10 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant troisième (2)

                    2   Certains meurent trop tôt D’autres meurent trop tard. Terrible est le lot de ces jeunes trop tôt Emportés par la mort. Ils n’ont connu Que l’affliction du corps, l’angoisse et le désespoir, A moins qu’un ange bienveillant les ait tôt libérés Des souffrances communes. Mais pire encore Le lot du vieillard qui se survit à lui-même Claquemuré dans l’agonie interminable Entre lit de douleur et chaise de douleur Dans le triste hôpital, sous les... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 20:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 août 2017

LE CHANT des ORIGINES : Chant troisième, 3

                                              3     Non le mourir n'est pas si redoutable. C'est un instant si brefQue nul ne peut le percevoir. Je revoisDans sa chambre de souffrance le vieil homme Gisant sur son lit de malade, les yeuxFixant les carreaux de la fenêtre, comme siSon âme toute voulait s'affranchir, partirEt s'élever, loin des affaires des hommes, dans le grand cielOuvert, et flotter, libre,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 00:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant troisième, 4

                          4   Certains, glissant dans le comaDescendant doucement dans les marais du songeS'engouffrent dans les arcanes d'un long tunnel Au bout duquel, brillante et douce, une lumièreSemble les appeler ; ils vont, irrésistiblementDe l'avant, happés par le sublime ; Ce qu'ils désiraient de toujours, cet ardent,Ce poignant désir de savoir, n'était-il pasSoudain réalisé, Il suffisait de marcher quelques pas de plusEt tout était...Mais soudain une... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 août 2017

Le CHANT des ORIGINES :Chant troisième, 6

                              6   Puisses-tu m'être douce, ô mort si tu surviensSans prévenir, et m'emportantInsensible comme vient douce la briseDans le feuillage recueilli. Sans rien sentirSans rien penser, comme ue ombre qui passeEn silence, emportant avec elle la lumière du jour,Comme la nuit, comme une amanteVous enveloppe da sa tendresse émueEt vous dépose sans un mot dans l'intime paysDont personne ne revient.Ou que le corps, épuisé de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant troisième , 5

                        5   "Eli, eli, lama sabactani"Père, père, pourquoi m'as tu abandonné?Le Fils, du haut de sa croix patibulaireImplore. Et les soldats Assis au pied du gibet, à boire et à manger, Ricanent : "Le voilà qui appelle Elie le prophète !Il est beau, notre roi des cieux,Avec sa couronne d'épines !".La chaleur fait fondre les pierres, le cielFermé, semble de plomb. Tout s'arrête.Le moribond gémit, tête penchée sur la poitrine.Un soldat plonge sa lance... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 août 2017

Le Chant des Origines, III, 6

                         6    Comme placé aux bords de la mort éternelle  Demande-toi chaque soir ce qu'est ta vie.  Si tu n'existais plus comment serait le monde ?  Les fleuves continuent de couler, les montagnes  Dressent toujours leur cimes altières vers le ciel.  Non, rien ne serait changé : le monde  Demain comme aujourd'hui poursuit son cours.  Toi tu ne seras plus. Toi seul pour toi.  Tu auras passé... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant Quatrième, 1

CHANT QUATRIEME 1 Salut à toi, pur génie de la GrèceToi le premier qui sut par delà les abîmesSur les blanches ailes d'un esprit souverainParcourir les immenses territoires du mondeExplorant les terres hellènes aux beaux chevauxEt traversant les mers, les dunes jaunes des désertsDu haut des cimes visiter les gouffres amersQue l'imagination peuplait de monstres, de TitansHideux, polymorphes et terrifiants.Tu as su, suivant le bel exemple d'HéraklèsPurger les écuries de l'âme, dissiper les frayeursEn toutes choses révéler le seul... [Lire la suite]
08 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant Quatrième, 2

                    2   L'ennuiC'est la haine du temps,Temps morne, temps qui s'étire,Temps du non-temps. Enfant, j'avais de mornes joursPar la fenêtre de la cuisineJe regardais la cour vide, le jardin Hivernal où tombait moroseLa pluie des mauvais jours.Sur la façade, juste en faceUne grande roue de boisTournait lamentablementDans un sens et dans l'autreParfois elle s'arrêtait, puis reprenait,J'entendais sans entendre le grincement crissant,Est-ce quelque mauvais génieEst-ce... [Lire la suite]
08 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant Quatrième, 3

                3  L'ennui haine du temps.Que savons-nous du temps, s'il glisseOu s'il est immobile ? Nous ne voyonsQue mouvements, déplacements, altérations,Que le printemps succède à l'hiver Que l'oiseau chante, et s'arrête de chanter,Que chaque instant, unique et singulier,Jamais ne revient, Que nos pensées passent comme des feuilles.Nous disons : c'est le temps. Hélas que disons-nous ?Nous replâtrons d'un mot le trou de l'ignoranceNous figeons dans un mot le mouvement du mondeNous... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 14:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
08 août 2017

:Le CHANT des ORIGINES : CHANT CINQUIEME 1

                          1   Dans un siècle inculte et dur, à RomeRayonna ce merveilleux poèteAmi des arts et de la véritéQui sut, adoucissant la langue abrupte et roideFaire sonner la belle mélodie des GrecsEn des vers lumineux, fortement scandésOù roule le fracas de l'univers, des tableauxMagnifiques où l'amour et la guerreBrouillent l'esprit des hommes, sans fin à travers les âgesEgarés, anxieux, tourmentés, tourbillonnants,Que la parole de vérité, elle... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 09:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,