ROUTES d’EXIL,    ELEGIE

 

 

                                                     I

 

 

                      Plus  de pères ! La route est libre, mais laquelle, et vers où

                      Mais entre le moment que voici, et la mort   

                      Une plage de vie, longue ou courte, qui sait ?

 

 

 

                      Une route droite ?

                      Ou plusieurs chemins gaillards, louvoyants, indirects    

                      Qui se croisent ou s’entrecroisent   

                       S’éloignent, se déchirent, se recomposent

                       Un faisceau de routes

                       Un écheveau de routes ! 

 

 

    Etoiles sillonnantes, sifflantes, flèches, flèches acérées, flèches courbes, droites et folles !                

 

 

 

    Herbes aussi, frondaisons, forêts, végétations prolixes, carnivores –pléthores

    Le vide aussi, l’interstice rebelle, l’interstice affamé, rongeur, cannibale, semeur de mondes et saxifrage, recracheur de poussière, de rubis et de feu ! Forge de l’avenir, géniteur d’univers !

    Je ne sais où je vais entre aurore et couchant, entre les abîmes, côtoyant les falaises où la mer gronde, et le mufle du néant, entre hier aboli et le demain sceptique – incertitude, vagissement-pléthore !

    Je voudrais être partout à la fois, embrassant d’un seul geste l’aube et le crépuscule, l’orient  et l’occident, - n’avoir pas à choisir,

    Pour retenir l’instant, le riche instant qui contient tous les mondes

    Pour repousser le fatal, le déchirement, l’éclatement d’un impossible Tout

    Car tout choix est douleur, déchirure et naissance, et route encore, encore

    Vibration de la corde au moment du lâcher, quand la flèche qui troue le vide abolit et profile un chemin

    Où je voudrais peut-être la suivre, mais pour où, mais pour où

    Dans l’indéterminé d’un impossible lieu ?

 

 

 

                                                    II

 

 

       Ecrire c’est tracer une route dans le silence, c’est créer la route

       Car rien ne précède la route, avant la route c’est la mort, d’une mort éternelle

       Inerte, et froid et sale, d’une morne apathie funéraire, peuplé d’oiseaux de mort

      Coléoptères, digitales fleurs carnivores

       Monstrueuses aragnes, velues, glissantes, stupéfiantes

       Mais le pas du chasseur, dans la végétation, à coups de machette, trace

       Une route !

 

 

        Ainsi le verbe se fait chair, chair sensible, animée, mouvante, saisissante, tactile

        Chair coulante, filante, essayeuse, et fileuse

       Etoile dans la nuit, tracé de feux, courbe d’éclairs

       Voltigeuse mouette, écharpe de lumière

       Voyelle de le chair béante, avalant l’air, crachant, tonnant, vociférant

       Et consonne qui vibre, et résonne, et prolonge le vibrement sonnant

       Car la voyelle est large, ouverte, buvant l’air, aspirant l’infini

       Et la consonne est mâle, et pénétrante, et secouante, vibrant de mille secousses, flèche

       Et le pas peut saillir, par le frémissement d’une semelle ferme, la distance,

        Accomplir, le premier, le couple du pas clair et du sol   

        Et consonne et voyelle, et le clair et l’obscur, promesse d’avenir…