POESIE TRAVERSIERE

 

                 

 

              PRELUDE

 

 

           O flûte traversière

         Qui donc pourrait savoir

         A vibrer de tes trilles de ruisseau et d’oiseau

         D’où tu viens, où tu vas,

         Toi souveraine de nulle part

         J’essaie de te suivre, ô reine, en ton décours

         En vain

          - Déjà, et de toujours

         Ailleurs

         Tu inventes ton propre cours.

 

 

 

 

               LIVRE UN - DIFFICILE PASSAGE

 

  

                          1

 

            Hasard, père des pensées fortes

           Des rencontres d’amour et de guerre

 

           Au bord du gouffre

           L’écart,

           Arc vibrant et fier.

 

 

                        2

 

 

            L’infini

            Printemps parmi les dieux

 

            L’aube, et le cœur démuni

            Si nous parlions tous deux ?

 

  

                     3

 

 

             Je me suis réveillé dans Mozart. La flûte chantait toujours

             Au milieu du matin. Je vécus l’embarras terrible de vivre.

             Que faire ? Tous les chemins se rejoignent dans le vertige

             Des désirs qui s’annulent.

             J’envie le vagabond, le juif errant, le noctambule écartelé !

             Et l’enfer même, pourvu qu’il monte !

 

  

                           4

 

  

              Elire domicile dans l’errance

              Brûler le jour.

              La nuit viendra, tiède et facile

              Pour ramasser tous ces instants épars

              Dans un unique corps.

 

 

                           5

 

              Prends garde aux mots, chacun

              Est une enveloppe, et si

              Tu l’ouvres d’un coup sec

              Il éclate, et tu ne peux longtemps tenir

              L’éclair de la fracture.

             

             O Joie ! qui te mériterait ? Toi la pure

             Extrémité, lorsque s’épuisent

             Et notre angoisse et nos désirs.

 

  

                          6

 

 

             Suivre le vol de la mouette sur le fleuve

             Abandonner toute pensée

 

             L’éphémère est la souffrance du cœur

             Qui s’attache et qui veut la durée

 

             Suivre le vol de la mouette sur le fleuve

             Laisser périr toute pensée.

 

  

                      7

 

                                                à Jérôme Bosch

  

 

              Dans une autre vie, certes,

              En remontant le grand fleuve

              J’étais Akhenaton ou pêcheur de morue

              Guerrier, dragueur, épileptique

              Je ne m’en souviens plus.

 

             Mais j’y étais, j’en suis bien sûr, depuis toujours

             Et j’y serai dans trois cent vingt mille ans

             Toujours joyeux, toujours vivant !

 

             Enfant, je croyais qu’on pouvait descendre

             Dans le mystère des fontaines

             Fouiller les couches souterraines

             Et dans la fange et dans la cendre

             Retrouver l’anneau d’or de la reine.

 

             Mais la légende a fermé ses portiques

             Et l’univers se tait.

             Seule la chouette mystique

             Connaît le grand secret.

 

 

                               8

 

                                       Hommages à Fernand Léger

                           I

             

 

              Si c’est pour retrouver

              L’antique canonique

              Adressez-vous aux morts !

 

              Le soleil trace un faisceau écarlate

              Sur le marbre du jour

              Et les arbres à l’entour

              Font une douce cantate

 

             Je suis ivre dans le vertige d’été

             Les fleurs marchent dans le pré.

 

                         II

 

             « Sur un grand mur de pierre

             Faire éclater la plus haute puissance

             Fleur d’univers »

 

            Ah tes mosaïques en plein ciel

            Tes couleurs oriflammes

            Tes cithares, perroquets, jardins, bosquets

            Emeraudes, cavernes, talismans hiératiques

            Tes contre-ut suspendus en plein vol !

 

            Entre tes mains

            Tout est simplicité,

            Dans ton regard

            Les dix milliards de gouttes des fontaines

            Dessinent jaillissantes la gerbe

            Offerte à la Beauté.

 

  

                     9

 

 

            Léger comme un coup de pinceau

            Ne rien tenir

            Passer comme l’eau

 

 

                   10

 

            De l’autre

            Berge, suis le fil de roseaux

            Jusqu’à la plaine nôtre

            Ebouriffée d’oiseaux.

 

                   

                        11

 

             Comment me dépouiller de l’amour, l’amour - roi,

             Vertige d’être seul dans les vignes,

             Sans soleil, sans lune pour faire signe,

             Et l’argile spongieux au fond de moi ?

 

                   

                       12

 

             Mon cœur s’envole à l’est, vers cette Europe

             Plus vraie que nous, berceau des lentes gestations,

             Du devenir-poète au long du sinueux Danube,

             Pays que je ne connais pas, que je désire

                      Serrer de mille bras !

 

             Danube, j’arpenterai tes rives grises

             Tête sonnant de musique et de cris

             Tête sonnant, salves, fusées,

             Mille mitrailles de mots pulvérisés

             Jusqu’à l’ivresse, ah l’ivresse et l’orgie !

                         Jusquà l'oubli !

 

  

                         13

  

 

              Suivre le vol de la mouette sur le fleuve

              Qui remonte la plaine et puis s’en va

              Alors je vois le premier jour du monde !

             

              L’éphémère est la souffrance du cœur

              Qui s’attache et qui veut la durée

              Mais tout s’en va et tout se renouvelle

 

              Attentif au mélange

              Je contemple la vie qui fait la mort

              La mort qui fait la vie.

 

  

                            14

 

             Butée

             Sur les deux socles de granit

             L’arche

             Entre deux bords

             Dessine son croissant de lune

 

             Entre la clef de sol et le point d’orgue

             Tracer l’arche sonore

             Qui va et qui revient.

 

 

                            15

 

              J’aurais voulu savoir

              L’origine et la fin.

              Tout glisse entre les doigts.

              Une rosée, une buée,

              Quelques mots nés de l'effroi.

  

 

                               16

 

              En lieu et place

              De la chose perdue

              Les lettres du poème.

              Cela peut-il suffire ?

              Rien ne suffit jamais, disent-ils.

 

              Cela suffit.