25 mai 2017

CHEMINS du VOYAGEUR : poème (Seconde version)

      Ah les chemins du voyageur !         Cartable de cuir sur le dos, le premier chemin     De la maison vers l'école par les sentiers odorants,     Chaussures dans l'herbe mouillée, le long du petit cours d'eau,     Les jardins, et les portes de bois enrubannées de fleurs,     Le chemin traîne, le garçon traîne     Pourquoi donc se hâter, ici l'air est si frais,     Les fleurs sentent printanières, des libellules dansent  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 novembre 2016

Le BOIS et la CENDRE - et des regrets

  Le bois devient cendre, "la cendre ne redevient pas bois". Le Feu consume les choses, et d'autres choses naissent du Feu - c'est ainsi que pourrait s'exprimer Héraclite, si l'on veut considérer le Feu comme l'agent universel de la transformation. Il n'y a pas de retour éternel, Socrate, contrairement à la thèse stoïcienne, ne reviendra pas. Le temps inscrit l'irréversibilté dans le cours des choses. Cela signifie qu'on ne naît et qu'on ne meurt qu'une fois, qui est la bonne : une fois pour toutes. Cette idée, qui paraîtra... [Lire la suite]
04 août 2016

TORPEUR d' ETE : journal du 4 août 2016

  L'été s'écrase sur les plaines et les monts. La ville est quasiment vide. Tous mes amis sont partis, qui en Espagne, qui en Afrique, ou plus loin encore, allez savoir où ? Je suis à près seul, avec mon épouse, et nous passons comme on dit des jours paisibles. N'empêche, cela me fait un peu bizarre. Quand le ciel pèse "bas et lourd" comme dit Baudelaire - car ici le temps est extrêmement versatile, passant du plus céleste au maussade selon une logique affolée - "pèse comme un couvercle", c'est le cas aujourd'hui, on dirait... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
10 juillet 2016

SPLENDEUR du DEHORS : méditation

  "Hors d'ici !" - La voix crie presque, insistante, définitive. Ici, c'est le bien-connu, le poussif, le sans-perspectives, le répétitif. C'est la gangue du pesant, ensevelissant. C'est l'habitude aux cernes noirs, c'est le bras vengeur du devoir, c'est la plainte et le gémissement. Mais je sais, chacun sait, qu'il existe un Dehors, hors-norme, hors-temps, espace vierge, inexploré. Nous le savons et ne voulons rien savoir. La Voix ne me lâche pas, elle vitupère, elle me fend les tripes, je crains l'explosion qui menace. ... [Lire la suite]
13 janvier 2016

JOURNAL du 13 janvier : voyages (2

  A y regarder de plus près, pourquoi voyageons-nous ? Que cherchons-nous dans cet ailleurs, qui, sitôt rencontré, devient imparablement l'ici ? J'imagine de belles rencontres, d'heureuses surprises, des sensations jubilatoires, je m'échauffe, je m'emporte, je me hâte, rien ne semble pour l'heure plus important que de partir, d'aller là-bas, d'y aller corps et âme, de m'y engloutir, de m'y fondre jusqu'à l'extase. C'est l'ailleurs miraculeux, c'est le pays où coulent le lait et le miel. Toute l'exaltation est dans la distance.... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 septembre 2010

REVERIES d'un JARDINIER : 17 septembre 2010

A voir les entassements de nos mégapoles, leur monstrueuse prolifération, je suis saisi d'une infinie tristesse. Qui donc peut humainement vivre dans ces amoncellements anarchiques sans y perdre son âme? Quelque chose, en moi, de très ancien, une sorte de résistance paléolithique s'offusque, s'insurge contre "cela", le vomit comme l'incarnation du monstrueux. Je n'aime pas les grandes villes, le gigantisme, la demesure. Je suis resté quelque part au fond de moi un homme de la terre proche et sensible, un Cheyenne, un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 juillet 2009

DES VOYAGES INTERIEURS

Je rêve beaucoup ces temps-ci. Ce n'est pas toujours très agréable. Mon sommeil s'en trouve assez perturbé, au point de me contraindre plusieurs fois à me lever pour apaiser ma conscience. Je m'efforce de recoudre la trame des images et des paroles, je tente vaguement une saillie pour en démêler le sens, et n' y parvenant pas, je me décide à les laisser se dissoudre par eux-mêmes, puis de me recoucher. De fait je n'attends pas grand chose de ce côté-là, plus que lassé des interprétations et des constructions. Mais quand cela insiste... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,