27 décembre 2010

De l'ETONNEMENT PHILOSOPHIQUE : SCHOPENHAUER

Il est de bon ton, depuis Aristote, de déclarer que l'origine de la philosophie c'est l'étonnement. "Thaumazein " : s'étonner, admirer. Ce qui éblouissait Aristote, semble-t-il, c'est la beauté de la nature, une évidence pour un Grec. On les comprend immédiatement lors du premier voyage dans ce pays des dieux, où la lumière vous accompagne partout, insistante et sublime. Pour un homme des Hespéries ce sentiment, éminemment enviable, n'a rien d'immédiat. Il suffit d'un court voyage à Lille ou à Stuttgart pour désespérer l'heureux... [Lire la suite]

27 octobre 2009

PARADOXES de l'IDENTITE

Identité, de idem, le même. Est identique à soi ce qui ne diffère en rien de soi-même. On suppose une identité de la personne à travers le temps, soit une sorte de constance existentielle qui fait que je m'estime le même à treize ans et à cinquante cinq. Mais cela ne va nullement de soi. C'est un postulat plus qu'une nécessité. Il serait facile d'ironiser en évoquant mille et dix mille facteurs de changement, d'évolution, voire de révolution. Reste que cette idée est quasi indéracinable. Elle satisfait très évidemment à un besoin,... [Lire la suite]
14 septembre 2007

METAPHILOSOPHIE DU REEL

      METAPHILOSOPHIE DU REEL Dès ses origines la pensée grecque est partagée entre une tendance « substantialiste » : recherche de l’Etre (to on)et des étants (ta onta)  - Parménide, Platon, Aristote - et une tendance « mobiliste » - Héraclite, Démocrite – qui expecte le mouvement universel, le tourbillon, et les phénomènes. Les uns cherchent le fixe, l’éternel, le substantiel au-delà du mouvement et du devenir (Platon parle du « devenir fou » et de l’impermanence décevante des phénomènes sensibles par... [Lire la suite]