LE JARDIN PHILOSOPHE : blog philo-poiétique de Guy Karl

19 août 2017

LE DESIR ECARLATE : poésie

Recueil poétique (Guy Karl) : sur commande chez l'éditeur

 

                                                                                                

Projet2

Posté par Democrite à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


18 août 2017

LE CHANT DES ORIGINES : Chant Premier : (1) prologue

 

                 LE CHANT DES ORIGINES                         

 

                                                                                    Aux amis d'aujourd'hui et de demain

                                                                     Amants de la vérité

                          CHANT PREMIER

 

                                   1  

 

                             PROLOGUE

 

 

 

     O Muse, c'est toi souveraine qu'invoque le poète, ô Muse,

      Mais où es-tu, où donc es-tu ô Muse ? J'invoque en vain

      La douce musique de ton nom. Serais-tu donc

      Avec les anciens dieux descendue aux Enfers,

      Nous laissant seuls, sans voix, sans espérance,

      Tels des enfants abandonnés ? J'erre par les rues désertes

      Et le coeur me fait défaut, et ma pensée bredouille

      Comme des mots d'enfants dans les ténèbres.

      Mais quoi, il faut tenir jusqu'au coeur de l'absence,

      Persévérer, marcher dans la soif et la peur,

      Traverser le désert de l'âme, assumer la douleur

      D'être seul, ignoré, ignorant, jusqu'au puits d'abondance

      D'où couleront, parmi les fleurs, les vignes, les senteurs d'orangers,

      Ces paroles ailées, ces doux accents du poème,

      Que je compose pour toi, ami, dans les matinées claires

      Quand la lumière du jour brille dans le feuillage,

      Quand l'esprit régénéré embrasse toutes choses

      Et contemple, lucide et calme, la genèse du monde.

      Il ne faut rien attendre des dieux, mais l'esprit seul

      De sa solitude, lui-même, doit tirer l'abondance

      Et la musique, et la beauté, le rythme et la cadence

      Qui feront voir en toutes choses le vide et la beauté.

 

 

 

     Les feuilles doucement s'agitent sous la brise

      Un couple de pies jacasse dans le feuillage ;

      L'une s'agite et court de branche en branche, et l'autre

      La poursuit avec la diligence du désir, ainsi fait

      Tout ce qui vit de par le monde. Volupté

      Tu nous tiens, nous étreins, nous enlaces et nous jettes

      Hors de nous, nous propulsant vers la beauté de l'autre,

      Et nous fais espérer dans l'étreinte un bonheur sans mesure ;

      Ainsi se fait malgré nous, tout en nous, le grand jeu de la vie,

      Le cercle infernal et sublime, la roue du désir

      Et de la mort, s'éternisant, nous traversant, nous brûlant

      De sa flamme amère, irrépressible et délectable.

      Parfois je me lamente au spectacle, et parfois

      Je m'émerveille, complice, de ce jeu cruel, désespéré,

      Où chacun croit trouver ce qui lui manque, pour repartir

      Bredouille, et sot comme devant. Car le désir se joue

      De chacun, de chacune, et l'éveille, et l'agite

      De mille soubresauts, de faux espoirs, de vaines illusions

      Qui ne font que le jeu de l'espèce, et l'oeuvre faite,

      La nature aussitôt l'abandonne à la funeste mort.

      Nous ne vivons que pour passer. A peine nés

      Nous voici assez vieux pour mourir, et notre oeuvre

      Ne vaut que pour nos descendants. Ainsi

      Me détournant de l'immense théâtre,

      Je veux, ami très cher, consacrer ce peu de vie qui reste

      A composer mes chants mélodieux, non pour la gloire

      Incertaine et fragile, mais pour toi, et pour ceux

      Qui, loin de la foule et des désirs anxieux,

      Sauront, libres et justes, dans ces poèmes, voir

      Une image de la vérité. Rien qu'une image certes

      Qui couvre, ainsi que feuille agitée par la brise,

      Le fond obscur, indicible et térébrant

      D'où surgit toute vie, à quoi elle retourne

      Selon le Temps, dans les plis infrangibles de l'éternité.

 

 

 

    Toi qui espères le bonheur, comme font tous les hommes,

     Je te dirai en toutes choses la limite. Ce qui était,

     La douce enfance, le joli pré des premières amours,

     Le tendre visage de celle que tu as courtisée,

     Tout ce qui a glissé comme une eau entre tes doigts

     Jamais ne reviendra. Et ta vie elle-même

     Coule et roule dans les eaux toujours nouvelles

     Et s'emporte elle-même, et rien ne peut

     Tenir l'instant. S'il est pour l'homme une félicité

     C'est de nager dans le grand Fleuve

     Sans s'insurger, sans protester, sans ricaner

     Mais de vivre l'instant qui passe

     A chaque fois unique, et neuf, et vif, surgi des profondeurs,

     Comme une chance unique,

     Entre douleur et allégresse,

     De le porter à la plus haute puissance

     Où le hasard se fait nécessité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

Posté par GUY KARL à 11:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17 août 2017

LE CHANT DES ORIGINES : Chant Premier (2)

 

 

 

                    CHANT PREMIER

 

                                  2

 

 

  Au début n'était pas le Verbe, ce bavard intempestif

  Ni l'action, n'en déplaise au poète,

  Car il n'y eut jamais de début dans la nature

  Qui de toujours et pour toujours jette les dix mille êtres

  Au risque de naître, de vivre et de périr,

  Sans se lasser jamais de faire et de défaire,

  Sans intention, si ce n'est de produire

  Et de détruire cela qu'elle a jeté dans l'existence.

  Immense et insondable elle est

  Ce qui fut, ce qui est et sera, de toute éternité.

  Elle remplit l'esprit de terreur infinie

  Elle qui détruit tout, et de joie infinie

  Au spectacle de sa puissance inconcevable.

  S'il est un dieu, si vraiment tu veux garder ce terme

  Impropre, c'est lui, le génie inconscient de soi, qui crée

  Sans intention, sans but, sans cause et sans regret

  Tout ce qui est dans le monde, tout ce qui vit

  Jusqu'à la moelle interne du vouloir. Il est en moi

  Il est en tout. Seul il existe, infiniment réel.

 

  S'il n'est point de début ni de fin

  Il est une origine, à chaque instant

  Lorsque paraît chose nouvelle ou nouvelle pensée,

  Qui jaillit du chaos, de l'informe, du pas encore déterminé,

  De ce bouillon amorphe d'où procède

  La Forme.

  A l'origine était Chaos, disait Hésiode

  Et c'est de lui que naît la Nuit féconde et bien plus tard

  Le Jour. Alors la lumière divine se répand sur le monde

  Et naissent les principes éternels de la Forme-matière

  Dont la combinaison, la fusion, le mélange

  Agités dans l'espace infini, brouillés et torsadés

  Par les véloces tourbillons en tous sens

  Entrelacés, entrechoqués de toute éternité

  Produisent ces mélanges instables, enfants d'un jour,

  Que nous appelont corps, improprement,

  Car un corps, s'il apparaît parfois stable au regard

  N'est rien qu'un processus de processus

  Temporellement liés par une force d'attraction.

  Les corps passent et se remplacent, seul demeure

  L'immense force qui les brasse à l'infini dans le vide.

  Ainsi, à chaque instant

  L'origine se laisse entrevoir

  Si tel un serpent dissulé dans les herbes

  Guettant la proie

  Tu te tiens à l'origine, toi-même,

  Toutes affaires cessantes pour n'être que regard.

  Et c'est ainsi qu'à tout instant

  Coïncidant avec l'éternelle naissance

  Toi-même tu te tiens à l'origine des choses.

  Tel est l'action spécifique du sage

  Qui ne fait rien, pour qui

  Toutes choses se font à tout instant dans le silence.

 

  Attentif, silencieux, léger comme un roseau

  La brise et le courant des eaux qui passent

  Tu les laisses passer par ton corps sensitif

  Sans rien penser, sans rien vouloir ni désirer,

  La lumière joue folâtre à l'orée du paraître

  Rien ne compte plus désormais

  Que cette effloraison des choses dans ton âme

  La musique éternelle de l'eau et du roseau.

 

  

 

  

  

Posté par GUY KARL à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant deuxième : (1) Ode aux Heureux,


     

                    CHANT DEUXIEME

 

 

                             1

                     

                  ODE AUX HEUREUX

     

     Qui dira la joie de vous connaître, Vous

     Poètes de la vie lumineuse, et Vous
     Penseurs d'abimes, plongeurs des îles mystérieuses
     Que seuls les plus hardis ont osé aborder.
     Qu'il est grand le plaisir de vous connaître, Vous
     Les grands initiateurs, de marcher
     Avec vous dans les sentes obscures, de chanter
     La lumière arrachée aux voiles de l'oubli, de poursuivre
     D'une infidèle fidélité
     Le combat de la vérité.
     La foule vous ignore, et le pouvoir vous hait.
     Les clergés de toute nature vous abominent.
     Les riches, les puissants se détournent.
     Seuls vous honorent et vous prisent tous ceux
     Dont le coeur généreux, l'esprit libre de crainte
     L'âme naïve et belle, insensible aux honneurs, à la montre,
     Cultivent la beauté selon l'esprit de vérité.

     Tel, insensible aux sommations du prince, quitte
     La cour et la ville pour un humble ermitage
     Dans la montagne vide.
     Il se nourrit d'herbe et de racines
     Boit la rosée du matin,
     Son esprit chevauche le vent et les cimes
     Le soir, tendant sa coupe vers le ciel
     Il dédie un poème à la lune.
     La lune et lui, leur image dans l'eau
     Dessinent la trinité divine
     Où s'absorbe et se résume tout l'univers.

     Tel autre, assis sur une brassée de feuilles
     Evoque ses existences antérieures :
     Jadis il fut humble bouvier, guerrier,
     Garçon et fille tout ensemble,
     Il parcourut le monde vaste du savoir
     Il a connu l'amour, le désespoir d'amour
     Il a vu que la soif, et l'aversion, et l'ignorance
     Faisaient tourner le monde dans leurs serres
     "Quittez ce monde, disait-il, cherchez en vous -même le vrai
     Soyez à vous même votre propre lampe".
     Quelques uns le suivirent, et lui, et eux,
     Avec la vérité pour guide
     Ont tracé le chemin de la délivrance.

     Tel autre, en son jardin
     Avec des amis chers, d'anciennes courtisanes,
     Cultive la sagesse d'amitié,
     Il compte des amis par milliers,
     En Attique, et dans les îles, et en Asie
     Son esprit souverain rayonne par le monde
     Jamais ne s'éteindra.

     Dans les siècles de barbarie
     On peut bien oublier ce qu'ils furent, les Heureux,
     Mais dans la cendre même couve le feu
     Qui soudain se rallume, et soudain brille par le monde,
     Et s'il ne sont qu'une poignée
     Ceux qui s'enflamment du feu pur
     Ce sont eux les meilleurs.

15 août 2017

Le CHANT DES ORIGINES : Chant second (2)

 

 

 

 

                          CHANT SECOND

 

                            2

 

      Mon désir, mon grand, mon seul authentique désir

      Est de prendre mon rang dans la Grande Lignée

      De ces immenses penseurs et poètes

      Qui font la lumière de l’humanité, depuis

      Les temps antiques, où la mer et le soleil

      Venaient briller aux beaux rivages hellènes,

      Et dans l’Inde peuplée de dieux, qu’un génie plus qu’humain

      Sut tirer de sa somnolence, appelant

      Tout ce qui vit à la pleine conscience.

      Mais de tous c’est le beau génie que je préfère

     Celui qui sut, chassant les dieux dans les lointains

     De l’espace galactique, nous appeler,

     Hommes, simplement hommes, et sans crainte

     Sans espoir frelaté, sans illusions voraces,

     A la vie bienheureuse. Lui-même,

     Rejetant les faveurs de la foule, la gloire et le pouvoir,

     Dans le Jardin adonné à la douce amitié

     Cultivait la volupté de la sagesse,

     Non point celle des rites, des adorations et des prières,

     Mais la noble sagesse de l’esprit dans le corps,

     De l’esprit libre qui, en toutes chose,

     Observe simplement l’action de la nature.

     Le premier il comprit la source des douleurs,

     En physiologue, en médecin, en thérapeute

     Il décida de soigner l’âme malade, cherchant les causes,

     Prescrivant le remède.

 

     Nous venons tous au monde inachevés

     Immatures, incapables de vivre par nous-mêmes,

     Et si les animaux suivent  passivement l’instinct

     Nous sommes ceux, les seuls de par le vaste monde,

     Où le manque d’instinct a creusé son sillon fatal,

     Et nous cherchons de tous côtés une aide ou un recours

     Pour nous assurer d’être. Et chacun sait

     La béance,  éternelle, du berceau à la tombe.

     Les uns cherchent des dieux pour suturer la faille

     Se garantir d’un sens dans le chaos du monde ;

     D’autres se dissipent dans les voluptés, croyant

     A chaque fois saisir ce qui s’échappe. D’autres

     Inapaisés, anxieux courent  au Tribunal,

     A l’Assemblée, à la guerre, et dans la mort

     Oui, dans la mort même espèrent une réponse.

     Ainsi chacun s’affaire, et aucun n’est content.

     Le vase, notre vase, celui que la nature

     A forgé, insoucieuse de nous, est un vase percé

     Qui jamais ne retient les grâces de la vie.

     Tout coule, et roule, à travers nous

     Et nous mourons tout aussi nus qu’au premier jour.

 

 

     … Du berceau à la tombe

     Même statut, même visage, même douleur.

     Pourquoi courir, mon âme, les spectres, les fantômes

     Illusions d’un jour qui reviennent toujours,

     Pauvres hochets aux mains de ces pauvres enfants

     Que nous étions, que nous sommes toujours ?

     Et cela continue, continue

     A moins qu’un jour,

     Considérant sans complaisance le manège

     L’homme s’arrête

     Fait face

     Décide

     De ne plus tourner dans le carrousel

     De ne plus tourner comme un rat dans la roue

     De s’extraire

     De faire diversion, disruption

     D’être en dehors, exilé volontaire

     Solitaire

     De s’asseoir paisiblement

     Dans l’herbe du jardin

     De regarder couler la rivière

     Sans rien faire

     Libre, indifférent comme un dieu,

 

     D’être heureux.

Posté par GUY KARL à 08:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


14 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant second (3)

 

                 3

 

   Les morts

   Laisse-les mourir,

   Les morts

   Laisse-les pourrir, déchet de corps dans le corps

   De la terre, ou partir en fumée

   Dans le ciel qui s’indiffère.

   De vouloir les garder, voilà le mal, la gangrène de l’âme.

   Ce corps de volupté qui embrassait ton corps

   Ce doux visage où tu lisais cette infinie tendresse

   Où tu t’enveloppais de la tendre assurance

   D’un futur de félicité – désormais

   Ce n’est plus qu’une image où tu puises à longs traits

   La nostalgie amère, et la douleur, et les larmes.

   Perte cruelle, hélas, d’une beauté rayonnant de jeunesse !

   Et maintenant ? Tu dis : elle est partie. Hélas

   A-t-elle jamais été à toi ? Elle était là, tout près de toi,

  Et tu croyais bientôt qu’elle fût toi, une partie de toi,

  La plus exquise, la plus chère. Et même tu ne savais plus

  Qui était toi, qui était elle, les deux fondus en même argile,

  Même délicatesse. – Et puis, soudain…

  Ce corps nu, ce corps sans vie, qui se change lentement

  En cadavre, en dépouille, que l’on va visiter

  Comme une curiosité, parlant bas, marchant à petits pas.

  Ah qu’ils sont insupportables ces visiteurs de la mort !

  Et toi, par cette hideuse trouée dans le ventre

  Tu voudrais t’écouler tout entier !

 

   Plus tard vient le temps de la tristesse

   Tu apprends à vivre contre le sort, contre toi-même ;

   Tu es le même, et tu n’es plus le même ;

   Quelque chose est changé à jamais

   Tu es une mouture autour d’un trou

   Pièce rapportée, mal invitée au banquet de la vie,

   Tu n’as plus goût aux plaisirs de la vie

   Pourtant

   Une frêle pousse se glisse par le trou, veut grandir

   Pousse et pousse de jour en jour.

   Parfois tu éprouves de la honte

   Tu te crois coupable d’oublier.

   Certain matin un sourire apparaît sur ton visage

   Tu penses à la morte, encore, tu souffres, tu gémis

   Tu revis des instants délicieux

   Mais lentement son visage se défait dans le souvenir

   Comme un miroir qui s’ébrèche

   Tu n’as plus envie de recoller les morceaux

   Et les morceaux s’en vont par petits bouts…

     

    Tout à la fin

    Il reste un quelque chose d’indéfinissable

    Une grande douceur amère et tendre,

    Une tristesse longue et lente, mais sereine,

    Elle colore étrangement la vie

    La vie de l’âme, la vie du monde

    Du sentiment de la caducité,

    Et de la grâce : cela que tu as vécu

    Cette joie, cet amour, ce don des dieux

    Nul ne peut te le reprendre, et tel,

    En dépit de la perte

    Il restera ton bien le plus précieux.

 

 

Posté par GUY KARL à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

13 août 2017

Le CHANT DES ORIGINES : Chant second : 4

 

                      4

 

 

    Mais encore une fois son beau visage

    Tendrement m’apparaît dans la buée du songe

    Elle marche au soleil, ses cheveux

    Flottent, belle oriflamme de jais, devant mes yeux,

    Elle se tourne vers moi, ses yeux noirs me sourient

    Je flotte dans le ciel azuré

    Je ne sais ce qui m’assaille, me renverse,

    Dans ce sourire je crois perdre mon âme

    Elle s’envole dans les nimbes dorés

    Et nous partons tous deux dans le ciel infini

    Au milieu de nuages vermeils à franges pourpres

    Et nous flottons unis dans une unique étreinte

    Nous traversons les mers, les continents immenses

    Nous regardons passer les nuages comme des visages d’enfants

    Heureux, avec des yeux-pépites qui scintillent

    Le temps n’existe plus pour nous

    Nous sommes libres, heureux et fous

    Insoucieux, dégagés, embarqués – aériens

    Rien ne saurait nous tenir, nous retenir

    L’immensité du ciel, les mondes, les étoiles

    Tout nous parle de nous, rien que de nous

    Nous sommes le monde, nous sommes l’univers

    Tout l’univers vient danser dans le feu de nos yeux

    Et l’immortalité, la joie des dieux, leur rire inextinguible

    Et l’amour infini, et la totalité

    Tout est à nous, tout est nous !

 

 

     Le rêve, hélas, ne dure qu’un instant

     Je suis assis à ma table de travail

     Parfois mon daïmon me visite et me dicte des vers

     Parfois, très longuement, il fait silence

     Alors je me dessèche comme poisson sur la plage

     Je m’étiole et me meurs. Mais toujours

     Il revient, ami fidèle, et me libère

     De mes angoisses. Je reprends mon poème,

     J’écoute la voix qui parle au fond de moi

     Les souvenirs reviennent, s’installent comme des amis

     Autour de la table, et nous buvons du vin de Samos,

     Nous devisons, nous chantons, nous nous esclaffons

     Amour, humour, tout est bon

     Et nous rions et nous philosophons !

     Eh ! qu’importent les amours perdues, les regrets, les déboires

     Le mal de vivre, et cette langueur dans le cœur

     Quand des amis très chers vous écoutent, vous parlent

     Que vous les écoutez, les consolez, les rabrouez

     Que le vin comme nectar coule dans votre gorge

     Que l’ambroisie et le plaisir chassent tous les nuages !

 

 

      O mes amis, que l’amitié guérisse de l’amour !

     Que le présent éponge le passé !

     Non, ce n’est pas la perte qui fait mal

     C’est le retour, tantôt, de l’image ancienne,

     Celle qui vit en nous comme un corps étranger

     Qui se nourrit de nous, séductrice insondable,

     Mystérieusement accolée à notre être,

     Eponge molle et polymorphe qui boit le sang,

     Hydre fatale, et si l’on coupe une tête

     Voici qu’une autre repousse encore et encore,

     Et l’on dirait que cet enfer n’a pas de fin.

     Point n’est besoin de convoquer le samsâra bouddhique

     La roue des renaissances interminables

     Le châtiment, les douleurs de l’enfer post mortem,

     C’est ici, dans ce corps pitoyable

     Dans cette âme livrée aux supplices du désir

     Dans les fastes mortifères de la mémoire

     C’est ici qu’est la souffrance, la cause et l’origine,

     Et c’est ici, et nulle part ailleurs

     Qu’il faut chercher la délivrance.

 

 

Posté par GUY KARL à 12:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

12 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant second , 5

 

 

                4

 

   Amour qui nous tiens, qui nous perds

   De toi nous sommes amoureux

   Bien plus que de la belle aux yeux pers

   Tendre déesse de nos voeux

   Qui dans ses chaînes nous enserre !

 

   Désir du coeur, mon bel orage

   De toi nous sommes désirants

   Bien plus que du vif corps sauvage

   D'une pucelle promenant

   Au bois joli son pucelage !

 

   Amour d'amour et désir de désir

   Nous voici tout branquebalants

   A ne savoir qui nous chavire

   Et qui nous rend si malcontents

   Entre les pleurs et les soupirs !

 

   J'aime l'amour et je le crains

   Et le désir me désespère

   A ne savoir, dans ce destin

   De malfaçon et de chimère,

   Où est l'Etoile du matin

 

   L'étoile chérie des marins

   Brillant du fond des nébuleuses 

   Qui se lève au petit matin

   Chasse les pensées ténébreuses,

   Dansant le jour, clair et serein.

   

   

   

Posté par GUY KARL à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant troisième (1)

 

 

 

                          1

 

Qu’il serait doux, quand s’apaise la souffrance de la vie

De mourir tout doucement de sa mort belle,

Ni trop tôt, ni trop tard, quand sonne l’heure,

De glisser sans remords,

Sans haine et sans regret, sans crainte et sans envie,

Serein, joyeux au souvenir des heures fastueuses

Du désir fécondant les vallées de la terre,

Des entretiens nombreux au bocage de l’amitié

De l’allègre, la folle, l’acide volupté,

De la danse d’un esprit libre au-dessus de l’abîme

De l’extase à se perdre étonné au milieu des étoiles.

Puissé-je ainsi comme un vieil Indien des plaines

Sentant venir l’heure dernière,

Laisser femme et enfants, prendre congé, se détourner

Sans un regard en arrière, gravir la colline sacrée

Ramasser des brindilles, de l’herbe sèche

Danser autour du feu en invoquant l’esprit des morts,

Longuement, gravement ;

Puis il se couche sur la terre, et dans le ciel

Dans les circonvolutions des nuages

Il contemple sa vie passée, les chasses innombrables

Il revoit l‘Ours, le ténébreux, qu’il a tué jadis

Les bisons par milliers déferlant par la plaine,

Les graves palabres des chefs de guerre dans le tipi,

Et son cœur se réjouit,

Peu à peu son souffle s’affaiblit, son cœur bat moins vite,

Sa conscience s’endort

Son âme s’affranchit de toutes les entraves

Libre, elle se fond dans la nature immense.

Posté par GUY KARL à 08:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant troisième (2)

 

 

                2

 

Certains meurent trop tôt

D’autres meurent trop tard.

Terrible est le lot de ces jeunes trop tôt

Emportés par la mort. Ils n’ont connu

Que l’affliction du corps, l’angoisse et le désespoir,

A moins qu’un ange bienveillant les ait tôt libérés

Des souffrances communes. Mais pire encore

Le lot du vieillard qui se survit à lui-même

Claquemuré dans l’agonie interminable

Entre lit de douleur et chaise de douleur

Dans le triste hôpital, sous les fenêtres grises

Suppliant qu’on achève une vie sans plaisir

Qu’on en finisse de ce corps, de cette âme souffrante

Bourrelée, torturée, épuisée de chagrin

Lasse de tout, lasse de soi, et que nul

N’a le courage de soulager. Et lui-même

S’imaginant une improbable guérison

Repoussait chaque jour de mettre fin lui-même

A l’horreur de sa vie. Et maintenant il n’a plus la force

Ni l’occasion. Il gît

Dépendant d’un bon vouloir qui ne viendra jamais.

Ah puissions-nous, sentant les forces nous quitter

Nous-mêmes, par nous-mêmes, quitter à temps

L’enfer.

 

Mais ils ne l’osent pas, ils croient

Que l’âme, dans l’Hadès expiera ses péchés,

Que l’enfer c’est là-bas, et perclus d’angoisse

Ils retardent tant qu’ils peuvent le mourir.

D’autres craignent le jugement des hommes

Ils ont souci de ce qu’un vain peuple pense

Ou le conjoint, ou les enfants. Ils espèrent laisser

La belle image qu’ils ont d’eux-mêmes, hélas,

De longtemps gangrenée.

Hélas, ne vivons-nous que dans l’esprit des autres ?

N’avons-nous par nous-mêmes ni vie, ni souffle ni courage ?

Ne sommes- nous que l’ombre d’une ombre

Inconsistante, molle,

Labile  et volatile comme un nuage ?

Si de naître ne dépend nullement de nous

Que le vivre du moins,

Et le mourir encore, soient notre œuvre

Unique, précieuse, irremplaçable et belle !

 

 

 

 

 

 

Posté par GUY KARL à 20:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,