18 janvier 2018

Du TEMPS VECU : méditation

  Au sortir de mes épisodes noirs - je les appelle tels par convention et pudeur - reprenant difficultueusement pied dans ce qu'il est convenu d'appeler la réalité commune, je ne laisse pas d'avoir la sensaton étrange d'une sorte de déplacement, d'écart, de distance incommensurable, d'éloignement psychique par rapport aux intérêts supposés essentiels de l'existence. Mieux encore : je vois le commun s'agiter, s'exciter, se démener avec le plus grand sérieux, ils ont l'air vivant, si vivants, mais moi je les vois comme ils sont en... [Lire la suite]

15 janvier 2018

POESIE TRAVERSIERE / LIVRE II

                   LIVRE  DEUX                       I           Perpétuellement vif et neuf       Comme un furet rebondissant       A demi orphelin, à demi veuf      Il court au bois verdissant         Il n’est d’aucune contrée connue      Il n’est d’aucune secte ou ligue      Il va son... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 janvier 2018

AUTOPORTRAIT 3 - poésie 10

                                               3           Elle insiste, elle est chère       Cette voix qui m’intime       De chanter l’éphémère         De chanter la splendeur       La lumière égéenne       L’ivresse et la couleur.         Blanche la voile glisse,    ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 14:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 janvier 2018

PLUIE , poème (Orientales, 16)

       Doucement    Depuis l'aurore il glisse    Insensible le temps.      Nous glissons, savez-vous,    Comme glissent les barques    Muettes sur la mer      Comme glisse la pluie        D'où vient-elle, où va t-elle ?    Nul ne sait    Elle pas davantage.  
Posté par GUY KARL à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 septembre 2017

Héraclite : poème

            HERACLITE      Les cornes du bouc,    Deux en un,    Dessinent la parfaite figure    De l'arc et de la lyre,    Vie-mort, indissolublement.      Qui veut l'un se fait mordre par l'autre,    Mais le dieu seul    En son coeur généreux qui jamais ne flanche    Nourrit tous les contraires,    Les égalise dans le feu.      Sur la brêche du temps  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
30 août 2017

MEDITATION : Du point de vue de la mort

   Comme placé aux bords de la mort éternelle  Demande-toi chaque soir ce qu'est ta vie.  Si tu n'existais plus comment serait le monde ?  Les fleuves continuent de couler, les montagnes  Dressent toujours leur cimes altières vers le ciel.  Non, rien ne serait changé : le monde  Demain comme aujourd'hui poursuit son cours.  Toi tu ne seras plus. Toi seul pour toi.  Tu auras passé comme passent les roses  Et nul ne se souvient plus de toi. A peine  Laisses-tu un nom... [Lire la suite]

29 août 2017

De l'ORAGE et du TEMPS : poème

              Si vite     L'éclair sabre le ciel qu'à peine     On voit des étincelles éparpillées     Sitôt éteintes dans le noir.     Le mont là haut     Tremble sur ses assises, et la pluie     Mêle le ciel à la terre. Sombre     Catafalque. L'orage     Est le maître du temps,     Juste mesure du feu où le dieu     Et l'homme se séparent.     Le tonnerre roule au loin  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 août 2017

LE CHANT DES ORIGINES : Chant Premier : (1) prologue

                   LE CHANT DES ORIGINES                                                                                                                Aux amis d'aujourd'hui et de demain    ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
17 août 2017

Le CHant des Origines, I, 4

            Si vite     L'éclair sabre le ciel qu'à peine     On voit des étincelles éparpillées     Sitôt éteintes dans le noir.     Le mont là haut     Tremble sur ses assises, et la pluie     Mêle le ciel à la terre. Sombre     Catafalque. L'orage     Est le maître du temps,     Juste mesure du feu où le dieu     Et l'homme se séparent.     Le tonnerre roule au loin    ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 05:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 août 2017

Le Chant des Origines, III, 6

                         6    Comme placé aux bords de la mort éternelle  Demande-toi chaque soir ce qu'est ta vie.  Si tu n'existais plus comment serait le monde ?  Les fleuves continuent de couler, les montagnes  Dressent toujours leur cimes altières vers le ciel.  Non, rien ne serait changé : le monde  Demain comme aujourd'hui poursuit son cours.  Toi tu ne seras plus. Toi seul pour toi.  Tu auras passé... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,