Imaginons la scène suivante : confortablement installé au sol, jambes en repos, dos tout du long étendu, vous avez gagné sans effort - surtout sans effort - le calme, laissant s'apaiser la respiration et le tumulte de l'esprit. Quelques minutes de détente intégrale vous permettent de glisser tout naturellement dans les couches profondes de la conscience : tout devient comme irréel, le monde extérieur est aboli, et en même temps vous vous sentez singulièrement vivant et réceptif, flottant dans une mer sereine de sensations corporelles.

Toujours pleinement conscient mais détendu, vous placez la main gauche ouverte sur le ventre, juste en dessous du nombril, puis la main droite sur la main gauche. Vous sentez la respiration régulière du ventre qui soulève légèrement les mains à l'inspir, et qui se rétracte légèrement à l'expir. Les mains, bientôt, font corps avec le ventre, s'incorporent au mouvement alternatif.

Après quelques séquences respiratoires, toujours calmes et sereines, on pourra placer par l'imagination un beau soleil au centre du ventre, juste sous le nombril, de la taille qu'on voudra. Puis y mettre de la couleur, chaude de préférence. Contemplons ce soleil, concentrons-nous, essayons de ressentir pleinement sa chaleur, puis, sur plusieurs expirs successifs, laissons diffuser cette chaleur, cette couleur tout autour, vers les poumons, vers les hanches, vers le bas-ventre, mais sans forcer, sans raideur, souplement, délicatement. A l'inspir on revient au centre, à l'expir on laisse rayonner vers la périphérie. De la sorte toute la surface du ventre est comme irradiée. Les plus avancés pourront même visualiser un mouvement sensitif à l'intérieur du ventre.

Pour finir, laissons venir l'image d'un lac de montagne : au milieu le cercle rougeoyant du soleil, comme si le soleil avait plongé dans les eaux et de là rayonnait tout autour. On pourra contempler quelque temps cette image, s'en nourrir, et la laisser glisser dans la mémoire. La garder par devers soi comme un talisman.

Revenir lentement vers la conscience ordinaire, retrouver les sensations familières de l'espace et du temps, remettre en mouvement les mains et les pieds, les articulations et les membres, s'étirer, ouvrir les yeux.

Hé quoi, ce fut un beau voyage !