08 mai 2017

POISSON DANS UN BOCAL : méditation

  J'aime bien cette phrase de Nietzsche qui exprime à merveille mon état présent : "L'avantage de la mauvaise mémoire est qu'on jouit plusieurs fois des mêmes choses pour la première fois". C'est ainsi que l'on peut comprendre qu'un poisson qui tourne indéfiniment dans le même bocal, entre les mêmes parois et les mêmes plantes aquatiques, ne semble pas avoir la moindre envie de suicide. Mais non, il continue bravement de tourner dans le même cercle, s'émerveillant d'être si agile et de rencontrer indéfiniment une nouveauté... [Lire la suite]

06 avril 2017

Le GRAND TROU : interprétation de rêve

  La scène se déroule au dernier étage d'un immeuble dans une pièce sombre, sans porte ni fenêtre, comparable à une salle de réanimation. Je suis assis au milieu d'un groupe de jeunes gens. C'est alors que j'aperçois en face de moi, légèrement à droite, un vaste trou dans le mur, qui donne sur le noir de la nuit. Je me lève pour aller y voir de plus près. Mais il n'y a rien à voir, c'est tout simplement le vide insondable. Je réprime un frisson d'horreur : il n'est pas question que je saute dans cet abîme de non-retour. ... [Lire la suite]
22 novembre 2016

De la SINCERITE : écrire, parler, méditer

    Pour écrire quelque chose qui ne soit pas que du semblant, il faut de la sincérité. Et celle-ci n'est pas si facile à pratiquer. C'est une vertu de la maturité, car auparavant on ne fait que répéter ce qu'on a entendu de tous côtés. Bizarrement il faut beaucoup ingurgiter et régurgiter avant d'accéder à une parole qui vienne de soi, comme si les couches profondes restaient longtemps inaccessibles. Mais comme il faut parallèlement une maîtrise efficiente du langage, de ses ressources cachées, chacun est condamné à... [Lire la suite]
03 octobre 2016

Du VIDE, et de l'univers

  Pour nommer le vide Lucrèce utilise tantôt "vacuum" tantôt "inane". Et fait il s'agit de deux formes différentes : l'un n'est qu'un vide intersticiel, tel qu'il existe entre les corps, et à l'intérieur des corps eux-mêmes, dans un système ouvert-fermé, cosmos local, ou univers local (tel notre univers issu du big bang). Inane désigne un vide cosmique, immensité séparant des univers constitués ou en voie de constitution ou de décomposition. Différence de degré plutôt que de nature, car au bout du compte il s'agit toujours du... [Lire la suite]
28 septembre 2016

L' UNIVERS et la NATURE : cosmos et phusis

  Je lis dans un ouvrage de vulgarisation scientifique que le proton jouirait d'une durée de vie égale à 10 puissance 35 années, soit 1 suivi de 35 zéros ! Voilà qui fait un bail impressionnant, voisin de l'immortalité. Nous sommes au plus près de la théorie d'Epicure qui coyait les atomes éternels, ce qui est faux, si les atomes naissent dans la fusion nucléaire des étoiles et s'ils sont appelée à éclater. L'immortalité serait plutôt le fait de certaines réalités éminemment légères, telles que les photons et les neutrinos. On... [Lire la suite]
10 août 2015

CHAP XIX - Du VIDE et de la VACUITE

                               CHAPITRE DIX NEUF : Du VIDE et de la VACUITE       TABLE  1 Le Temps vide et la modernité  2 De la vacuité  3 La voie du milieu  4 La forme et le vide : Bouddha  5 La forme et le vide : Mishima  6  Samsâra et nirvâna  7 Pyrrhon et Bouddha  8 Ethique du vide  9 Du rien  10 Plaisir du rien           ... [Lire la suite]

02 juin 2015

DERVICHES TOURNEURS : du vide

  Ils tournent, ils tournent, tout de blancs vêtus, la tête penchée sur un côté, ils tournent inlassablement, en cercle, ils sont une quinzaine, silencieux, concentrés, à courte distance les uns des autres, sans un regard alentour, ils tournent - autour de quoi ? De l'espace vide, au centre, espace hors langage, espace vierge. Ils ne regardent ni le centre, ni alentour : ils sont entièrement ramassés en eux-mêmes, tête penchée, regard absent. On sent que rien ne saurait les distraire, les arracher à leur méditation silencieuse,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 décembre 2014

POESIE TRAVERSIERE / LIVRE 3 - ORIGINAIRES

                        LIVRE  TROIS                      ORIGINAIRES                           I             Née       De la première fleur       La faille       Livre au ciel vide       Son blanc d’acier    ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
07 mai 2014

FEUILLE et RIVIERE : méditation

    "Vif, allègre et résolu, il ne s'attache à rien dans le monde...". L'impermanence, objet de souffrance pour l'âme inquiète, éprise de durée et de certitude, est la cause qui libère de nos attachements. Vérité double de la souffrance : ce qui vient, s'en va, nécessairement. Tout ce qui, de sa nature, se compose et se forme, de sa nature se défait selon l'ordre du Temps. L'âme inquiète qui espère une durée infinie, bientôt se repose dans le mouvement paisible qui emporte la souffrance. Dans la méditation sans objet,... [Lire la suite]
28 avril 2014

EXISTENCE et VACUITE : Shunryu SUZUKI

    "Nous disons que la véritable existence vient de la vacuité et retourne à la vacuité. Ce qui surgit de la vacuité est la véritable existence. Nous devons passer par la porte de la vacuité" (Shunryu Suzuki : "Esprit Zen, esprit neuf p 140, Points Sagesses). Mais il est fort difficile de dire en quoi consiste la véritable existence. Ce qui est sûr c'est qu'il ne s'agit en rien de l'existence conçue comme réalité substantielle, stable et permanente. Ce n'est pas une essence éternelle. Il n' y a rien de stable et... [Lire la suite]