I

 

      Soixante-treize ans               

      La vie passe comme un songe

      Parfois on se réveille :

      "Hélas ce n'est qu'un songe"

 

 

                   2

 

    En cet instant précis

    Je me vois très exactement

    Tel que je suis

 

 

    Tout nu

    Tout cru

    Sans fard, sans maquillage

    Sans miroir grossissant

    Sans image

    Ni de moi, ni d’un autre

    Sans personne qui m'aime, ou admire ou désire

    Sans passé ni futur,

    - Il ne reste exactement

    Rien.

 

         Rien que ces vers

         Qui repoussent l’horreur

         D’un vide total

         Plus épouvantable que la mort !