22 octobre 2019

COMME FEUILLES... du mouvement et du temps

  Dans le trou il y a le sexe, qui ne remplit pas le trou, qui l'exalte. Le trou c'est le vide dans la structure, c'est par lui que se font les échanges. Le sexe est un opérateur. Le mouvement est éternel : ça entre et ça sort, sans début et sans fin. Rien ne commence, rien ne s'arrête, tout continue. La mort de l'un est la naissance de l'autre, à l'infini. Quelques-uns s'imaginent l'éternel retour du même. C'est une erreur de perception : le même se sépare de soi pour engendrer l'autre, qui ne revient jamais au même. ... [Lire la suite]

13 septembre 2019

DE LA VISION du TOUT : Anaximandre

  Tout est fait pour nous distraire, selon l'étymologie nous tirer de côté, hors de nous. Voilà qui arrange le commerce et l'industrie, les mouvements d'opinion, et l'Etat. Vivre hors de soi, à côté de soi, que voilà un joli programme ! Nous payons cher d'être membre d'une communauté, est-il bien nécessaire d'en rajouter ? Acquittons-nous de nos devoirs, mais sauvons la singularité. Par la pensée je suis chez moi, et par elle j'étends mon être aux dimensions de l'univers, et au delà, par de là tous les mondes possibles,... [Lire la suite]
27 août 2019

"LE TEMPS RAMENE LES PLAISIRS"

             "Sur les ailes du temps la tristesse s'envole                      Le temps ramène les plaisirs". Sagement La Fontaine signale l'action ambivalente du temps, qui détruit tout à terme, et ne cesse de créer de la nouveauté. Mais cette nouveauté n'aura de charme qu'à la faveur du plaisir. L'endeuillé n'a pas de plaisir - on parle, en langage psychiatrique, d'anhédonie ou d'anaphrodisie - parce que l'objet aimé, et perdu, monopolise... [Lire la suite]
26 août 2019

PASSAGERETE : Sous le pont Mirabeau

  Passagèreté ! Voici un terme un peu spécieux, mais expressif. Tout le monde comprend instantanément ce qu'il signifie. Mais on ne voit pas d'emblée son extension maximale. Chacun est un passager sur la barque de la vie, mais la vie elle-même est passagère, et toute chose vivante est passage. Passagèreté exprime le caractère propre de ce qui passe, qui ne se voit guère au moment de la perception, et qui pour apparaître, demande la comparaison entre ce qui apparaissait hier et ce qui apparaît aujourd'hui. Ces rides sur le... [Lire la suite]
20 août 2019

SONATINES d' ETE : poème

                      SONATINES                               I                   Il regarde tomber la pluie                 Le vieil homme sur le seuil                 Les pensées qui s'élèvent en son coeur                 Sont toutes... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 mai 2019

Du PLAISIR d' ABANDON : méditation

  Le jeune aime l'âpre et le dur. Le moins jeune aime le tendre et l'aimable. Les amours du vieillard ont je ne sais quoi de vif et d'amer, printemps tardif au coeur de l'automne. Comme ces grappes oubliées lors de la récolte, qui font le délice du glaneur. " Et je ne sais quoi d'amer jusque dans le calice des fleurs". Le vieillard amoureux nous fait rire, n'est-il pas ridicule de jouer au jeune homme quand on est un barbon ? Mais lui ne se sent pas ridicule, son coeur est jeune encore, croît-il, hélas, bientôt son corps le... [Lire la suite]

22 avril 2019

SOMMEIL, REVE, REVEIL

  Il faut bien se rapporter à quelque chose faute de trouver en soi-même l'origine et la fin. L'origine, bien que vécue, nous échappe, puisqu'on ne peut être témoin de sa propre conception, et la naissance, elle aussi, est enveloppée dans la plus épaisse obscurité. Quant à la fin, à moins de la précipiter par le suicide, elle est ce quelque chose que nous portons en nous, comme une certitude, mais inassignable. Si bien que nous flottons entre deux inconnus, également certains et également inconnaissables. Voilà qui donne au... [Lire la suite]
12 novembre 2018

Du TEMPS selon EPICURE

    Sextus écrit que pour Epicure le temps est "l'accident des accidents". Certains traduisent assez paresseusement : le symptôme des symptômes. Mais cette traduction est absurde, car aujourd'hui le mot symptôme évoque irrésistiblement la maladie, dont le symptôme est le signe répérable. "Symptoma" est d'abord ce qui tombe (pipto) et qui tombe ensemble (sum). A partir du latin " cadere" nous avons en français une riche série de termes qui évoquent assez bien ce mouvement de chute : cadence, chéance, échéance, chance,... [Lire la suite]
08 novembre 2018

Du TEMPS et du PROCESSUS

  Si l'on me demande ce qu'est le temps, comme Augustin je dirai que je l'ignore. Me détournant prudemment de toute opinion à son sujet, je me tourne résolument vers l'observation des choses, ou plutôt des processus qui apparaissent à ma conscience. Je vois telle tige, telle feuille apparaître dans mon jardinet, quelques jours plus tard la plante s'est renforcée, développant une belle apparence. Elle continue de croître tout l'été, puis sa floraison s'interrompt, et avec l'automne commence son déclin. Bientôt, lassée de pluie et... [Lire la suite]
22 octobre 2018

BLANCHEUR MUETTE (fin du Livre1)

                                                                                                                            ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,