V

                                                       

                        MUSE

  

           Un lieu tout intérieur

           Joyeux, tranquille et lumineux

           Une douce fontaine y chante

           Du printemps jusqu'au vif de l'hiver

           Les fleurs y sont toujours belles

           Et le désir ne meurt jamais.

 

           Le jardin est ouvert

           Le vent y passe, s'invite à déjeuner

           Mais ne reste jamais.

 

          Je suis seul avec ma bien-aimée

          La belle Muse traversière

          Qui vient, qui part et qui revient

          Laisse flotter son beau sourire

          Comme une aurore qui m'étreint.

 

          Je cultive les roses dans mon jardin

          Le vert plaisir, le bel amour 

          Même la mort la si cruelle

          Est douce à respirer

          Dans mon jardin d'éternité.

 

 

                     VI

 

                  JARDIN

                                                                      

 

                       1

 

          Dans mon jardin

          La fontaine oublie de se souvenir

          L'eau chante le premier jour.

 

          La lune est bleue comme une image

          Et l'enfance éternelle

          Abolit les affres de la mort

 

          Rien ne manque à ce cristal du jour

          Le sang est clair comme de l'eau

          Dans les veines de l'aurore.

 

                           2

 

          Dans mon jardin

          L'ami embrasse son ami

          Le soleil épouse toutes les sources.

 

          Le désir ne ronge pas les coeurs

          Et la tristesse moins encore                        

 

          Chaque printemps patiemment recompose

          L'étoffe de la robe invisible

          Qui épouse le corps blanc de la rose.

 

                             3

 

          Le silence qu'en vain j'ai cherché dans le vaste univers, enfin, le voici, en un lieu qui n'a pas de lieu.

          Je ne saurais vous en dessiner la carte.

          Et pourtant il existe, ce lieu, et ce silence au coeur du monde.

          Inaltérable, indescriptible amour.

 

 

                           VII

                        LE SAGE

 

   "Je ne me réincarnerai plus". Ainsi disait le Sage, assis sous le figuier de Bodi, et le sourire fleurissait son visage.

    Par les champs, par les villes, il allait, il mendiait, il parlait. Les gens venaient de partout pour l'entendre.

    Il avait sondé le grand mystère de la destinée. Il acceptait de mourir, et que ses cendres fussent dispersées sur le fleuve.

    Face aux dieux innombrables, aux monstres grimaçants, à l'espoir et au désespoir, face aux chimères et à la haine amère, il dressait la simple doctrine de l'impermanence.

    "Ne vous attachez pas, disait-il, laissez tourner le monde, ne cultivez ni le moi ni le non-moi. Soyez à vous-même votre propre lampe".

    Et par lui, pour la première fois depuis les siècles formidables, l'homme avait façonné, enfin, son propre visage.

 

 

                              VIII

                          GRAND PERE

                      

                                 1   

 

              Grand père, mon ami

              Plus homme que bien des hommes

              Si généreux, si vrai

              Avec ton sourire qui dit que tu comprends

              Ton sourire qui dit que tu nous aimes

              Malgré ton air bourru, ton air d'être ailleurs

              De penser à tes chiens, à tes poules

              A ton jardin de betteraves

              Tu étais bien là

              Au centre de nous tous

              Tu étais notre phare, notre soleil terrestre

              Tu réconciliais les mondes déchirés

              Tu apaisais la dispute et la haine

              Et je t'aimais d'un grand amour d'enfant

              Et je t'aime toujours, toi qui n'es plus depuis longtemps

              Ton visage est bien là, au centre de ma vie

              Doux rayon de l'enfance immortelle

              Jusque dans l'âge adulte et jusque dans la mort

              Puissé-je comme toi

              Relier le passé au présent au futur

              Graver ce qui demeure au coeur du temps!

  

                                  2

 

              Mon grand père était un vieux samouraï très digne

              Il avait pratiqué tous les arts

              Le judo, l'aïkido

              Le karaté, le tir à l'arc, le thé

              Il était dixième dan de go

              Il avait tué dix mille hommes à la guerre

              Sur le front de Russie il avait pris tout seul

              Une place gardée par deux mille oustachis

              Leur général, de rage, s'est fait hara kiri.

  

              De retour sur ses terres

              Grand père a découvert le plaisir de l'amour

              Plaisir plus rare que les plus rares

              Il cultivait la rose pourpre de l'amour

              Il ne s'ennuyait jamais

              Il lisait les poètes du temps jadis

              Il n'écoutait jamais la radio

              Déchirait les journaux

              Il vivait si heureux, si heureux

              Que les dieux mêmes le jalousaient.

   

                                3

    

              Grand père

              A la manière de Montaigne était philosophe

              Il ne lisait jamais les philosophes

              Son front était plein de pensées lentes

              Ses yeux disaient à ciel ouvert

              Le grand plaisir de vivre simplement

              Il cultivait les fleurs de son jardin

              Son crâne dégarni luisait sous le soleil

              Quand il fendait son bois à coups de hache

              Je l'aimais plus que tout au monde

              Il savait m'écouter sans avoir l'air de rien

              Il comprenait sans réfléchir

              Ses épaules soulevaient le monde

              L'espace autour de lui, comme agrandi

              Semblait parcouru de beaux rayons multicolores

              Des anges tournoyaient dans le ciel

              Se posaient sur le toit de la maison

              Jouaient avec tous les oiseaux du ciel

              Leurs grandes ailes frémissaient de bleu, de rose, de rouge

              Tous les jours c'était Noël

              Et sur le seuil

              La parole de l'étranger sonnait clair

              Nul n'avait honte du boire et du manger

              Et chacun repartait sur la route avec un bout de pain

              Et dans le coeur un bout de son jardin.