Mika Waltari écrit dans "Jamais de lendemain", page 31 (C'est le personnage central du roman qui parle) :

"Il n'y avait pas de concept plus terrifiant que celui de la vie éternelle, si l'on se donnait la peine d'y réfléchir vraiment".

A méditer !