11 octobre 2018

PYRRHON à ELIS

  La cité d'Elis, dans le nord-ouest du Péloponèse, était célèbre à double titre : elle avait la garde du site sanctuarisé d'Olympie qui accueillait tous les quatre ans les Jeux. Cette noble fontion lui assurait une sorte d'inviolabilité, fort appréciable en ces temps troublés où les Macédoniens dominaient la Grèce. Elis était également la seule ville qui possédât un temple en l'honneur d'Hadès : singularité de plus, si l'on songe qu'Hadès est le dieu des Enfers, le dieu "riche" (Pluton) qui recueille la foule intarissable des... [Lire la suite]

20 septembre 2018

EPICURE et PYRRHON

  Le point faible, selon moi, de la théorie épicurienne de la connaissance, réside dans l'affirmation, donnée sans preuve, que la sensation est en conformité avec la chose elle-même. Je ne conteste pas que la sensation soit vraie, cela je l'entends bien et l'accepte, mais d'une vérité purement phénoménale : la sensation est vraie en ce qu'elle affecte le corps, en plaisir ou douleur, et cela est incontestable. Pour autant on ne peut conclure qu'elle rende compte de la réalité de l'objet. Elle ne dit pas ce qu'il y a, elle dit... [Lire la suite]
07 septembre 2018

La VERITE de la SENSATION : Epicure

  La sensation, dans le texte magistral d'Epicure, occupe une position à la fois fondamentale - toute connaissance vient des sens - et cruciale, en tant que par elle se fait la Krisis, l'examen critique par lequel se fait le retour à la "chose même". Voyons cela de plus près. L'aisthesis, la sensation, pourrait se définir comme l'effet que produit à la surface d'un corps sensible le contact d'un autre corps. Une "impression" dira plus tard, fort justement, Hume. Un corps me frôle,  je sens le contact sur ma peau. La... [Lire la suite]
09 juillet 2018

Royauté de l'illusion

  Il en va de notre rapport à la vérité comme du cocu qui est toujours le dernier à découvrir son état. - Illusion de la royauté, royauté de l'illusion.
18 juin 2018

Une FORMATION PHILOSOPHIQUE II : journal du 18 juin

  Lorsque, âgé de vingt-trois ans, je pris mes fonctions de professeur de philosophie, j'en savais à peine plus que mes élèves. J'avais certes étudié quelques auteurs - et encore avec tant de désinvolture ! - j'avais réussi le concours, je ne sais comment ! - mais j'étais un jeune homme sans véritable culture, en un mot j'avais tout à apprendre. Je ne risquais pas de jouer au maître savant, tout au contraire, ce qui me rendait fort disponible à mes élèves, dont j'apprenais autant que je leur apprenais. Je me souvins alors d'un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
15 mars 2018

GORGIAS : du non-être et du langage

  D'après Sextus Empiricus, Gorgias "met en place, dans l'ordre, trois propositions fondamentales : premièrement, et pour commencer, que rien n'existe ; deuxièmement que, même s'il existe quelque chose, l'homme ne peut l'appréhender ; troisièmement, que même si on peut l'appréhender, on ne peut ni le formuler ni l'expliquer aux autres". La difficulté majeure, dans cette exposition, tient au sens que l'on donne à la première proposition. "Ouden estin" : faut-il traduire "rien n'existe" alors que le grec dit "rien n'est" ? Ce... [Lire la suite]

18 décembre 2017

FIN d' ANNEE : journal du 18 décembre

  On meurt beaucoup autour de moi, ces temps-ci. J'ai parfois l'impression de vaquer dans les allées d'un cimetière. Avec la sensation déplaisante que la frontière entre les deux états est plus poreuse, plus indécise que l'on pense. Qu'est ce qui, en dernière analyse, vous garantit que vous êtes bien vivant ? On dirait un de ces rêves tortueux et macabres où l'on va dans les profondeurs d'une galerie, où cela geint et soupire, on ne sait qui, tout près de vous, et peut-être bien au fond de vous. J'aimerais bien être joyeux,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
07 décembre 2017

Leçon de la SOLITUDE

  On craint la solitude, on l'exècre, on la fuit. On court de droite et de gauche, on se divertit de tout et de rien. Nez au vent, à l'affût de la moindre diversion, on s'excite, on se pâme. Mais la solitude revient toujours. Eh quoi, que voulez vous fuir, si ce n'est vous-même ? Puis vient l'heure blême devant le miroir, l'étonnement du temps qui passe, qui ravage, et les rides, et les tourments de l'âme. Quoi ! Encore une journée, une année de passée, et moi, que vais-je devenir si tout s'en va, et moi de même ? Quel recours... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
22 novembre 2017

Des OMBRES et de l' IMAGE

  Ulysse, descendant dans les Enfers, n'y rencontre que les ombres des trépassés. C'est un beau symbole, et pas seulement pour qualifier une hypothétique vie post-mortem, mais notre vie présente tout aussi bien. En effet, qui rencontrons-nous tous les jours, avec qui parlons-nous, si ce n'est avec les ombres de ceux que nous fréquentons ? Cette ombre que nous confondons avec la personne réelle, c'est le fruit de notre projection, de la re-présentation que nous avons construite à partir d'une perception écornée. Nul ne peut se... [Lire la suite]
10 novembre 2017

Le DEFI de la SINGULARITE

  La singularité, selon la belle formule de François Roustang ("La fin de la plainte", fin) est ce que je ne peux pas ne pas être, qui correspond à ma nature propre, qui l'exprime adéquatement. Mais cette définition, qui est exacte, est davantage virtuelle que réelle, parce que le cours ordinaire de la vie, avec ses errements  inévitables, ses concessions à la nécessité ou à l'obligation, a créé dans le sujet, presque toujours, de sensibles et regrettables déformations. Il est quasi imposible que le vrai Self ait pu se... [Lire la suite]