XV

 

 

 

                         Ah, routes, vous ne menez jamais à l’essentiel !

                         Routes du Nord, si plates par la plaine, les dunes et les vents !

                         Routes des fjords de glace, des cols, des neiges blafardes ;   

                         Abysses colossales, givres sans nom. Les yeux se sont voilés,

                         Les âmes desséchées, semelles de blizzard, ventre crevé !

                         Routes du Sud, longs golfes d’incendie, Corinthe et Kolossos,

                         Midi d’épure – ô vents nuls !

                         Tombe d’Agamemnon, roi d’exil, insondable surface   

                                    Où se perd ma raison !

 

 

 

                         Routes d’ouest, océan terrifique ! 

                         Et l’est ! ô Nostalgie, terre perdue, colombages qui barrent les routes

                         En avant, en arrière. Et retour impossible !

                         La croix des voyages m’écartèle, l’horrible roue, morne saccage.

 

 

 

                           Retour au centre

                           A l’immobile aux grands yeux vides

                           Vertige d’un couloir insondable

                           Et la chute infinie dans le vide…

                           Entonnoir maléfique, horrible chute et cri

                           Provenance incompréhensible.

                           La chouette me contemple de son œil impassible

                           Ici tremble le cœur à pressentir l’extrême   

                           Tout au bout du couloir

                           Quelle image de glace, sang séché, quelle informe

                           Enigme me ravage ?

                           Cela pourtant est vrai, de vérité sensible, immarcescible

                            Qui du cratère de l’horrible peur 

                            Se libère, rayonne, tourbillonne

                            Tumultes et rumeurs,

                            La vie, la vie enfin, débridée, torrentielle

                            Ecoulements, écroulements, éboulements

                            Tumultes et rumeurs

                            Et tout cela qui recommence

                                   Et s’extasie

                                   Eperdument !

 

 

 

 

 

 

                                                        XVI

 

 

 

 

 

 

                                  Chute d’Icare sous le jet des soleils

                                  Et par quel orifice

                                  Quel fond sans fond

                                  Tu vires, tu chavires 

                                  Criblé d’éclairs de soufre, de vitriol

                                  Interminablement

                                  Le long de l’entonnoir béant ?

 

 

 

                                                              Je tombe, je tombe

                                                              Plus de sol, plus de terre    

                                                              Rien n’arrête ma chute

                                                              Le rêve noir n’en finit pas 

 

 

                                      Tête première

                                      Corps arqué 

                                      Quelle membrane faut-il déchirer

                                      Quel hymen invisible   

                                      Pour exister ?

 

 

                                                             

                                                      XVII

 

                                     

                                     

                                     Il faut rester. Tout cela n’est qu’un rêve.

                                     Je suis lassé des voyages, ô routes de misère !

                                     Elle est ici la terre, terre toute donnée

                                     Ici les dieux ne sont plus que poussière

                                     Cheveux d’Hélène, eaux des fontaines   

                                     Je suis le résident d’ici

                                     Ici je suis.

 

 

 

 

 

 

                                                             Pour Nicole, texte revu et publié, ce 24 janvier 2011