PRAGMATA

 

             Poèmes, par Guy Amédé Karl

 

                   

                      I

               

                LE RHIN

 

 

        Et je ne sais jamais ce qui me pousse

        Là-bas, d’un élan infini, jusque

        Dans la noirceur de la mélancolie.

        De Toi seul, le ciel, à la terre relié,

        Comme d’un dieu sensible parmi nous, qui marches

        A la hauteur des hommes, Toi le Fleuve

        Qui ouvres le chemin parmi les ronces,

        Qui donc serait digne de Toi, ô Prince,

        Et saurait traverser les abîmes

        Et raffermir son cœur dans les décombres ?

 

        Placer trop haut la mesure de l’homme

        C’est le précipiter tout vif dans le cratère.

 

 

                       II

 

 

       Je suis un théâtre antique

       Des personnages vont et viennent

       Je ne connais pas leur nom

       Mais ce sont toujours les mêmes

       Ils ne s’aiment pas

       Ils ne m’aiment pas

       Ils se font la guerre

       Ils me font la guerre

       Je suis un champ de bataille

       Rares sont les moments de paix

       De calme et de silence.

       Pourtant j’aime plus que tout

       La paix du ciel, le calme des fleurs

       Le mélodieux silence des oiseaux

 

       Je n’ai pas peur de mourir

       Mais je regrette de vivre si peu

       Etranger dans le monde, erratique,

       Fantôme sans repos

 

       Rien n’apaise jamais mon âme

       Ni l’amour - feuille froissée -

       Ni le savoir, ni la sagesse

       A peine quelquefois

       Le souvenir d’une rose perdue.

 

 

                         III

 

 

       « Ce petit quelque chose… » ce n’est pas une œuvre, c’est l’écoute instantanée de moments intérieurs, fugitifs, que je me propose d’ accueillir en poèmes, fleurs de bordure, fleurs de route.

      Il est trop difficile de penseer en toute simplicité, de se défaire d’une certaine posture par où s’enchaîne la répétition.

      Se laisser dicter un poème est chose plus naturelle et plus aisée.

      Fleur instantanée.

      Non-pensée.

 

     C’est le seul moyen de retourner aux sources, d’entendre à nouveau le chant du cœur.

     Le cœur éveillé, le cœur chantant nous ouvre à nouveau la porte de l’âme,

     Cette sœur intime oubliée qui habite nos profondeurs.

               

 

                           IV

 

 

      Mais que ferai-je, hélas, à l’automne

      Quand le sang refroidi dans mes veines, et l’inspir

      Attiédi, plus faible que l’expir

      Ne nourrit plus la sève des pensées ?

      Les arbres raccornis

      Pauvres de feuille et de ramure

      Délaissés du piaillement gaillard des étourneaux,

      Modestes, vénérables arbres qui penchent

      Gardent toujours vivace

      L’humble peuple d’insectes pullulants

      Qui se nourrit de ses racines.

      Ainsi serai-je, aussi longtemps

      Qu’une âme habitera mon corps,

      Je saurai mépriser la déchéance

      L’image pétrifiante, médusante

      Le flux poussif de mes artères

      Tant que le chant ensorcèle mes jours.

 

 

                     V

 

  

        La voix d’un enfant

        A moins que ce soit d’un chat

        Doucement déchire

        Le crépuscule soyeux

        Comme un lent tressautement

 

 

                 VI

 

       Tout forme a sa faille

       Silencieuse, invisible

       Et le vide, où qu’on aille

       Entre les mailles

       Creuse la cible.

 

               

               VII

 

        TRIADE DU TEMPS

 

             AION

 

 

       Ce qui te fait naître, te ramène

       Inexorablement

       Dans l’indéterminé

 

      Longue ou brève, faste ou néfaste

      Toute vie s’égalise

      Dans le cercle sans fin

      Les Heures comptent le temps

      Mais le seul temps qui compte

      Est égal au néant.

      Double figure, indissociable

      Ce qui progresse

      Régresse vers la source

      Et ce qui meurt, en d’autres temps

      Recommence la danse.

 

 

               KRONOS

 

      Il mange ses enfants, l’ogre

      Et nul n’en échappa, que Zeus

      Qui par la ruse de la reine devint roi

      Des Immortels et des mortels.

      Mais Kronos détrôné hante les profondeurs

      Il ne meurt jamais

      Sa grande voix parfois gronde

      Tel l’océan

      Le monde tremble sur sa base

      La terre se déchire

      Hadès engrange les cadavres

      Puis la terre se referme – pour un temps.

      Mais le temps tourne et rien ne change

      L’éternelle naissance des dieux

      L’éternelle agonie des vivants

      Intarissable source

      Qui jette et qui reprend.

 

         

              KAIROS

 

 

       Même le néant vaste, si vaste

       Où dansent les éléments

       N’abolit, fleur de l’éclair

       Le Kairos élégant.

 

 

                           VIII

               

               APOLLON BICEPHALE

 

 

        Seuls les tendres liens d’amour

        Savent tenir la terrible puissance

        Qui disloque tout chose

        Dans le tumultuaire.

        En toute forme

        Le vide

        Travaille et creuse et fore

        L’originaire jamais ne meurt

        De lui surgit l’immortel éphémère

        Fleur de vie, fleur de mort.

        De le savoir, de m’en nourrir

        Nulle sapience ne me console

        Nous sommes tous à rude école.

 

 

Apollon est un dieu redoutable. Fourbe, à vue double et de biais, il décoche les flèches de la destinée, et le mortel, dans son innocence, suit sans savoir le chemin courbe, l’oblique, dont l’issue balance entre la destruction sans reste et la dérisoire aporie d’une œuvre sans futur.

Pourtant, parmi les Dieux, c’est Apollon que je préfère.

L’art ne renie jamais totalement la nature, s’il est art authentique. Ainsi le profond Dionysos y trouve toujours son compte, entre la profusion écarlate du vin, la frénésie, le dithyrambe, la danse et la tragédie. Pas de forme sans vide, pas de vide sans forme .