V                                     

 

 

                      Je m’accroche à la beauté.

                      Hélas que deviendrais-je à repousser son flamboiement solaire             

                      Sa merveilleuse chevelure qui la couvre comme une île

                      Et le sexe

                      Indécis, hésitant, de mâle ou de femelle 

                                      Tantôt coupé, fendu, aspirant, haletant

                                      Tantôt comme un beau fruit lascivement tendu

                      Dieu égyptien, entre l’amour et la mort balançant

                      Le spectre,   

                      Règle de vie, règle de mort ! 

 

 

Oh, quelque chose me submerge, à te suivre, Beauté, de si doux, de si rebelle

            Mirage d’un amour impossible

            Au delà- en deçà  de tous les contraires

            O vie d’avant la vie                     

            Lieu mythique d’où surgissent toutes les routes   

            Qui divergent, qui dévalent, qui tournent, qui font cercle

             

            Qui recommencent.

 

 

 

                                                     VI

 

 

     Eboulements !

                       La ville craque, de toutes parts la montagne se précipite

                       Je cours, je n’ai plus de talons, je dévale, je roule

                       La rivière ouvre sa glace, enfin, je plonge 

                       Sauvé !

 

   Que me veut le destin à précipiter l’heure, en  ce lieu de tonnerre et de fange ?

            Que l’eau froide m’accueille et les sirènes à la poitrine plate

            Et la maison sous la glace, hospitalière et ténébreuse 

            En attendant le retour du printemps sur la terre.

 

 

                                                        VII

                           

             Toujours

  Il faut être ici, en ce lieu seul à la fois, quelles que soient les séductions de l’ailleurs.

  Car d’y aller en fait encore, irrémédiablement, l’ici.

  Et maintenant de même.

  Que valent donc nos routes, ces toiles d’araignées avec, au centre, un faux soleil ?

  Tout nous ramène au centre.

  Et dans l’œil de la chouette, le noyau dur, incompressible, du néant.   

 

 

                                                         VIII          

 

 

                                Par moments

                                La folie passe dans mes yeux   

                                Je la reconnais   

                                Fille-marâtre   

                                Hôtesse des marais

 

 

     Et j’ai peur qu’elle m’emporte comme un enfant         

     Qu’on menace du sac, qu’on jette dans l’étang            

     Nichée de petits lapins sourds, aveugles, tremblants

     Que deviendrai-je au fond de l’étang, les poissons vont me dévorer   

     C'est cela la folie, assurément

 

 

                               Mais toi

                               Brise, brise les miroirs   

                               Tu es seul      

                               Sans ombre, sans réplique

                               Sans double, assurément.