LE JARDIN PHILOSOPHE : blog philo-poiétique de Guy Karl

16 janvier 2018

VIVENT les RICHES !

 

Que voilà une bonne nouvelle ! Les riches vont s'enrichir ! Prenez un honnète riche qui gagne un million, cette année il gagnera, c'est annoncé benoîtement au journal télé, deux et demi de plus, soit vingt deux mille euros supplémentaires. Le pauvre se contentera de zéro deux pour cent. Mais deux pour cent de un milion et zéro deux de mille cinq cent, cela ne fait pas la même échelle. Tout le monde ne peut pas jouer dans la cour des grands ! Outre le caractère scandaleux de ces chiffres - songez qu'une poignée de riches possède autant que la moitié de l'humanité - j'ai été scandalisé plus encore par la tonalité, froide, indifférente, faussement neutre, banale, dans laquelle on a délivré cete information, juste en passant, comme s'il ne s'agissait pas là d'une monstrueuse anomalie. 

Pourquoi l'incroyable richesse collective de nos pays développés si elle n'engendre que l'appauvrisseemnt des plus démunis ? Et que se passera-t-il demain quand l'élite disposera de tous les pouvoirs de la technologie avancée, et qu'elle mettra au rebut la moitié de la population jugée inapte, stérile, inutile au système de production ? Lisez "Homo Deus" de Harrari et vous pourrez en juger à la lumière des faits. 

Que le travail perde toute signification n'est pas nécessairement une catastrophe si les hommes peuvent librement exercer une activité choisie et gratifiante, et surtout si leurs conditions matérielles d'existence sont garanties. Hélas rien n'indique que nous allons dans ce sens, et pour le moment nous allons plutôt dans le sens inverse : concentration des capitaux, inégalité croissante, raréfaction du travail, chômage de masse, précarisation galoppante, incertitude du lendemain. Tout est fait pour concentrer la richesse et affaiblir les faibles. Vive le néolibéralisme !

Posté par GUY KARL à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


15 janvier 2018

LOIN DE LA FOULE : EPICURE

 

 

"Je n'ai jamais désiré plaire à la foule ; car ce qui lui plaît je l'ignore, et ce que je sais est hors de sa compréhension". Epicure, cité par Usener, Epicurea 187.

Dans l'extrême détresse c'est au maître de Samos que je m'adresse, lui qui connaît la douleur et ses remèdes, lui le plus proche, le plus amical et le meilleur d'entre tous.

N'a t-on pas dit dès l'Antiquité que c'est lui qui comptait le plus d'amis de par le vaste monde ? Et combien depuis lors, à travers toutes les péripéties de l'histoire, souvent inconnus et obscurs, parfois persécutés, toujours vaillants et lucides quant à l'essentiel : la connaissance de la nature comme fondement et comme norme du bien, l'éloignement des dieux, la mortalité assumée, la juste mesure de l'action, le plaisir partagé, la sagesse et l'amitié.

Son enseignement est impérissable : il suffit de peu pour l'actualiser, en dessiner plus nets certains contours. Mais l'essentiel est là, à la source. On y boira toujours avec délectation. Et l'on s'en ressentira plus fort et plus ferme.

POESIE 5 / POESIE TRAVERSIERE (Version remaniée)

 

 

 

           POESIE TRAVERSIERE

 

                 

 

              PRELUDE

 

 

           O flûte traversière

         Qui donc pourrait savoir

         A vibrer de tes trilles de ruisseau et d’oiseau

         D’où tu viens, où tu vas,

         Toi souveraine de nulle part

         J’essaie de te suivre, ô reine, en ton décours

         En vain

          - Déjà, et de toujours

         Ailleurs

         Tu inventes ton propre cours.

 

 

 

 

               LIVRE UN - DIFFICILE PASSAGE

 

  

                          1

 

            Hasard, père des pensées fortes

           Des rencontres d’amour et de guerre

 

           Au bord du gouffre

           L’écart,

           Arc vibrant et fier.

 

 

                        2

 

 

            L’infini

            Printemps parmi les dieux

 

            L’aube, et le cœur démuni

            Si nous parlions tous deux ?

 

  

                     3

 

 

             Je me suis réveillé dans Mozart. La flûte chantait toujours

             Au milieu du matin. Je vécus l’embarras terrible de vivre.

             Que faire ? Tous les chemins se rejoignent dans le vertige

             Des désirs qui s’annulent.

             J’envie le vagabond, le juif errant, le noctambule écartelé !

             Et l’enfer même, pourvu qu’il monte !

 

  

                           4

 

  

              Elire domicile dans l’errance

              Brûler le jour.

              La nuit viendra, tiède et facile

              Pour ramasser tous ces instants épars

              Dans un unique corps.

 

 

                           5

 

              Prends garde aux mots, chacun

              Est une enveloppe, et si

              Tu l’ouvres d’un coup sec

              Il éclate, et tu ne peux longtemps tenir

              L’éclair de la fracture.

             

             O Joie ! qui te mériterait ? Toi la pure

             Extrémité, lorsque s’épuisent

             Et notre angoisse et nos désirs.

 

  

                          6

 

 

             Suivre le vol de la mouette sur le fleuve

             Abandonner toute pensée

 

             L’éphémère est la souffrance du cœur

             Qui s’attache et qui veut la durée

 

             Suivre le vol de la mouette sur le fleuve

             Laisser périr toute pensée.

 

  

                      7

 

                                                à Jérôme Bosch

  

 

              Dans une autre vie, certes,

              En remontant le grand fleuve

              J’étais Akhenaton ou pêcheur de morue

              Guerrier, dragueur, épileptique

              Je ne m’en souviens plus.

 

             Mais j’y étais, j’en suis bien sûr, depuis toujours

             Et j’y serai dans trois cent vingt mille ans

             Toujours joyeux, toujours vivant !

 

             Enfant, je croyais qu’on pouvait descendre

             Dans le mystère des fontaines

             Fouiller les couches souterraines

             Et dans la fange et dans la cendre

             Retrouver l’anneau d’or de la reine.

 

             Mais la légende a fermé ses portiques

             Et l’univers se tait.

             Seule la chouette mystique

             Connaît le grand secret.

 

 

                               8

 

                                       Hommages à Fernand Léger

                           I

             

 

              Si c’est pour retrouver

              L’antique canonique

              Adressez-vous aux morts !

 

              Le soleil trace un faisceau écarlate

              Sur le marbre du jour

              Et les arbres à l’entour

              Font une douce cantate

 

             Je suis ivre dans le vertige d’été

             Les fleurs marchent dans le pré.

 

                         II

 

             « Sur un grand mur de pierre

             Faire éclater la plus haute puissance

             Fleur d’univers »

 

            Ah tes mosaïques en plein ciel

            Tes couleurs oriflammes

            Tes cithares, perroquets, jardins, bosquets

            Emeraudes, cavernes, talismans hiératiques

            Tes contre-ut suspendus en plein vol !

 

            Entre tes mains

            Tout est simplicité,

            Dans ton regard

            Les dix milliards de gouttes des fontaines

            Dessinent jaillissantes la gerbe

            Offerte à la Beauté.

 

  

                     9

 

 

            Léger comme un coup de pinceau

            Ne rien tenir

            Passer comme l’eau

 

 

                   10

 

            De l’autre

            Berge, suis le fil de roseaux

            Jusqu’à la plaine nôtre

            Ebouriffée d’oiseaux.

 

                   

                        11

 

             Comment me dépouiller de l’amour, l’amour - roi,

             Vertige d’être seul dans les vignes,

             Sans soleil, sans lune pour faire signe,

             Et l’argile spongieux au fond de moi ?

 

                   

                       12

 

             Mon cœur s’envole à l’est, vers cette Europe

             Plus vraie que nous, berceau des lentes gestations,

             Du devenir-poète au long du sinueux Danube,

             Pays que je ne connais pas, que je désire

                      Serrer de mille bras !

 

             Danube, j’arpenterai tes rives grises

             Tête sonnant de musique et de cris

             Tête sonnant, salves, fusées,

             Mille mitrailles de mots pulvérisés

             Jusqu’à l’ivresse, ah l’ivresse et l’orgie !

                         Jusquà l'oubli !

 

  

                         13

  

 

              Suivre le vol de la mouette sur le fleuve

              Qui remonte la plaine et puis s’en va

              Alors je vois le premier jour du monde !

             

              L’éphémère est la souffrance du cœur

              Qui s’attache et qui veut la durée

              Mais tout s’en va et tout se renouvelle

 

              Attentif au mélange

              Je contemple la vie qui fait la mort

              La mort qui fait la vie.

 

  

                            14

 

             Butée

             Sur les deux socles de granit

             L’arche

             Entre deux bords

             Dessine son croissant de lune

 

             Entre la clef de sol et le point d’orgue

             Tracer l’arche sonore

             Qui va et qui revient.

 

 

                            15

 

              J’aurais voulu savoir

              L’origine et la fin.

              Tout glisse entre les doigts.

              Une rosée, une buée,

              Quelques mots nés de l'effroi.

  

 

                               16

 

              En lieu et place

              De la chose perdue

              Les lettres du poème.

              Cela peut-il suffire ?

              Rien ne suffit jamais, disent-ils.

 

              Cela suffit.

 

 

 

POESIE TRAVERSIERE / LIVRE II

 

                 LIVRE  DEUX

 

     

              I

 

 

      Perpétuellement vif et neuf

      Comme un furet rebondissant

      A demi orphelin, à demi veuf
      Il court au bois verdissant

 

      Il n’est d’aucune contrée connue
      Il n’est d’aucune secte ou ligue
      Il va son chemin sous la nue
      Par la ravine et la garrigue

   

     Il porte au cœur un joyau blanc
     Il n’a ni peur ni arrogance
     Par instant il chevauche le vent
     Folle sagesse, héroïque démence

   

     Il n’a cure de ce qui est
     Il ne s’accroche à nulle image
     Par l’enfer rouge et le ciel violet
     Il trace à mesure ce sillage

   

     Poème blanc qui disparaît.

        

   

               II

   

     Fraîcheur embuée du matin
     Tout entier je suis fondu
     Dans une goutte de rosée.

 

 

               III

 

     Ah me dissoudre enfin
     Sans reste
     Dans la lumière pulvérisée !

 

               IV

     

     Le soleil me regarde
     Je regarde le soleil
     Ah n’être plus que regard
     Un seul regard déqualifié !

 

               V

 

      Du fond sans fond
      Monte la voix chère qui n’est pas tue
      Ah que la vie est difficile !
      Douce neige, fleurs qui palpitent
      Présent, passé, n’êtes vous que d’hiver ?

 

  

                 VI 

 

      Je tombe, je tombe
      Icare sous les jets des soleils
      Etêté
      Ventre éclaté

 

      Je danse, je danse
      Dans le sans fond je danse
      Ni haut ni bas
      Sans bords ! Qu’ai-je besoin de bords
      Centre partout !
      Ecarquillé !
   

 

                    VII

 

        Ni plaisir ni douleur
        Cent mille fleurs, cent mille épines
        Un seul regard.

 

                   VIII

   

        Neige en été
        Tes larmes glissent sur ta joue
        Mais rien n’arrête la rivière
        Saisons des pluies
        Soleil d’hiver.

  

                   IX

   

        Méduse aux yeux d’opale
        Serpents ébouriffés
        Qui peut voir sans trembler
        La mort dans tous les corps ?

   

        Mais la joie, comme une aiguille d’or
        Fait sa ronde, sa roucoulante
        Sur le morne écrin du temps.

    

                   X

   

       Le chaos des pensées
       Un petit air de printemps ce matin
       Ah paresser au fil de l’eau !

    

                 XI

   

      Le présent ne manque jamais
      Le temps, mousse mouvante
      Ecume sobre
      Surface inentamable !

 

                 XII

   

      Au bord de la rivière d’est
      Je regarde l’eau passer
      Toujours la même en mille jours
      Toujours la même en un seul jour
      Les jours qui passent sans passer
      Les eaux qui coulent sans couler
      Je vois le vide en toute chose
      Le même en ses métamorphoses.
    
    

                XIII
   

       Suis-je, ne suis-je pas ? 
       Les feuilles caracolent
       Le cœur des arbres est plein de vent
   

                XIV

       Instant, soleil coupant
       Feuille, flèche fugace
       Désirs vibrants,
       Tout passe, rien ne passe

 

         
               XV

 

       Instant né-mort, instant mort-né
       Regard d’enfant qui ne cille pas
       Voit-il ?  Ne voit-il pas ?
       - Dans la rétine le Tout venant !

   

              XVI

   

        Les corbeaux se chamaillent et criaillent
        Le temps a déposé son manteau
        Le présent n’aura pas de fin.

  

 

               XVII

 

         Réduis distance, accepte
         L’indépassable lieu
         L’entre-deux
         L’éparse, la glissade

         

         Trop pesante la terre
         Trop loin les pics altiers
         Toi
         Marche impair
         - Et passe !

 

                XVIII

 

          Les choses nous offusquent
          Les pensées nous disloquent

   

          Retourne au centre pur, ô mon âme
          Laisse glisser le temps
          Laisse tout ce qui pèse

   

          Celui qui te déchire,
          L’éclair,
          Lui seul te combera !

  

                 XIX

   

           La langue est une mégapole
           Omnivore, sarcophage et putain
           Linceul mité d’étoiles
           J’y marcherai au-delà de ma mort !
      

 

                  XX
      

           Italiennes, italiennes
           Anses de corail
           Arcs-en-ciel, jetées bleues sur la mer
           Et vous, par dessus toute chose mortelle, ô voix
           Cascades roulantes roucoulantes
           Ah j’ai tant, tant de plaisir
           A goûter, à humer, à taster
           A voir, de tous mes yeux voir
           Vos voix qui montent de vous, vous traversent
           Se déversent
           Vêpres de nostalgie béatifique
           Voix lentes, voix montantes, hiératiques, sublimes
           Coupoles d’or d’un céleste Gloria !

 

                  XXI

 

           O voix, voix de ne sais d’où
           Charnellement vivante, caressante
           Voix sans visage
           Voix toute en moi, autour de moi
           Animal tendre au pelage de soie
           Tu dissous toutes les formes,
           Tu me déchires, et les tripes, et la peau !
           Dans l’effroi, ne reste que la faille !

 

  

                  XXII

 

           Dans l’entre-deux
           Ni ciel, ni enfer, seul,
           Poétiquement ouvert
           Dans ce corps qui crie, qui parle, qui chante
           J’habite en ermite solaire !

 

           Toute mémoire gommée

           Tout vouloir effacé

           Le matin s'ouvre sans mesure,

           Ah qu'il est doux de vivre en poète

           Dans la splendeur originaire

        

   

Posté par GUY KARL à 12:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

POESIE TRAVERSIERE / LIVRE 3 - ORIGINAIRES

 

 

 

                  LIVRE  TROIS

 

                   ORIGINAIRES

 

      

                 I

 

          Née
       De la première fleur
       La faille
       Livre au ciel vide
       Son blanc d’acier

       Déjà
       La lettre a creusé sur le front de l’enfant
       Marque de bistre, nom ravageur

       Mais plus pur
       Au cœur du silex
       Apre splendeur muette
       L’éternel éphémère.

 

                     II

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   De nuit

       Quelques fragments de roc écartelés

       De jour

       Point fixe, regard fatal

       Qui suis-je, ô dieu, qui suis-je ?

       Poussière

       Incrédible néant ?

 

                  III

     

       Sous le masque du ciel

       Désert

       La plaine immense et famélique

 

       Décapités

       Les dieux de pierre

       Dans la poussière

 

       Au coeur de tout

       L'araignée du vide

 

       La faille

       En toute chose comme un cri de sang

 

       Assis

       Le sage laisse aller

       Filet de lune entre ses doigts.

   

                     IV

 

       La lettre tue

       Mais quel être, en ce premier vagissement?

       Qui  donc imprime, quelle fée mortuaire

       Dans le coeur qui sommeille

       La lettre de la mort?

 

       Ecartelés

       Nous vouons notre semblant de vie

       A forcer les hasards.

 

                                                                                                                                                                                    V

     

       Nous allons comme des voleurs par les bois

       Le gibier se fait rare et la chasse est fermée

       Et nous allons toujours la brèche au fond du coeur.

 

       Ce qui nous institue

       Nous tue.

       Tel le serpent de ses peaux dépouillé,

       Dépouiller,

       Pour renaître en exil.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 VI

 

      Au large, au large où va le coeur

      Alizés jaseurs

      Caps de bonne aventure

      Soleils justiciers flibustiers

      Et l'amour et l'amour

 

      Au fond de tout

      Blanc le grand oeil de la nuit féconde

      Ouvert.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   VII

 

     

      La chose insiste, mais la patience aussi

      Toujours il manque le premier mot, chance nuptiale

      L'edelweiss.

 

 

                        VIII

 

       La vérité c'est que nul n'a de nom propre, comme ces bêtes à cornes pour l'abattoir

       Nous allons sans savoir, entre deux morts, également.

       Le peu que nous sommes n'est écrit dans aucun livre

       Par aucun dieu.

 

                        IX

 

       Le réel est partout le même

       Vertige qui promet, cri qui abolit

 

       Dans l'interstice

       Un tout petit quelque chose

       Un presque rien

 

                    X

 

        Sous le masque du mot

        Livide, protoplasmique, innommable

        Coulure blanche, femelle obscure,

        La Chose.

Posté par GUY KARL à 11:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


05 janvier 2018

AUTOPORTRAIT : poésie 10 (nouvelle version)

 

 

                           AUTOPORTRAIT

 

                                                      Poésie 10

 

 

 

 

                      PRELUDE     

 

 

     Il fut le premier, le dieu

     A me déchirer les entrailles, quand vint

     L'heure de la parturition.

 

 

     Et depuis lors, de jour en jour,

     Se creuse la fêlure

     Que rien ne cicatrise, et que nul

     Savoir ne peut résoudre.

 

 

                   

              ESQUISSES d'AUTOPORTRAIT

 

                                I

 

Portrait du poète sur pied : il se tient debout, légèrement voûté, le regard à demi, tantôt errant à l’entour, sans rien fixer de particulier, tantôt comme replié, retourné vers l’intérieur, à se perdre dans l’illimité. Ici, il est d’ailleurs, jamais tout à fait ici, absenté peut-être, en quelque arrière-pays de mousse et de collines, à suivre le vol d’un vautour, ou à caresser du regard la courbe onduleuse d’un nuage. On le dit rêveur, mais il est pleinement celui qu’il est, quand le rêve lui-même est encore une occasion, une tentation de poétiser.             

Jusque dans le rêve la musique des mots le hante. Pour un peu, comme Schumann excédé par la mélodie qui le poursuit, il se jetterait quelque jour dans le Rhin, mais comment savoir ? Les eaux du fleuve aussi ont leur musique, insistante, imparable… Non, il n’est pas d’échappatoire possible, il faut cohabiter avec le démon, l’apprivoiser si possible, jouer avec lui, comme fit Héraclite, aux osselets,  à la porte du temple.

Le poète est un fou du langage, comme d’autres sont fous de Dieu, ou de la forme, ou du marbre. Folie de la beauté, sublime, éreintante folie.

Mais je veux le voir dans son ordinaire : rien ne le distingue des autres hommes, ni vêture, ni allure, pas même son parler. Le plus célèbre d’entre eux vécut trente-six ans dans une tour, presque sans sortir. Parfois, pour honorer un visiteur, ou pour s’en débarrasser à peu de frais, il griffonnait un rapide poème sur un bout de papier, qu’il signait d’un nom de fantaisie. Même le nom propre finit par se dissoudre sous le feu du langage. A la fin, tout à la fin, le poète n’est plus que poème. Et le reste perd alors toute importance.

                   

                                II

                            

Parfois le langage lui-même semble se dérober. Une puissance obscure défait l'ordre commun, abolit la phrase, désorganise les liens, ruine la signification. L'asymbolie menace, et avec elle la folie du silence.

Alors ne restent, comme des îlots surnageant à la surface de la mer, que des mots isolés, déconnectés, mots-images qui ne renvoient à rien de connu, de repérable, infiniment énigmatiques, fermés sur eux-mêmes, germes cadenacés, gemmes, perles, éléments ultimes d'un dire qui trébuche aux portes de la nuit. C'est peu de chose, mais cela suffit : les mettre côte à côte, et voilà le poème.

Nuit, barques sur la mer, aube pâle. Voilà qui suffit.

L'origine du poème c'est en même temps le poème. S'il peut signifier quelque chose ce ne peut être de l'ordre de la perception courante. Il ne peint pas, ne décrit pas, ne montre pas, ne cache pas, mais comme l'oracle à Delphes il fait signe, vers quoi ? Vers l'origine d'où il s'est détaché. Dans les bribes d'une parole désarticulée, à la frontière de l'aphasie, il fait signe vers ce qui précède toute parole.

C'est là le principe exclusif de la poésie, inconnu aux autres formes de littérature : de se tenir entre les deux mondes, entre l'indicible et le dicible. Dicible tout en nuances, qui ne fait jamais somme, fragmenté, émietté, toujours à reprendre dès le commencement, à jamais insaisissable.

 

 

                                       III

 

Et à d'autres moments, de la source ça coule, source blanche, invisible, ça coule en ruisseaux, flux paisible, presque comique, poésie toujours, allègre, rustique ou mélancolique, mais vérace toujours. Il suffit de ne pas poser, de ne pas tricher, et la poésie va. C'est là le régime moyen, ni trop haut ni trop bas : la source parle encore, mais déjà la voix se fait moins distincte, déjà s'efface à demi la leçon de l'origine. Poésie familière, ton élégiaque ou narratif, quasi automnal : on recueille hâtivement la récolte avant le gel. Encore un pas et l'on sera dans la plate prose. Péril de l'équilibre instable, entre l'aphasie et le verbiage.

C'est la difficulté propre d'une poésie autobiographique.

                          

Posté par GUY KARL à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

AUTOPORTRAIT : 2 - Poésie 10

                              

                   I

 

      Soixante-treize ans               

      La vie passe comme un songe

      Parfois on se réveille :

      "Hélas ce n'est qu'un songe"

 

 

                   2

 

    En cet instant précis

    Je me vois très exactement

    Tel que je suis

 

 

    Tout nu

    Tout cru

    Sans fard, sans maquillage

    Sans miroir grossissant

    Sans image

    Ni de moi, ni d’un autre

    Sans personne qui m'aime, ou admire ou désire

    Sans passé ni futur,

    - Il ne reste exactement

    Rien.

 

         Rien que ces vers

         Qui repoussent l’horreur

         D’un vide total

         Plus épouvantable que la mort !

Posté par GUY KARL à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

AUTOPORTRAIT 3 - poésie 10

                        

 

                    3

 

 

      Elle insiste, elle est chère

      Cette voix qui m’intime

      De chanter l’éphémère

 

      De chanter la splendeur

      La lumière égéenne

      L’ivresse et la couleur.

 

      Blanche la voile glisse,

      La mer céruléenne

      Est l’épouse d’Ulysse.

 

 

                      4

 

      Poète, où donc est ta mémoire ?

 

      Sur les charniers poussent des fleurs

      Et notre souvenir, et les pleurs de notre âme

      Arrosent doucement la terre

      Et tout passe, et tout passe, et même la douleur,

      Mais il faut beaucoup de temps,

      Avant que dans les fleurs

      S'épuise le venin de la peur.

 

 

                       5

 

 

     J’ai un trou dans la poitrine.

     Quand je me regarde dans le miroir je ne me reconnais pas. Ce que je vois ce n’est pas moi. Je vois une       vieille chose toute étonnée, déchirée entre ce qui est et ce qui n’est pas.

     Deux moments vides, qui ne se rejoignent pas.

     Les choses ne sont pas à leur place. Les mots ne disent plus. Tout passé dégorgé, avenir éludé, le temps       n’est plus le temps.

 

 

                            6

 

 

      Tout coule et glisse, et je suis là

      Je coule et je suis là

      Je n’y suis pas

      Je ne suis nulle part

      Pourtant je vis bien quelque part

      Dans un lieu qui n’existe pas

      Qui jamais n’exista.

 

 

                   7

 

       Jusqu’à l’extrême du plaisir  

       J’ai la pensée lucide et froide

       Acérée comme un couteau de chasse

       De l’inutilité

       De la précarité

       De la vanité, de la futilité

       De l’insondable inanité

       De l’incongruité de toute chose au monde

       Comme un rire qui me déchire

       Et me cadavérise.

 

 

                                8

 

       Une sourde mélancolie

       Envers nocturne, trou noir, abîme...

 

       Je suis habité de la tragique évidence

               Que le bonheur est un rêve d’eunuque

               Le savoir un trou noir

               L’amour un dé pipé 

               La beauté, grain de peau, un appeau

       Mais le plus étrange

       C’est qu’avec tout cela il est possible de vivre

       Et ni mieux ni plus mal

       Comme vivent les sansonnets

       Avec un petit quelque chose en plus

       Sel de mer, sel de larmes

       Comme un poinçon d’acidité.

 

 

                                   9

 

       Détrempée, vert-anglais

       Fouaillée de soleil

       Oasis de lumière liquide

       La prairie s’ouvre comme une amante.

       Un peuple de moineaux

       Bivouaque et chante.

       Hélas, aimer la vie facile

       Les gens légers, la musique, le vent dans les cheveux

       Qu’est-ce donc qui m’arrache à la vie

       Me tire obscurément dans l’entre-deux

       D’un temps qui monte et qui descend

       Et se déchire et se reprend ?

 

 

 

 

 

 

Posté par GUY KARL à 14:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

AUTOPORTRAIT 4 (fin) - poésie 10

 

                         10

 

 

      Ce que nous sommes un dieu le sait peut-être

      Mais nous, de notre peu de savoir

      Nous faisons des palais de cristal, quand l’orage

      Arrache la toiture et les murs, et nous jette

      Au tourbillon poussiéreux des hasards.

 

 

                         11

 

       J’ai oublié ma langue maternelle

       Je suis né d’aujourd’hui

       Chaque matin je me réveille neuf, et vierge, et disponible, et désireux

       J’ouvre la porte au petit jour

       Je ne me souviens de rien

       Les mots me prennent par la main

       Je danse d’allégresse

       Je me rie du destin

 

              12

 

       Je vois le monde dans la fumée de ma pipe

      Cela fait de belles volutes bleues et mordorées

      Il me semble que mon âme se colore de rose

      Les arbres de bleu clair

      Cela donne un petit air de Méditerranée

      Allègre, vif, matutinal

      J’hallucine les blanches voiles sur la mer

      Je suis au pays des dieux.

 

 

                             13

  

 

     Je voudrais inventer des mots nouveaux

     Légers, comme des pas de danse

     Qui diraient le plaisir d’exister

     Des mots, comme des roses

     A déposer sur le front de l’aimée

     Doux comme des baisers

     Des mots qui disent l’aventure

     Des mots comme des gouttes lisses

     Comme la gaze douce

     Comme l’embrun, la bruine et le parfum

     O doux arôme, o l’insensible

     Ecoulement du temps, comme un nuage délicat

     Qui lentement dans le ciel s’évapore !

 

 

                                      14

          

 

      Le poème c’est du rythme

      Rien que du rythme

      Et ça danse, et ça tangue et ça claque

      Sur un pied, sur trois pieds, mille pieds !

 

      L’air est vif, le soleil batifole entre les arbres

      J’ai l’esprit clair, le corps sensitif

      Je feuillette quelques amis poètes

      Je grappille comme un merle

      Je ne réfléchis pas

      Je laisse venir à moi les mots et les images

      Je choisis les plus beaux, j’en fais un bouquet

      Je l’offre à toutes les déités

      De l’air et de la terre !

 

           

                            15

 

Que dire ?

Ces textes balancent entre la mélancolie et l'allégresse. C'est ainsi, je n'y puis rien. Qui voudrait une unité de ton me condamnerait à mentir, ou à biaiser. Le fait est que cette humeur changeante, passant brutalement de la gaîté à la tristesse, est la mienne. C'est en vain que j'ai cherché quelque remède à cette singularité, qui passera volontiers pour une disposition pathologique. Je me suis proposé d'être vrai, et nullement exemplaire. D'où la tonalité contrastée, que je ne chercherai pas à polisser ou rabotter : elle est au coeur du dire, elle en est le nerf, le principe actif. Enlevez-moi cette disposition particulière, vous détruisez tout ressort poétique. Qu'aurais-je donc à dire si le daïmon m'abandonne, quelles que soient par ailleurs les turpitudes et les saillies qu'il m'inspire ?

Toute singularité, si elle est vraie, implique un détachement gaillard à l'égard des normes communes. C'est là sa condtion et son prix.

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

Posté par GUY KARL à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 janvier 2018

PLUIE , poème (Orientales, 16)

 

 

   Doucement

   Depuis l'aurore il glisse

   Insensible le temps.

 

   Nous glissons, savez-vous,

   Comme glissent les barques

   Muettes sur la mer

 

   Comme glisse la pluie

   

   D'où vient-elle, où va t-elle ?

   Nul ne sait

   Elle pas davantage.

 

Posté par GUY KARL à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,