17 janvier 2016

De l' EGOISME : une approche psychologique

  L'égoïsme est une notion difficile, qui fait l'objet d'appréciations contradictoires, entre condamnation morale et justification vitale, parce qu'elle est traversée par deux lignes de forces hétérogènes, reliées cependant par l'amour : amour-propre et amour de soi (Rousseau). L'amour-propre, cette passion "haïssable" (Pascal), ce "vice (Littré), est classiquement défini comme l'intérêt excessif que le sujet porte à sa propre personne, jugeant de tout par rapport à soi seul, manifestant à l'égard d'autrui indifférence ou... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:53 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 janvier 2016

DETOXICATION MENTALE

  Vous connaissez sans doute la parabole bouddhique : celui qui a traversé le fleuve en radeau, une fois parvenu sur l’autre rive ne va pas marcher en portant le radeau sur son dos. Il faut savoir utiliser les enseignements comme une méthode de progression, mais les abandonner quand on atteint un certain degré de liberté. Certains se cramponnent à la doctrine, quelle qu’elle soit, comme à une bouée de sauvetage : il est clair qu’ils ne seront jamais libres. Toute la question, dès lors, est de savoir quand il y a lieu... [Lire la suite]
14 janvier 2016

PHILOSOPHIE pour AUJOURD'HUI

  Dans l'immense littérature philosophique peu de textes me parlent vraiment. Beaucoup sont irrémédiablement datés, dès lors illisibles. Ce qui survit, et nous interroge toujours encore, c'est une poignée d'oeuvres que ni le temps ni la mode ne démodent. Ajoutez à cela que le goût personnel, le désir subjectif, l'idiosyncrasie propre du lecteur effectuent un tri sévère, écartent sans pitié ce qui ne rencontre pas sa problématique. Nietzsche remarquait que si le contenu d'une philosophie peut vieillir, la personnalité, quand elle... [Lire la suite]
13 janvier 2016

JOURNAL du 13 janvier : voyages (2

  A y regarder de plus près, pourquoi voyageons-nous ? Que cherchons-nous dans cet ailleurs, qui, sitôt rencontré, devient imparablement l'ici ? J'imagine de belles rencontres, d'heureuses surprises, des sensations jubilatoires, je m'échauffe, je m'emporte, je me hâte, rien ne semble pour l'heure plus important que de partir, d'aller là-bas, d'y aller corps et âme, de m'y engloutir, de m'y fondre jusqu'à l'extase. C'est l'ailleurs miraculeux, c'est le pays où coulent le lait et le miel. Toute l'exaltation est dans la distance.... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 janvier 2016

JOURNAL du 12 janvier : voyages

    J'ai un peu voyagé autrefois. J'avais ce rêve typique des gens du Nord de découvrir la splensdeur des pays méditerrannéens, l'Italie et la Grèce surtout, où je me suis rendu quatre fois, mais toujours trop brièvement pour m'en faire un idée exacte. La chaleur y est malheureusement insupportable en été, et au printemps le temps est incertain. Reste la lumière, dont je ne me lasse pas, qui éjouit mon coeur plus que toute chose au monde. Lumière sur la mer, petits voiliers blancs au large : je reverrai toujours ce lieu... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 janvier 2016

La DEGRADATION et la VIE : LUCRECE

    La déclinaison, qui fait surgir les mondes, les êtres et les choses, va, selon sa nature, au déclin. Courbe naissante, courbe au zénith, courbe descendante, qui va rejoindre fatalement la grande cataracte, la pluie morne de la mort. La vie est une exception miraculeuse dans le grand équilibre de la mort éternelle. Il n' y a pas de retour : contrairement à la thèse stoïcienne, Socrate ne reviendra pas. Mais ailleurs, en des temps et des lieux inassignables, d'autres combinaisons, issues de la déclinaison, feront naître... [Lire la suite]

07 janvier 2016

AMOUR et MORT : Venus et Mars

       "Toi seule (Venus) accordes aux mortels le bonheur de la paix    Puisque le dieu des armes, maître des combats féroces,    Mars, vient souvent se réfugier sur ton sein,    Vaincu par la blessure éternelle d'amour.    Il y pose sa belle nuque, puis levant les yeux,    Avide, s'enivre d'amour à ta vue, Déesse,    Et ployé contre toi suspend son souffle à tes lèvres.    Lorsqu'il se reposera, enlacé à ton corps sacré,  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
06 janvier 2016

THEORIE des FLUX (2) - du corps comme illusion

  Qu'est ce qu'un corps ? Que ce soit un nuage, une rivière, une plante, un oiseau, une femme ? Je vois deux manières de répondre, complètement inverses l'un de l'autre, selon que vous vous placez dans la stabilité ou dans le flux.  La première consiste à définir le corps comme un ensemble plus ou moins organisé, structuré, harmonique, d'éléments assemblés, reliés entre eux par la puissance d'une forme. C'est ainsi par exemple que les Stoïciens disent que c'est la forme qui organise une matière inerte, "femelle", passive.... [Lire la suite]
05 janvier 2016

De la TURBULENCE : LUCRECE

  Turbè, turba : désordre, tumulte, confusion. Turbo : tourbillon, tournoiement, toupie. A partir de quoi nous avons turbulence, perturbation, turbantibus aequora ventis, "les vents qui font tourbillonner la surface des flots". Voici Lucrèce dans le texte (I, 271 et seq) :    "Le vent : il cingle la mer en rafales,    Coule les grands navires et chasse les nuées,    Parfois il court en trombe (turbine) à travers les plaines    Les jonche de grands arbres ou dévaste les hauteurs  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
04 janvier 2016

THEORIE des FLUX

  Je m'exerce, contre la conviction commune, à considérer partout et en toutes choses le flux universel. Flux de la pluie, des rivières, des courants et des marées, flux du temps et des saisons, des nuages et du vent, bien sûr, mais aussi le flux de la pensée et des émotions, et le corps lui-même, comme processus de croissance et de décroissance, plante qui sort de la terre et y retourne, "selon l'ordre du temps". Joyeuse mobilité universelle, "branloire pérenne". Mais ce n'est pas assez de parler en terme de mobilité, ou de... [Lire la suite]