LIVRE CINQ- La MARCHE du DESTIN

 

 

    38

 

     LA MARCHE

 

 

              Non, tu n'as plus de demeure en ce bas monde

                 Toi l'errant d'un seul jour aux plaines étales

                     Tu vas, et sans savoir où, et sans pourquoi

                         Tu vas, ta marche est ta demeure 

 

              Seule digne de l'homme! Sous les soleils

                 Qui vibrent furieusement, sous les vents

                     Fous qui trépanent ta carcasse éblouie  

                        Tu vas, la marche est ta demeure!

 

 

 

 

                    39

    

Lorsque le bas n'est que bassesse

Il faut sauter, sauter

Franchir le précipice

 

            Où donc est la main secourable?

 

 Peut-être bien qu'à deux

 Si toi tu m'aides mon ami

 Nous franchirons la Grande Porte

 Danserons dans l'Ouvert.

 

                      40

 

   "Présent d'absence, hélas, au regard de moi-même

   Je me délite, je coule, je m'évanouis

   De n'être rien qu'un peu dans ces eaux blêmes

   D'une coulée inapparente où je me fuis"

 

                       

 

 

                     41  

 

  La saison poussait son calvaire.

  Chaque soir, m'endormant, je jurais de ne plus jamais me réveiller. Mon rêve, de fureur, cognait la porte du néant.

  La porte restait close.

  Je finis par douter de ma rage. Je résolus d'attendre, les yeux rivés sur la mer imbécile.

  Cela dura longtemps.

  Un soir que je m'étendais, abruti de dégoût, sur ma grève de misère, je vis soudain que vivre et mourir ne font qu'un, tissu de même étoffe. De ce noeud indéchirable je fis mon diadème.

  Je n'attends plus. L'été superbe durera.

 

                         42

 

 Elles marchent côte à côte, du même pas, vie et mort. Bien fol qui prétend se couper de son ombre!

 

                            43

 

    Le chant du désir

    Dans les feuilles étonnées

    Renverse le monde

    Les branches vont à la terre

    Les racines dans le ciel.

 

                            44

 

 

         Asseyez- vous paisiblement au bord d'une rivière

         Et regardez passer au fil de l'eau

         Pensées comme des feuilles mortes

         Et disparaître à l'horizon.

 

 

                                 45  

           

               Sur le damier de l'existence

               Tournent les formes et puis s'en vont 

               Elles grimacent au milieu de la danse

               Et font un tour et puis s'en vont

 

                  Tout passe, passe et repasse 

                  Ce n'est jamais le même pion     

               Qui se déplace en cadence

               Mais c'est toujours la même danse

 

               Au milieu c'est le trou immense

               Qui absorbe les constellations 

               Et les recrache et les relance

               Les fait tourner à l'unisson

 

               Le sage contemple en silence

               Les cercles de l'éternité

               Et dans les anneaux de la danse

               La mobile immobilité.

 

                             46

 


       Rouge le parc flamboie

      De mille feuilles incendiées

      Lente la lune orange

      Gravit des marches invisibles

      Et le soir tétanise

      A l'acmé d'une extase muette

      A l'apogée du coeur.

 

                              47


       Ton regard embué de beauté

       Aspire le regard intérieur

       Qui se mire lui-même en miroir

       De toutes les eaux de la terre

       Buvant l'espace immense, surnaturel

       Où brille le regard des étoiles.

 

        Le front, la bouche, le sourire

        Le regard étoilé

       Figurent la première image

       Premier visage

       Ciel-de-terre enchanté, lumineux

       Où je puisse habiter!

 

                        

                    48

   

L'apogée du coeur c'est le silence,

Il contient tous les univers

De l'intérieur et du dehors

Immense fleur de félicité

Qui ne naît et ne passe jamais.

 

                      49


 

                       

                   RESOLUTION

 

           

    Poésie, ô maîtresse indomptable et sévère

    Ai-je voué ma peine et l'effroi de mon coeur

    En vain à débusquer le signe tutélaire

    Qui livre l'impossible et comble mon ardeur?

 

     Le ciel est vide, et les dieux morts, et sur la terre  

     Les choses vont leur cours d'espoir et de rancoeur.

     Allons mon âme, il faut laisser le cimetière

     Aux cancrelats, le ciel aux oiseaux de malheur.

    

       Mais vivre, vivre enfin mille métamorphoses!

       Marcher par les prairies où perle le cristal,

       Rafraîchir mon corps nu à la source du val!

 

        Ah goûter les douceurs en tes lèvres encloses,

        Pianoter sur ta hanche un bel alexandrin,

        Et joindre la nuit douce aux roses du matin!

 

                         50                                   

 

    Ange, mon Ange, à Saint Jean de Luz, ô lumière

    Ne cherche plus, mon coeur, aux sentiers de l'amour

    Gué de pierres lissées au reflux de la mer

    Et la hutte ombrageuse où se perdra le jour,

    Le jour sera la nuit, ta nuit sera mon jour

    Inaltérable soit le souvenir d'amour,

    Que je sois à jamais l'amant de mon destin

    Unique et chatoyant comme feuille éphémère,

    Et le mien est sans cause et sans hier ni demain.

 

                  51


               FOUDRE

 

 

       Cyclone, dis-tu, cyclone et tourbillon

       Tout le reste, dis-tu

       Est convention.

 

       Tout ce qui est, qui fut et qui sera

       Un seul éclair, dis-tu

       Le révèlera.

 

      Un seul moment,

      Pur-obscur, comme un serment, dis-tu

       Abolira le temps

      L'avant, l'après le temps,

      - Hors-temps, trou du temps.

 

     Tout ce qui est, tout ce qui va, dis-tu

     La foudre le gouvernera.

     

 

 

 

                 52

         

           ORPHIQUES


                    I

 

A nous de nous tenir dans l'éclaircie

Du vide. Apre vertu

Vertu du coeur.

 

 

                    II

 

 

Très loin de quelque dieu qui nous fourbît

Armes et parangons, tenons fière stature

De n'être que nous-mêmes. Nous saurons

Vivre de rien et mourir insoumis.

 

                      III

Les hommes sont comme feuilles

Le temps immense fait la roue

Il faut vivre debout!