CHANT SECOND

 

                            2

 

      Mon désir, mon grand, mon seul authentique désir

      Est de prendre mon rang dans la Grande Lignée

      De ces immenses penseurs et poètes

      Qui font la lumière de l’humanité, depuis

      Les temps antiques, où la mer et le soleil

      Venaient briller aux beaux rivages hellènes,

      Et dans l’Inde peuplée de dieux, qu’un génie plus qu’humain

      Sut tirer de sa somnolence, appelant

      Tout ce qui vit à la pleine conscience.

      Mais de tous c’est le beau génie que je préfère

     Celui qui sut, chassant les dieux dans les lointains

     De l’espace galactique, nous appeler,

     Hommes, simplement hommes, et sans crainte

     Sans espoir frelaté, sans illusions voraces,

     A la vie bienheureuse. Lui-même,

     Rejetant les faveurs de la foule, la gloire et le pouvoir,

     Dans le Jardin adonné à la douce amitié

     Cultivait la volupté de la sagesse,

     Non point celle des rites, des adorations et des prières,

     Mais la noble sagesse de l’esprit dans le corps,

     De l’esprit libre qui, en toutes chose,

     Observe simplement l’action de la nature.

     Le premier il comprit la source des douleurs,

     En physiologue, en médecin, en thérapeute

     Il décida de soigner l’âme malade, cherchant les causes,

     Prescrivant le remède.

 

     Nous venons tous au monde inachevés

     Immatures, incapables de vivre par nous-mêmes,

     Et si les animaux suivent  passivement l’instinct

     Nous sommes ceux, les seuls de par le vaste monde,

     Où le manque d’instinct a creusé son sillon fatal,

     Et nous cherchons de tous côtés une aide ou un recours

     Pour nous assurer d’être. Et chacun sait

     La béance,  éternelle, du berceau à la tombe.

     Les uns cherchent des dieux pour suturer la faille

     Se garantir d’un sens dans le chaos du monde ;

     D’autres se dissipent dans les voluptés, croyant

     A chaque fois saisir ce qui s’échappe. D’autres

     Inapaisés, anxieux courent  au Tribunal,

     A l’Assemblée, à la guerre, et dans la mort

     Oui, dans la mort même espèrent une réponse.

     Ainsi chacun s’affaire, et aucun n’est content.

     Le vase, notre vase, celui que la nature

     A forgé, insoucieuse de nous, est un vase percé

     Qui jamais ne retient les grâces de la vie.

     Tout coule, et roule, à travers nous

     Et nous mourons tout aussi nus qu’au premier jour.

 

 

     … Du berceau à la tombe

     Même statut, même visage, même douleur.

     Pourquoi courir, mon âme, les spectres, les fantômes

     Illusions d’un jour qui reviennent toujours,

     Pauvres hochets aux mains de ces pauvres enfants

     Que nous étions, que nous sommes toujours ?

     Et cela continue, continue

     A moins qu’un jour,

     Considérant sans complaisance le manège

     L’homme s’arrête

     Fait face

     Décide

     De ne plus tourner dans le carrousel

     De ne plus tourner comme un rat dans la roue

     De s’extraire

     De faire diversion, disruption

     D’être en dehors, exilé volontaire

     Solitaire

     De s’asseoir paisiblement

     Dans l’herbe du jardin

     De regarder couler la rivière

     Sans rien faire

     Libre, indifférent comme un dieu,

 

     D’être heureux.