16 septembre 2019

RESTER VIVANT : journal du 16 septembre 2019

  S'il était possible au vieil homme que je suis d'invoquer la Moire, que dirais-je ? Je ne demanderais rien, sinon d'avoir un peu de temps, et de poursuivre dans les conditions où je suis, ne souhaitant ni fortune, ni aventure, rien de particulier si ce n'est de rester valide, l'esprit vif et gaillard, et rien de plus. Comme disait le poète:    Encore un peu de temps, ô Muses célestes,     Un peu de temps pour chanter la beauté,        Terre-et-ciel, et le sourire de la mer, ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 août 2019

"LE TEMPS RAMENE LES PLAISIRS"

             "Sur les ailes du temps la tristesse s'envole                      Le temps ramène les plaisirs". Sagement La Fontaine signale l'action ambivalente du temps, qui détruit tout à terme, et ne cesse de créer de la nouveauté. Mais cette nouveauté n'aura de charme qu'à la faveur du plaisir. L'endeuillé n'a pas de plaisir - on parle, en langage psychiatrique, d'anhédonie ou d'anaphrodisie - parce que l'objet aimé, et perdu, monopolise... [Lire la suite]
15 juillet 2019

APOLOGIE du RETOUR : Lao-Tseu

     "L'homme ordinaire augmente tous les jours    Le sage diminue tous les jours". D'une certaine manière, contrairement à tous les poncifs en usage, il s'agit bien de décroître pour revenir à une sorte de disposition native, antérieure à toutes les idées, à tout vouloir d'être ou de paraître, consommant une manière très spéciale de désubjectivation, voire d'indifférence universelle. Une telle entreprise ne trouvera nulle part, dans ce monde, approbation ou compréhension, tant elle heurte le sens commun,... [Lire la suite]
04 mai 2018

De la NEGATION du VOULOIR : SCHOPENHAUER

  Le problème qui travaille en profondeur la philosophie de Schopenhauer, noeud gordien, énigme et défi, est, à mon avis, le suivant : si la volonté agit souverainement dans les profondeurs, déterminant les motifs de l'action, emportant toutes choses dans le flux incessant et absurde d'un temps sans finalité, et si l'intellect lui-même, qui se croit doué de libre arbitre, obéit sans le savoir aux motivations de la volonté - alors comment pourrait-on concevoir et agir un détachement à l'égard du vouloir, et procéder à une... [Lire la suite]
31 juillet 2017

INGRATE VIEILLESSE : poème.

                     Ingrate, fâcheuse vieillesse         Qui de ses griffes d'hydre acerbe nous laboure !         Si en petits morceaux le corps retourne à la poussière         Puisse, d'élan viril, l'esprit qui piaffe et se rebiffe         Tenir un temps le signe haut contre la mort         Dire le vrai, l'impermanent, le nécessaire         Avant de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 décembre 2016

JEUNESSE et BEAUTE

  Schopenhauer écrit quelque part, j'ai oublié le contexte, quelque chose comme : mieux vaut la jeunesse sans beauté que la beauté sans jeunesse. Il vaut mieux les deux, que je sache, mais l'une des deux ne se peut maintenir quoi qu'on fasse. Le pire, peut-être, est de mimer la jeunesse quand elle est irrémédiablement flétrie. Quoi de plus ridicule qu'une vieille coquette ou un "vieux-beau". Ceux-là exhibent plus outrageusement encore ce qu'ils voudraient cacher, et leur sottise plus encore. D'une certaine manière on peut... [Lire la suite]

01 novembre 2016

Le TRAVAIL du REVE

  Pendant des mois et des mois j'ai fait le même rêve, à quelques détails près : eadem sed aliter. Ce qui est vrai pour la marche du monde l'est aussi pour les rêves, sauf que le rêve, dans la répétition même, est une tentative de solution, laquelle peut se faire attendre indéfiniment, ou surgir d'un coup, comme un éclair dans le ciel. Je suis en cours, je développe une notion, parfois j'ai oublié mes notes et je dois improviser sur le tas, ou alors quelques élèves turbulents font un joyeux caillon, ou encore un inspecteur... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
02 mars 2016

GERONIMO : le vieilissement du héros

    J'ai vu jadis une photo très ancienne représentant le héros des guerres indiennes, Géronimo l'intraitable, assis en tailleur, cramponné à sa winchester, vieilli et misérable, mais toujours digne, avec dans le regard une rage inapaisée, une détermination tragique et malheureuse. Je suppose que la photo a été prise après sa reddition à l'armée américaine, quand il a compris qu'il n'y avait plus d'espoir pour son peuple, plus aucune possibilité de liberté. Il se rend pour sauver ce qui reste de vie, mais dans son coeur il... [Lire la suite]
25 janvier 2016

L'ECOLE de la VIEILLESSE

  Il n'y a pas d'école de la vieillesse alors que chacun est pris en charge dans ses jeunes années, sollicité de toutes parts, sommé de s'instruire et de préparer son insertion dans le vaste monde. On suppose implicitement que d'avoir travaillé tout au long de sa vie, éduqué ses enfants et rempli ses devoirs sociaux, l'individu est prêt pour affronter les âges ultérieurs du vieilissement. Il n'en est rien, et je connais bien des hommes et des femmes, mais des hommes surtout, qui se retrouvèrent singulièrement démunis "quand la... [Lire la suite]
14 septembre 2015

"LA VIEILLESSE COMME UN PORT..."

  "Ce n'est pas le jeune qui est bienheureux, mais le vieux qui a bien vécu : car le jeune, plein de vigueur, erre, l'esprit égaré par le sort ; tandis que le vieux, dans la vieillesse comme dans un port, a ancré ceux des biens qu'il avait auparavant espérés dans l'incertitude, les ayant mis à l'abri par le moyen sûr de la gratitude" (Charis, grâce, gratitude). L'opposition véritable n'est pas entre le jeune et le vieux, comme une lecture rapide pourrait le faire croire, mais entre l'égarement et l'ancrage. Il est vrai que... [Lire la suite]