10 janvier 2019

AMOUR de POESIE : journal du 10 janvier 2019

  En classe de terminale, moi qui avais été fort sérieux et studieux, je décrochai soudainement, passant plus volontiers mes matinées en promenades et en rêveries que dans les salles de classe. Pour moi la ville de Strasbourg était la plus belle du monde, qui offrait mille enchantements, mille lieux favorables à la contemplation. Quand je tente de me représenter ce que j'aimais tant à cette époque lointaine de ma vie, je retrouve instantanément les images des quais qui longent le cours de la rivière, cette Ill qui a donné son... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 juin 2016

ENTRE LE BERCEAU ET LA TOMBE

  Entre le berceau et la tombe : la pluie des jours et le scintillement d'Eros, "maître des dieux et des hommes". C'est lui le pourvoyeur d'illusion, qui nous attache à la vie, la nôtre et celle de nos amours, nous inspirant des projets de durée ou l'immortalité. Otez Eros, et la vie exhibera son irrécusable inanité, sous la loi d'airain de l'Anangkè, la Nécessité. Otez Eros, la vie va à la mort, toutes les formes se désagrègent, se dissolvent dans le flux, "uti guttae", comme des gouttes de pluie dans la cascade universelle.... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 mars 2012

Le SYMBOLE du CADUCEE

« Le caducée se présente sous la forme de deux serpents, mâle et femelle, enlacés. Leurs bouches sont réunies dans un baiser qui représente Eros. Les parties antérieures de leurs corps sont nouées étroitement par un nœud que Macrobe appelle le nœud d’Hercule, réputé dans l’Antiquité pour être très difficile à dénouer. Ce nœud c’est l’Anangkè ».(Texte de  Pierre Hadot : « N’oublie pas de vivre » page 215, consacré à Goethe) L’entrelacement des deux serpents se prolonge en un deuxième cercle, avant de se... [Lire la suite]
02 juin 2011

Entre GENIE et FOLIE : le PRESQUE SALVATEUR

Entre le génie et la folie se dresse un modeste "presque" qui fait toute la différence. Le génie est presque fou, mais de ce presque il tire les ressources de sa santé. Que ce presque se mette à vaciller, et c'est la catastrophe : Nerval pendu à un lampadaire de rue, Althusser assassinant sa femme, Nash discutant avec un camarade inexistant, Schumann se jetant dans le Rhin. On a de longtemps souligné la parenté entre les deux structures. Dans le génie se voit une sorte de monstruosité intellectuelle ou artistique, une hypertrophie de... [Lire la suite]
12 mai 2011

LA BOUCLE de la VIE : l'aller-retour

« De toutes les choses Contemple le Retour ». Je ne sais s’il est bien subtil d’imaginer un sens de la vie. Ni orientation a priori, ni signification intelligible. Reste l’expérience, qui seule fait loi. Je constate, toute référence suspendue, que le cours des événements intérieurs me ramène en quelque sorte au point de départ, selon une étrange courbe qui se referme sur elle-même, comme si l’originaire ne se pouvait atteindre en vérité qu’au terme d’un long processus. Je rends grâce à la vie de n’avoir pas fauché trop tôt ma... [Lire la suite]