02 novembre 2016

PAROLABORATION : un manifeste

  Labor (en latin : peine qu'on se donne pour faire quelque chose ; travail, fruit du travail) d'où labeur, mais aussi labour, labourage. Travail de la terre. Elaboration : travailler une idée, dégager une notion ou une idée. Enfin : perlaboration (Lacan) qui traduit assez heureusement le Durcharbeiten (travailler à travers) de Freud. Travailler le manifeste pour parvenir jusqu'au latent, à l'inapperçu, à l'inconscient. L'inconscient travaille les idées préconscientes, les transforme, les élabore, les déplace et les condense,... [Lire la suite]

01 novembre 2016

Le TRAVAIL du REVE

  Pendant des mois et des mois j'ai fait le même rêve, à quelques détails près : eadem sed aliter. Ce qui est vrai pour la marche du monde l'est aussi pour les rêves, sauf que le rêve, dans la répétition même, est une tentative de solution, laquelle peut se faire attendre indéfiniment, ou surgir d'un coup, comme un éclair dans le ciel. Je suis en cours, je développe une notion, parfois j'ai oublié mes notes et je dois improviser sur le tas, ou alors quelques élèves turbulents font un joyeux caillon, ou encore un inspecteur... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
13 septembre 2016

CONDITIONS CORPORELLES

  L'éducation vise à doter le sujet d'une capacité de penser relativement autonome à l'égard des affects corporels et émotionnels. Je dis relativement car il est manifeste que cette autonomie est très partielle. Considérant ma propre idiosyncrasie je vois qu'il me faut une quantité impressionnnate de conditions favorables pour pouvoir exercer pleinement mes facultés créatrices : un bon sommeil, une bonne digestion, une aération préalable - je marche toujours un peu avant de m'installer à mon bureau - du silence, une ambiance... [Lire la suite]
27 juillet 2016

ILLUSION et VANITE du CHANGEMENT

  Revenant ce matin de mon emplette quotidienne, une impression neuve me traverse l'esprit : je n'ai plus à lutter pour devenir, pour m'affirmer, pour m'améliorer, pour me changer. Je suis comme je suis, et je n'ai pas à me juger, ni psychologiquement, ni moralement. Grande paix. Sérénité. Non certes que j'aie atteint quelque perfection, que nenni, mais parce que le problème ne se pose pas. Il n'y a rien à évaluer. Il y a des arbres, beaux, solides, imposants, et d'autres chétifs et branlants - nul ne songe à s'en féliciter ou à... [Lire la suite]
05 novembre 2013

De l' EXCEDENT PULSIONNEL : dépense et sublimation

    Dans la longue histoire de l'Occident le "moment épicurien" représente peut-être la dernière phase d'équilibre dans un processus général d'intensification, qui des anciennes civilisations respectueuses de la vie naturelle mène par degrés à l'exploitation, à l'"arraisonnement" méthodique et planétaire de la nature. Dans Epicure, pour la dernière fois, l'homme se pense et se propose de vivre dans une relation harmonique et heureuse avec le Tout : le seul projet qui tienne, et qui soit réalisable, c'est de revenir aux... [Lire la suite]
25 août 2011

TRAVAILLEZ MOINS ! : LUCRECE THERAPEUTE

"Le genre humain peine donc en vain, en pure perte, Toujours consumant son âge en futiles soucis. C'est qu'il ne connaît pas de limite à la possesion, Il ne sait pas jusqu'où le vrai plaisir peut croître. Tel est le mal qui peu à peu nous entraînant au large Déchaîna sur nos vies les grands orages de la guerre". (Lucrèce, De natura rerum, V, 1430 à 1435)         Ce passage signe la fin du Livre V où Lucrèce s'interroge sur la naissance et le développement de la civilisation humaine. Quel est donc cet... [Lire la suite]
02 septembre 2010

Du PLAISIR de la CONNAISSANCE PHILOSOPHIQUE

"Dans les autres occupations, une fois qu'elles ont été menées à bien avec peine, vient le fruit : mais en philosophie, le plaisir va du même pas que la connaissance : car ce n'est pas après avoir appris que l'on jouit du fruit, mais apprendre et jouir vont ensemble". (Epicure: sentence vaticane 2 Apolausis : action de jouir, jouissance que l'on retire de quelque chose. Mathèsis :  action d'apprendre. Que nous voilà loin de la fameuse "inculture" d'Epicure! Pour goûter pleinement (apolausis!) cette... [Lire la suite]
06 juillet 2010

Du SENS - et de l'AB-SENS

Qu'est-ce qui fait sens? C'est d'abord une motivation, un désir. Si je me forme dans une branche professionnelle, c'est que, dans ce métier, j'espère exprimer quelque chose de ma propre nature, agir mes capacités physiques et psychiques, réaliser un projet. Manifestation de la santé fondamentale, de l'énergie pulsionnelle, des forces actives que je sens bouillonner en moi, et qui exigent une expression libre. Mais cela ne suffit pas. Si je veux devenir boulanger c'est pour faire du pain. L'activité est orientée vers la réalisation... [Lire la suite]
17 juin 2009

De l' ACTIVITE PENDANT la RETRAITE

J'entends dire ici et là, dans le discours officiel, qu'il est de la plus haute importance, pour la santé physique et psychique, de continuer à travailler après la prise de retraite, voire de la retarder le plus possible. Et pourquoi pas jusqu'à l'heure de la mort? De la sorte on nous conditionne progressivement à l'idée de travailler encore et encore, alors que le travailleur épuisé ne rêve que de congé et de repos. Je conçois sans peine que celui qui s'exprime personnellement et plaisamment dans sa profession puisse retarder l'heure... [Lire la suite]