BLANCHEUR MUETTE ,     à mes ami(e)s poètes, lectrices et lecteurs de poésie! Qu'ils soient remerciés ici de leur soutien er de leur amitié.

 

 

GUY  AMEDE  KARL

 

 

 

  BLANCHEUR   MUETTE

 

poèmes

                                  

 

 

                                                                         ARGUMENTAIRE

 

                               Il est des crises où l’esprit semble se désagréger entraînant dans sa                                                     déroute le bel ordre du langage. Alors le poème devient impossible. Seul le fragment, comme                       ces marbres étêtés qu’on extrait de la vase, témoigne encore d’un passage miraculeux de                             l’indicible à un mi-dire problématique.

     Telle était la parole du dieu, délivrée dans le délire balbutiant de la Pythie, à Delphes.

   

Il est proprement impossible de dire la faille, ce blanc qui habite obscurément la parole, et que nous nous dissimulons à nous mêmes comme une tare intime. Pourtant ce blanc est la vérité même, informulable et inaccessible. Le poète, un peu plus que les autres, est travaillé d’un exigence absolue. Faute de pouvoir exhiber ce qui le constitue, il tourne sans relâche autour du point obscur, s’efforçant de capter ces bribes qui par instants émergent comme autant d’interrogations.

 

 

                                                    BLANCHEUR  MUETTE

 

 

                                                                          1

 

 

                                                          Je me réjouis du visage de la lune

                                               Le poème est la douce lueur

                                               Qui danse sur les murs

 

 

                                                                            2

 

                                               Poussière

                                               Tournoyant dans les tourbillons stellaires

                                               Qui se souviendra de nous ?

 

 

                                                              3

 

 

                                               L’oiseau, s’envolant

                                               N’emporte pas le rameau de buis

                                               Qui le balançait.

 

 

                                                               4

 

 

                                                          Tant d’années

                                               Feuilles froissées

                                               Au pied du chêne d’hiver     

                                               Déserté par les oiseaux !

 

 

                                                                             5

 

                                                          Douleur

                                               Feu qui ravage, cancer

                                               Irréfutable

                                                          Les mots

                                               Tournent en cercle de cendre, tournent

                                               En tourbillons de sang

 

 

                                                          Je coule, je coule

                                               De tout mon corps je coule

                                               Une main, je ne sais d’où

                                               Surgie,

                                               Agrippe, vorace         

                                               Le ciel qui se dérobe.

 

 

                                                                 6         

 

 

                                                          Aux cimes des chênes

                                               Criaillent les étourneaux

                                               Soudain

                                               Le silence blanc coupe en deux

                                               Le temps-monde

                                                                         

 

 

                                                                 7

 

                                                            

                                               Depuis le premier cri

                                               Je suis ma blême blessure

                                               Inhabitable

 

 

                                                                                 8

 

                                                            Tout ébouriffé

                                                 Dans la mouillure des rêves

                                                 J’étais comme un diable         

                                                 Cherchant la route perdue

                                                 Qui ne conduit nulle part

 

 

                                                                                  9

 

                                                                Brûler, vous dis-je !                                                   

                                                    Jusqu’au gris de la cendre

                                                    Et qu’une main preste jette

                                                    La poussière dans la lumière !

 

 

                                                                                   10

 

 

 

                                                      L’air bleu si soyeux

                                                      Même l’oiseau ne déchire

                                                      Son voile limpide

                                                      Le jeu de la transparence

                                                      N’est lui-même que le vide.

 

 

 

                                                                       11

 

 

 

 

 

                                                        Le pollen neigeux

                                                        Flotte au caprice des brises

                                                        Le long des allées

                                                        Et sans hâte va finir

                                                        Dans le calice des fleurs

                            

       

                                                                                        12

 

 

                                                                       J’inspire, j’expire

                                                          Le clapotis de la pluie

                                                          Petit à petit

                                                          Me fait glisser dans les eaux

                                                          D’avant tout souvenir

 

                                                                                          

                                                                        13

 

 

                                                            Mouette à la diable

                                                           Tourterelles enrouées

                                                           Tous les corps

                                                           En un instant se recolorent !

 

 

                                                                       14

                                                                          

                                                            Ciel noir perforé

                                                            Silence des étoiles

                                                            Aux franges du vertige

                                                            Je me déchiree.

 

 

                                                                        15

 

 

 

 

                                                            Qui donc prend le soir pour l’aube,

                                                            Au matin clair se meurt ?

 

 

 

                                                                                           16

 

 

 

                                                                        Sur la paille de l’étable

                                                           Vibrent, poudroient

                                                           Mille scarabées incendiaires

 

 

                                                                         Eblouissement

                                                           Tu épuises mes ardeurs, mes fureurs

                                                           Jusqu’à l’ultime

                                                           Jusqu’à l’antique, à l’unique

                                                           La souveraine nuit !

 

 

 

                                                                                  17

 

                                                                         

                                                        Autant d’étourneaux

                                                        Que de feuilles biseautées

                                                        Piquètent les ciel

 

 

 

                                                         Au soir

                                                         Sur l’implacable surface                     

                                                         Tout s’efface

 

 

                                                                                     18

 

 

                                         Comme toute chose qui tourne et roule dans la turbulence

                                         Je roule et tourne dans l’éternité.

 

                                                                                      

 

                                                                                       19

 

                                                       Nous consumons nos jours

                                                       Expectant l’impossible retour

                                                       D’une chose à jamais clouée

                                                       Dans la chair de notre amour.

 

 

 

                                                                        20

 

                                                                       L’ivresse                                 

                                                          Elle seule, l’ivresse

                                                          Fait le poète

 

                                                                        

                                                          Mots-drogue, mots-absinthe

                                                          Du néant blanc de neige

                                                          Surgis

                                                          Pétales blancs

                                                          Tressent l’imparable corbeille

                                                          Du néant

 

                                                                       Sous le regard

                                                          Du Kronos nécrophage

                                                          Toute chose

                                                          S’égalise en poussière de vent.