11 octobre 2018

PYRRHON à ELIS

  La cité d'Elis, dans le nord-ouest du Péloponèse, était célèbre à double titre : elle avait la garde du site sanctuarisé d'Olympie qui accueillait tous les quatre ans les Jeux. Cette noble fontion lui assurait une sorte d'inviolabilité, fort appréciable en ces temps troublés où les Macédoniens dominaient la Grèce. Elis était également la seule ville qui possédât un temple en l'honneur d'Hadès : singularité de plus, si l'on songe qu'Hadès est le dieu des Enfers, le dieu "riche" (Pluton) qui recueille la foule intarissable des... [Lire la suite]

08 octobre 2018

IMPLICATIONS PYRRHONIENNES : un joli massacre !

  Je m'essaie à tirer toutes les implications, théoriques et pratiques, de la perspective pyrrhonienne, quitte à franchir quelques frontières : peut-être même mes élaborations vont-elles faire grincer des dents, arracher des hoquets - notammant à quelques traditionalistes, s'il s'avérait, le fait est improbable, qu'ils fréquentassent mes écrits ! L'idée qui m'est venue est si extravagante que j'hésite à la communiquer, mais enfin s'il n'y a pas de gêne il n'y a pas de plaisir. En fait cette idée nouvelle m'est venue au souvenir... [Lire la suite]
03 octobre 2018

RELATIVITE GENERALE : PYRRHON

  On peut considérer Pyrrhon comme l'initiateur d'une théorie de la relativité générale, laquelle vaudra moins pour elle-même - il s'agit toujours d'éviter la chute dans une position dogmatique - que pour dynamiter les thèses optimistes, qui prétendent que le savoir est possible. Il n'existe pas de position de survol par laquelle on embrasserait l'unité et la totalité des choses. L'homme qui se hisse prétentieusement au niveau divin, distribuant les qualités et les défauts du haut d'un trône imaginaire, ne fait que délirer à... [Lire la suite]
26 septembre 2018

DE LA SURFACE ABSOLUE - 3

  L'idée de Surface Absolue exprime deux idées nécessirement liées : une surface, c'est l'image d'un étalement sans hauteur, profondeur ni épaisseur, le pur plan d'immanence. Absolu signifie sans rapport à quoi que ce soit, se causant et se développant selon sa propre logique interne. Surface illimitée, sans extrémité, sans dehors, elle est le tout considéré dans sa splendeur spéculative. Cette conception est sans rapport avec les théories astrophysiques, elle n'exprime pas un savoir sur l'univers, ou sur les univers. Elle... [Lire la suite]
21 septembre 2018

HISTOIRES de PETITS COCHONS : PYRRHON d' ELIS

  "Alors que les hommes d'équipage faisaient grise mine à cause d'une tempête, lui-même (Pyrrhon), gardant toute sa sérénité, leur remonta le moral en leur montrant sur le bateau un petit cochon qui mangeait, et en leur disant que le sage devait se maintenir dans un état semblable d'imperturbabilité" (Diogène Laerce, IX,68). Ce n'est pas la seule occurrence, dans le corpus de Diogène Laerce, où il est question du petit cochon : "Il portait lui-même au marché, pour les y vendre, des volailles, et si cela se trouvait, des petits... [Lire la suite]
20 septembre 2018

EPICURE et PYRRHON

  Le point faible, selon moi, de la théorie épicurienne de la connaissance, réside dans l'affirmation, donnée sans preuve, que la sensation est en conformité avec la chose elle-même. Je ne conteste pas que la sensation soit vraie, cela je l'entends bien et l'accepte, mais d'une vérité purement phénoménale : la sensation est vraie en ce qu'elle affecte le corps, en plaisir ou douleur, et cela est incontestable. Pour autant on ne peut conclure qu'elle rende compte de la réalité de l'objet. Elle ne dit pas ce qu'il y a, elle dit... [Lire la suite]

04 septembre 2018

Du DOUTE et de la SUPPRESSION : l' épochè sceptique

  D'un point de vue pyrrhonien, le doute n'est pas suffisant : douter c'est examiner une thèse en suspendant l'adhésion. D'où la formule canonique du scepticisme : suspendre son jugement, éviter d'affirmer et de nier. Mais si l'on procède ainsi on laisse les jugements en l'état, on ne se délivre pas des contenus de pensée, des idées et des dogmes. On se contente de se positionner à côté, en laisssant les thèses opposées se contester à l'infini. En quoi Pyrrhon est-il bien différent, et supérieur ? Il ne doute pas, il supprime,... [Lire la suite]
03 septembre 2018

ADELON : critique de l'invisible

  Dêlos : Ile qui vit naître Apollon et Artémis. dêlos : visible, apparent, clair, évident, manifeste. adêlos : invisible, obscur, incompréhensible.   "Le pyrrhonien, déclare Sextus Empiricus dans ses "Esquisses pyrhoniennes" (livre I, 7), ne donne son assentiment à aucune des choses obscures (adêlon)". Ces "choses obscures" désignent ce qui échappe à notre capacité de compréhension, toujours relative à notre état, à notre position, aux apparences, comme par exemple de saisir la nature intime d'un phénomène. Je ne sais... [Lire la suite]
25 juin 2018

De l'ETRE, du NON-ETRE et du PASSAGE : Pyrrhon avec Héraclite

  La puissance propre de la pensée pyrrhonienne - que Montaigne a bien saisie - est de nous contraindre par un forçage scandaleux et fécond, à nous extraire des catégories ordinaires de la pensée, nous jetant tous nus dans l'effroi de l'irreprésentable. Sur quoi repose notre conception du monde ? Sur le principe de tiers exclu, qu'Aristote avait sacralisé comme fondement de la logique. Entre A et non-A il n' y a pas de tierce possibilité. Ce qui donne, pour notre problème : entre l'être et le non-être il n'y a pas de tierce... [Lire la suite]
22 juin 2018

PYRRHON EST-IL SCEPTIQUE ?

    On présente en général Pyrrhon comme l'initiateur du scepticisme. Mais que faut-il entendre par scepticisme ? C'est une certaine attitude de suspension, de mise en doute, qui se rencontre volontiers, jusque dans des têtes par ailleurs peu philosophiques. On distinguera un scepticisme mou, vague, sans principe et sans méthode, d'un scepticisme résolu qui ne recule pas devant les difficultés, qui dissout les fausses certitudes et ne rechigne pas à en considérer les conséquences. Le scepticisme antique estime que l'on ne... [Lire la suite]