IX               

               L'AUTRE PAYS

 

           Dans la grande ville de suie, de pluie

           De mélancolie

           Moi je vis comme un indien des plaines

           J'ai mon chapeau à plumes sur la tête

           J'enfourche mon cheval de poésie

           Je cavalcade, je piaffe, je hennis

           Je hurle par les rues

           Je me moque de la guerre et de la paix

           J'ai mes amis à moi qui ne me quittent pas

           Ils sont plus réels que vous

           Même morts ils sont plus vivants que vous

           Ils sont tout le bonheur du monde

           Ils sèment autour d'eux la beauté éternelle

           Ils font croître les fleurs au milieu des charniers

           Hiroshima est une roseraie pourpre

           Nous sommes à jamais les apatrides

           Sans feu ni lieu

           Déracinés, enracinés dans le pays sans nom

           Le seul qui n'a pas de frontière

           Qui est de tous les temps

           Le seul présent !

 

 

                           X

 

                       L'ENFANT                                  

                               

                                1

    L'âne, avec le boeuf, soufflait de ses narines sur l'enfant. L'étoile était au front de l'ange. Ses grandes ailes enveloppaient la terre.

    L'enfant dormait nu sur la paille. Il ne le savait pas, mais sur son front dansaient tous les possibles.

    Jette le dé ! En ce vierge matin tout se joue,

    D'un seul coup!

 

                              2

 

 

      J'aimerais dire tout ce que j'aime

      Jouets, vases, livres d'images

      Oiseaux et paysages

      L'ile de Robinson, papayes, perroquets

      Senteurs, couleurs et colibris

      Le musc et le jasmin, fleur d'églantine

      Douce fleur de Vénus

      Toute la sensualité des Tropiques

      Toute la sensualité des pays où je n'irai jamais

      Palmiers, cocotiers, figuiers, pistachiers

      La mer, la mer encore, la mer toujours

      Algues sauvages des lagunes

      Coraux éblouissants, turgescents

      Toute la lumière réfractée sous la mer

      Long délice sous l'eau alanguissante et vague

      Des myriades de coquillages dans tes cheveux

      Longues lianes sauvages tout le long de ton corps

      Qui dansent doucement dans la brise océane

      Tes cheveux sont des algues, ton corps est diaphane

      Tout l'océan coule par ton corps

      Tout l'océan lave nos deux corps

      Et nous immatérialise à la lumière

      Comme de beaux rayons tremblotants bleuissants

      Nous sommes deux archanges

      Irradiés irradiants

      Nous sillonnons les fonds marins comme des météores

      L'univers n'a plus de secret pour nous

      Et tout mêlés à l'élément fondamental

      Couple divin, triades et myriades

      Nous goûtons le nectar de l'éternel amour.

 

                             XI

 

                           VENUS

 

       Au milieu des crachats, des ornières

       La beauté garce

       Eau vive, iris, irrépressible !                                                             

 

                               XII

                         

                       SALUTATION

 

        Ne tremble pas, l'heure s'avance en habits de noces.

        La mort est l'autre face de l'amour.

 

         Heure grave me voici!

         Je n'ai vécu que pour ce flamboiement d'aurore

         Ici commence après le dénuement cruel

         Le règne du présent sans partage.

 

-----------------

Ces poèmes, je les ai écrits il y a longtemps déjà. A les relire je fus saisi d'un sentiment étrange. Ainsi donc, cela je l'ai déjà vécu, transcrit dans une langue balbutiante. Entre grâce et désespoir je me suis résolu à les reprendre, à les élaguer, taillant de ci, ciselant de là, toujours exigeant, et trop souvent dégoûté de mes anciennes approximations. Mais après tout, plutôt que de les laisser pourrir dans le tiroir, j'ai estimé possible une exhumation corrective, pour le plaisir, je l'espère, de quelques-uns. Quant à moi, je me suis jugé contenté par un voyage poétique ambigü, mais non sans quelque ravissement. En jugera qui veut bien.