05 juin 2019

L'IMAGINATION TOXIQUE : LUCRECE

  Lucrèce apporte une belle illustration du thème que j'ai développé dans l'article précédent (III, 870 à 887). Voici un homme qui gémit sur lui-même, imaginant de cruelles souffrances après la mort, et qui pourtant déclare, dans le même temps, qu'il ne croit pas possible "qu'il subsistât une sensibiité dans la mort". Cet homme tient un double langage. Par la raison il consent à sa disparition, qui entraîne l'insensibilité, et par l'imagination il se donne une sorte d'immortalité, mais bien douloureuse, puisqu'elle est peuplée... [Lire la suite]