16 octobre 2018

De la MALADIE de l'AME : Diogène d'Oenanda

  "Voyant que la plupart des hommes sont malades de fausses opinions sur les choses et n'écoutent pas le corps, les plaintes importantes et justes qu'il porte contre l'âme, à savoir que, par elle il est tourmenté injustement, accablé et entraîné vers des choses non nécessaires....nous avons voulu venir au secours des hommes de bonne composition". Dans ce passage Diogène d'Oenanda nous livre un diagnostic médical : la maladie vient d'un enflure de l'âme lorsqu'elle se laisse aller à des aspirations infinies qui nous vouent à... [Lire la suite]

15 octobre 2018

A QUI S' ADRESSE UNE PHILOSOPHIE ?

  En théorie une philosophie s'adresse à tous les hommes, du moins si l'on considère que tous les hommes sont des êtres pensants, susceptibles d'évoluer vers la connaissance. C'est ainsi que Diogène d'Oenanda se propose "de venir au secours des hommes de bonne composition" en leur enseignant les remèdes contre la maladie de l'âme. Mais la formule même - des hommes de bonne composition - implique une réserve : elle établit une frontière entre ceux qui sont aptes à la guérison et les autres. Le critère thérapeutique vient... [Lire la suite]
13 février 2017

DIOGENE : L' HEROISME ETHIQUE

  "Il louait les gens qui, sur le point de se marier, ne se mariaient pas ; qui sur le point de faire une traversée, ne la faisaient point ; qui, sur le point de s'occuper de politique, ne s'en occupaient point, et d'élever des enfants n'en élevaient point ; il louait également ceux qui s'apprêtaient à vivre dans la compagnie des princes et qui ne s'en approchaient point" (DL, VI, 29) La beauté de ce passage tient à une tension extrême entre le désir et le renoncement. Tout près de céder aux élancements de la passion, le sujet... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:11 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 septembre 2012

De la LIBERTE de NATURE

            Il est impossible de démontrer la liberté si toute démonstration requiert l’usage de la causalité. Selon cette dernière tout acte est précédé d’un autre acte, ou d’une motivation agissant comme cause, si bien qu’aucun acte libre n’est possible.  Mais tout cela est bien théorique, et la pensée, ici comme ailleurs ne montre rien d’autre que ses inévitables limites. Si je veux faire une expérience de la liberté il me faut me tourner vers l’action : je ne sais s’il existe quelque... [Lire la suite]
04 septembre 2012

DIOGENE d'OENANDA : UNIVERSALISME

              « Vu que, comme je l’ai dit avant, comme en temps de peste, la plupart sont malades en commun de fausses opinions sur les choses et qu’ils deviennent toujours plus nombreux , - en effet, à cause de l’émulation réciproque, l’un prend la maladie de l’autre comme les moutons -, vu qu’il est juste de venir au secours de ceux qui vivront après nous, car eux aussi sont des nôtres, même s‘ils ne sont pas encore nés – et qu’il est le propre d’un philanthrope de venir en aide aux... [Lire la suite]
10 novembre 2011

Pour une nouvelle civilisation

                                                                      XIV                                                   POUR UNE NOUVELLE CIVILISATION         "Si l'on considère chaque section de la terre, à... [Lire la suite]

07 juillet 2011

PHILOSOPHER ENSEMBLE : SUM-PHILOSOPHEIN

"Hoi sumphilosophoûntes" : ceux qui philosophent ensemble. C'est dans ces termes qu'Epicure s'adresse aux membres du Jardin à qui il donne ses dernières recommandations. Cette expression est remarquable en ce qu'elle résume l'essentiel de sa doctrine. Si nous décomposons la formule avant de la rassembler à nouveau nous obtenons les éléments suivants : sophia : la sagesse comme activité au présent, exprimée dans le présent du verbe : philosophein. La sagesse n'est pas l'objet d'un désir au futur ou d'une nostalgie. Elle se réalise ici... [Lire la suite]
20 juin 2011

SAUVER la SINGULARITE

La notion d'identité n'est que relative et différentielle. Elle n'exprime pas encore la nature du sujet. Dire comme Sartre : "je me pose en m'opposant" c'est s'inscrire dans le champ de l'autre, tout en prétendant s'en différencier. La perspective reste réactive :  je suis ce que l'autre n'est pas, l'autre n'est pas ce que je suis. C'est là un moment, nécessaire sans doute, mais qui doit se dépasser lui-même pour s'abolir dans l'affirmation de la singularité.  La singularité est sans concept, sans définition possible... [Lire la suite]
16 décembre 2010

OTIUM et SCHOLE

"Rien ne produit la tranquillité comme éviter de s'affairer beaucoup, de s'adonner à des occupations pénibles et de se contraindre au delà de ses propres forces. Car tout cela installe le trouble dans notre nature" (Diogène d'Oenanda (fragment 114) Travailler moins pour mieux goûter aux fruits délicieux de la SCHOLE, que les Latins appellent Otium, qui, comme par hasard, s'oppose au Negotium. Scholè donne scola, école : la vraie école est celle de la vie, qui peut se passer et ne pas se passer de l'école de la... [Lire la suite]
16 décembre 2010

INVITATION à la PHILOSOPHIE : Diogène d'Oenanda

"Ouvre un passage naturel vers notre communauté, et tu te détourneras des discours des rhéteurs, afin d'entendre une partie des opinions que nous soutenons. Après quoi, nous l'espérons vivement, tu frapperas très bientôt aux portes de la philosophie". Texte inscrit sur le Mur de Pierre du philosophe Diogène d'Oenanda, disciple d'Epicure.(Fragment 127).
Posté par GUY KARL à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :