"Que sont mes amis devenus

   Que j'avais de si près tenus

          Et tant aimés ?

   Je crois qu'ils sont trop clair semés

   Ils n'étaient pas bien attachés 

          Et ont failli.

    De tels amis m'ont desservi

    Car tant que Dieu m'a éprouvé

           De tous côtés,

    N'en vis un seul à mes côtés.

    Je crois le vent les a ôtés.

           L'amour est morte :

    Ce sont amis que vent emporte

    Et il ventait devant ma porte

            Les emporta,

    Et nul ne me réconforta

    Ni du sien rien ne m'apporta".

 

 

    Complainte de Rutebeuf, l'an 1261 environ. J'ai voulu conserver le rythme et la prosodie de l'auteur, quitte à paraître obscur, mais au bénéfice, je l'espère, de la langue poétique.