24 décembre 2020

MONTRER DU DOIGT

  L'aphorisme - hormis le poème qui relève d'une logique très particulière - est le seul mode d'écriture que je puisse pratiquer. Il exige une sorte de nervosité épidermique, de vivacité, de vitesse, de spontanéité qui l'apparente malgré tout au poème, dans son rythme, encore que sa matière soit fort éloignée de la poésie. Il peut être court ou long, mais c'est dans le bref, dans l'allusif qu'il exprime au mieux sa nature. Tantôt il se condense et se resserre jusqu'à la maxime, tantôt il développe davantage, et tend vers le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 février 2020

LA ROSE DU POETE

  Je n'ai pas même besoin de fermer les yeux pour la voir : elle se surimprime sur la surface du visible, sur la forme ordinaire des choses, comme un collage que nul ne voit, hormis moi, la grande rose au vastes pétales ouverts, aux franges délicates, qui abritent en son centre la chair rose de la félicité. Ce n'est pas une vision, encore moins une perception, plutôt une sorte de mirage, de projection poétique. Elle n'altère en rien l'image du monde, ne trouble pas les sens ni l'entendement. On peut la susciter ou l'effacer, la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 octobre 2019

COMME FEUILLES... du mouvement et du temps

  Dans le trou il y a le sexe, qui ne remplit pas le trou, qui l'exalte. Le trou c'est le vide dans la structure, c'est par lui que se font les échanges. Le sexe est un opérateur. Le mouvement est éternel : ça entre et ça sort, sans début et sans fin. Rien ne commence, rien ne s'arrête, tout continue. La mort de l'un est la naissance de l'autre, à l'infini. Quelques-uns s'imaginent l'éternel retour du même. C'est une erreur de perception : le même se sépare de soi pour engendrer l'autre, qui ne revient jamais au même. ... [Lire la suite]
26 septembre 2019

UN TROU SANS BORDS ?

  Le trou antérieur à ses bords : c'est peut-être la plus antique, la plus fondamentale intuition de la pensée grecque. En voici une double illustration. D'abord chez Hésiode : c'est du Khaos que procédent les éléments qui constituent le monde (la Nuit, la lumière, la terre, le ciel etc). Il est impossible de rendre adéquatement le Khaos grec, qui signifie originairement la béance, ici une béance absolue, primale, antérieure à toute forme sensible ou intelligible, proprement inconcevable - ou encore le vide originaire, "mère" de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 08:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
20 septembre 2019

LE REVE du ZERO

  La plupart des rêves ont un contenu et un sens exclusivement personnels. Mais il arrive, c'est rare et d'autant plus intéressant, qu'ils présentent sous forme d'énigme, un enseignement de valeur universelle. Si le sujet veut bien s'y arrêter, et le méditer, il accède à un savoir nouveau qui transforme sa perception de l'existence. Après quelques péripéties dont je ne dirai rien ici, je vois sur une page imprimée, se détachant nettement, le mot "Existentialistes" - ou plutôt, m'apercevant que j'ai corrigé spontanément ce que... [Lire la suite]
22 août 2019

DE LA NAISSANCE PSYCHIQUE

  Selon une légende ancienne Lao Tseu aurait passé quatre-vingt dix ans dans le ventre de la mère avant de paraître au monde, armé de la plus haute sagesse. Il est vrai que Lao c'est le Vieux. Lao est né vieux, ce qui représente une remarquable performance biologique ! Est-ce à dire qu'il faut attendre 90 ans pour entrer enfin dans les parages de la sagesse ? On peut interpréter les choses d'une autre manière encore : l'idéal, pour parcourir la sphère entière de l'existence, c'est de vivre deux fois, la première dans l'illusion,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 août 2019

SIGNIFICATION DU BLANC

  J'ai été bien étonné lorsque le professeur de sciences physiques nous enseigna que le blanc est la somme des couleurs. Cette proposition m'apparut incompréhensible, voire choquante, et il fallut me mettre le nez sur le tourbillon, où effectivement la gamme entière des couleurs, par le mouvement, se réduisait enfin à une surface blanche, uniment blanche. Le blanc serait l'effet du mouvement ! Mais l'écrivain pris dans l'angoisse de la page blanche expérimente tout autre chose, l'absence désespérante des idées et des images, le... [Lire la suite]
19 août 2019

REVES de TROUS

  Eté sombre. Le seul bénéfice de mes pérégrinations moroses consistera en un florilège étonnant de rêves nocturnes qui tournent inlassablement autour d'un foyer obscur, impossible à dire. Une sorte de danse échevelée qui fait signe, qui désigne un lieu, à la manière d'Héraclite, sans livrer le secret. " Le dieu qui est à Delphes...". C'est la logique propre du rêve : il dit sans dire, il escamote, il déplace les contours, il annonce de belles trouvailles, et puis il vous laisse, pantelant, déçu, sur le rivage.  De nuit en... [Lire la suite]
21 mai 2019

LA BEAUTE, MASQUE DU REEL

  L'essence de l'esprit apollinien est de privilégier la beauté, de la célèbrer dans  le monde des corps, corps des astres, corps lumineux des dieux, corps nu de l'homme en majesté, corps de la femme drapée de tissus soyeux - il est remarquable que les Grecs exhibent le corps masculin et voilent pudiquement le corps féminin - en toute chose de magnifier la forme, la perfection du plein, et de dissimuler le vide, d'occulter la béance. Tout au plus va-t-on la suggérer. Ce caractère très prégnant de l'art antique a induit les... [Lire la suite]
20 mai 2019

THAUMAZEIN : DE QUOI S' ETONNER ?

  Par je ne sais quel caprice de mon inconscient, à deux fois depuis mon lever résonne en moi le mot "thaumazein" - s'étonner, admirer, s'émerveiller. Thauma c'est l'admiration, l'étonnement, mais aussi l'objet d'étonnement, voire le tour de passe-passe : quelque chose surgit qui dénote, qui s'exclut du régime ordinaire de la réalité, qui contredit les données ordinaires de la représentation, provoquant une sorte de saisie intellectuelle et émotive. S'étonner c'est surseoir, c'est marquer un coup d'arrêt, c'est se sentir... [Lire la suite]