    La grande leçon des Upanishads c'était la formule canonique: "Tu es Cela" (tath twam asi). Elle signifiait une identité ultime entre l'âme individuelle et l'âme du monde, entre l'Atman et Brâhman. J'y ai longtemps été insensible, et réticent. Cette idée me semblait bien trop mystique et spéculative, surtout que la notion d'âme charrie avec elle tant de connotations religieuses, voire cultuelles, qui pour un Occidental évoquent une tradition de servitude et d'obscurantisme. Il me semble aujourd'hui qu'on peut y voir... [Lire la suite]
07 mars 2011

Une ENIGME de THALES

Il disait que la mort ne diffère en rien de la vie. "Et toi donc, dit quelqu'un, pourquoi ne meurs-tu pas?" "Parce que cela ne fait aucune différence" dit-il (Diogène Laerce I, 35). Comme cette énigme résonne étrangement à nos oreilles de modernes, qui, convaincus de la réalité du moi, pensons la mort comme le contraire absolu de la vie, sa négation absolue. Mais les Anciens ne sentaient pas les choses ainsi. Ils ne croyaient pas à la substance du sujet, plus encore, ils n'envisageaient même pas que l'on pût croire à l'existence... [Lire la suite]
25 mai 2009

De la FELICITE de NATURE

Je crois avoir défini à peu près en quoi consiste le continuum psychique. Métaphoriquement c'est une ligne de sensation interne, de sentiment et de pensée, qui établit, contre les fluctuations de l'affect et le hasard des idées, la constance interne et la continuité de la conscience. Cette ligne ne va pas de soi, elle est l'oeuvre du MOI. Aussi est ce dans Epicure que nous trouvons les éléments discriminants qui permettent de la penser comme l'oeuvre du philosophe : plaisir de penser, pensée du plaisir. Et non point dans la vertu... [Lire la suite]
11 mai 2009

Des QUATRE PRINCIPES de BOUDDHA

Il est de la plus haute importance pour la philosophie et la philothérapie de mettre au centre de la recherche l'énonciation des quatre principes indépassables du Dharma, la Loi Bouddhique. 1) Impermanence de toute réalité, de tout phénomène ou de toute chose en général : ANICCA. Cela est évident pour les phénomènes physiques : tout coule, rien ne demeure. Et pour les phénomènes psychiques, encore plus évidemment fluctuants, mobiles, évanescents. 2) Souffrance, si par là on entend une donnée fondamentale de l'existence selon... [Lire la suite]