27 mars 2009

TROIS PETITS COCHONS PHILOSOPHES

Le cochon a mauvaise presse dans la littérature. Pourtant bien des gens apprécient les cochonailles rabelaisiennes, les cochoncetés des précieux, voire les vulgaires cochonneries. Mais qu'a donc fait ce pauvre diable de cochon pour mériter cette condescendance et ce mépris, du moins dans le discours officiel? Et je ne parle pas des religions qui en font le symbole de la plus répugnante ignominie. Je me réjouis d'autant que ce brave bestiau ait trouvé refuge dans la tradition philosophique ancienne, celle bien sûr qui précéda la... [Lire la suite]

23 mars 2009

VARIATIONS sur le DOUTE

Le doute est un mouvement intérieur qui manifeste pour le moins un embarras. Un point d'arrêt. On disait autrefois, dans la tardition philosophisque,"une suspension du jugement" ce qui me paraît à la fois vrai et faux. C'est moins une suspension du jugement qu'une suspension de l'adhésion. On croyait quelque chose et puis on se met à douter, c'est à dire d'abord à souffrir de la perte d'une certitude, d'une crédulité, d'une croyance ou d'une conviction. : "Et si ce que je croyais était faux, ou illusoire, ou incertain?... [Lire la suite]
17 juin 2008

ESSAIS PYRRHONNIENS

Je donne ici une petite suite philosophique consacrée à l'apologie de Pyrrhon, sage d'entre les sages, considéré dans l'Antiquité comme un homme remarquable à tous égards, puis vilipendé par la tradition universitaire qui se gausse des sceptiques en général, et de lui en particulier. Je voudrais simplement signaler que deux esprits de premier ordre, Montaigne, et à sa suite Pascal l'ont tout à fait compris, au point de se mesurer à lui, soit dans le sens de la continuité (Montaigne) soit de l'opposition inconditionnelle(Pascal).... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 juin 2008

APHASIE

Aphasie, non-parole. Ici je distinguerai l'aphasie du mutisme. Je considérerai le mutisme comme une conduite pathologique en réservant le terme d'apahasie, contre l'usage moderne, à une attitude philosophique délibérée, choisie, soigneusement définie. Seul Pyrrhon, que je sache, s'est prévalu de cette position extrême, alors même qu'il parlait d'abondance, à en croire son biographe, Diogène Laerce, quitte à parler tout seul si l'auditoire se dérobait. On l'imagine aisément discutant avec ses gorets avant de les emmener au marché pour... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 juin 2008

LA NON-DIFFERENCE

Voici le texte canonique sur lequel nous pouvons nous appuyer pour dégager pleinement la position philosophique de Pyrrhon: "Timon son disciple dit que celui qui veut être heureux a trois points à considérer : d'abord quelle est la nature des choses ; ensuite dans quelle disposition nous devons être à leur égard : enfin ce qui en résultera pour ceux qui sont dans cette disposition. Les choses, il les montre également in-différentes, im-mesurables, in-décidables. C'est pourquoi ni nos sensations, ni nos jugements, ne... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 juin 2008

QUIETUDE PYRRHONIENNE

Difficile de parler de la quiétude sans risquer d'innombrables contresens. Lorsque Pyrrhon déclare la quête terminée je ne pense qu'il faille en conclure que toute connaisance est devenue nocive. En particulier rien n'empêche la poursuite de l'exploration empirique (Pyrrhon en voyage à travers l'Asie) ni des expérimentations scientifiques (Euclide, Archimède) ou des observations médicales (Hippocrate). Il s'agit de bien distinguer les niveaux, comme nous l'enseigne traditionnellement la philosophie. Rien n'empêche l'exploration de la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:15 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

15 juin 2008

PYRRHON

Ce n'est pas par vaine exhibition culturelle que je tiens tant à parler de Pyrrhon, mais pour une raison simple : ce vieux sage a quelque chose à nous enseigner sur la pratique de la vie. Mais chez les Grecs ce projet éthique est toujours précédé d'une enquête sur la possibilité et les résultats éventuels de la connaissance. Pour bien agir il faut bien savoir, et savoir si l'on sait, et jusqu'où l'on sait, si toutefois il est possible de savoir. La plupart des auteurs admettent implicitement que la connaissance, pour être limitée, est... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
14 juin 2008

PYRRHONNISME

PYRRHON d'ELIS : représentant ultime de la sagesse grecque à l'époque hellénistique, contemporain d'Alexandre le Grand  qu'il accompagne jusqu'aux Indes. C'est là qu'il fut initié aux techniques et philosophies orientales, auprès des "gymnosophistes" - les sages nus - dont il admire la profondeur de vue et la conduire imperturbable. C'est là un moment fort de l'Histoire : Orient et Occident se rencontrent, échangent un temps des techniques et des idées. L'immense empire d'Alexandre, ingérable dès la mort du conquérant,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 juin 2008

CHOSE et OBJETS selon la théorie de Pyrrhon

Ce qu'on appelle  "objet" est une représentation: : un agglomérat de sensation, de perceptions, de connaissances mémorisées, de savoir pratique ou théorique, d'intelligence fabricatrice ou spéculative, de concept enfin, lequel ramasse toute cette batterie de savoirs dans une synthèse plus ou moins exacte ou opératoire. L'objet peut être réel : voici une table, voici des chaises. Je vérifie la perception visuelle par le contact direct. Mais y -t-il un réel pur? L'objet est aussi support d'images connotées et... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 novembre 2007

La PORTE des ENFERS : mythopoiétique

A son retour de la campagne d'Asie, où il avait suivi Anaxarque le sophiste et Alexandre le grand roi du monde, Pyrrhon fut reçu comme un héros par sa bonne ville d' Elis et porté en triomphe par les rues comme un héros. Survivre à la guerr, en ces temps de troubles incessants, était un exploit en soi. Ajoutez-y la renommée du philosophe, imperturbable disait-on jusque dans les affres de la torture, et vous comprendrez pourquoi les citoyens d'Elis décidèrent d'offrir la charge de Grand Prêtre à un Pyrrhon par ailleurs plutôt... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,