12 novembre 2013

L' ARC et la FLECHE : du sujet

    Se présenter c'est entrer en présence, dans l'espace et le temps, ici et maintenant, dans l'immédiateté d'un agir ou d'un parler. On dit bien prendre la parole, ou pourrait dire prendre acte, et cela se fait par le surgissement du corps, d'une corporéité sensible, pulsionnelle, toute présente à soi et tendue du même mouvement vers la présence dans le monde. Surgissant, le sujet déploie autour de lui un espace de sensation, de direction et de signification, une polyphonie de sens dont il est le centre actif et passif,... [Lire la suite]

04 novembre 2013

Du SUJET, et du MOI

    Une subjectivité sans sujet? Cela paraît insensé, sauf à préciser : sans sujet substantiel. On peut très bien soutenir ensemble deux propositions apparemment contradictoires, l'une qui pose l'absence de substance constante, immuable et pérenne (Bouddha), l'autre qui admet que la configuration des forces, instincts et pulsions témoigne d'un certain style singulier, d'une composition originale et différente de toute autre, d'une idiosyncrasie particulière, d'une organisation interne que l'on peut appeler "subjectivité" -... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 mai 2013

ETHIQUE de l' IDIOTIE: un sujet sans subjectivité

    Idios : séparé, particulier, singulier Idioma : particularité Idiotès : celui qui reste séparé, celui qui se distingue (de l'Etat, des communautés etc), comme simple particulier, simple soldat etc. Idion s'oppose à koinon, le commun, la communauté.       Héraclite écrit : "Il y a pour les éveillés un monde unique et commun (koinon) mais chacun des endormis se détourne dans un monde particulier (idion kosmon) -DK 89. Pour Héraclite c'est l'accès au Logos qui crée la véritable communauté,... [Lire la suite]
07 mai 2013

De la SUBJECTIVATION

    La subjectivation est un processus au long cours, et à y penser plus avant, il y faut une vie entière, encore que le résultat ne soit pas acquis d'avance. C'est long et difficile, mais existe-t-il tâche plus nécessaire et plus noble? Nous ne rampons que trop sous la tutelle d'autrui et nous oublions de vivre par nous-mêmes, soucieux de plaire, ou de séduire, de nous faire reconnaître par une instance tout aussi molle et inconsistante que nous, dans un corps à corps visqueux et douteux, où nul, en fin de compte, ne... [Lire la suite]
06 mai 2013

DU SUJET de la LOI

    Diderot père, qui était coutelier, voulait que son fils Denis devînt coutelier et assurât la continuité de l'entreprise familiale. Mais voilà, le fils, qui ne goûtait guère cette digne profession et lui préférait les joies de la pensée, se mit en tête de devenir philosophe, au grand dam de son père. Quant à nous, nous ne pouvons que nous réjouir de l'entêtement du fils qui nous valut de bien belles oeuvres. Cette histoire se répète inlassablement au fil du temps, avec les mêmes angoisses et les mêmes épreuves. Les fils... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
08 juin 2007

PHILOSOPHIE du BORDERLINE : Livre ii, CHAPITRE DEUX

  LIVRE DEUX     CHAPITRE DEUX     DU NOYAU PSYCHOTIQUE     I     Mes bons amis ! Excusez-moi du peu, mais j’ai la conviction de sortir d’une bien mauvaise passe. Je suis comme ébloui, tout chancelant dans la petite lumière du matin, à la manière d’un convalescent perclus d’arthrose qui fait ses premiers pas dans le jardin bruissant et odorant de la clinique. J’ai mal à l’âme, je suis tout esbaudi et claudiquant, incertain du moindre pas comme si le sol allait immanquablement... [Lire la suite]