28 janvier 2015

ECARTELEMENTS VII - VOIX d' OUTRE LIMBES

                VOIX D’ OUTRE LIMBES     J’entends la voix, du fond des âges lourds, la voix Qui monte, qui descend, catapulte Torrent d’avalanches femelles !   Spectre de voix, écroulement baroque, cruel théâtre Ton flamboiement Shakespeare ! Plus de centre ! Cinq milliards de soleils m’écartèlent Et tout croule, tout flambe, se révulse, agonise.   Ah qui suis-je, mon bel amour Dans ce buisson de cri, de sang Où j’exulte, où j’expire ?... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:11 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 novembre 2014

La BONNE NOUVELLE

    J'ai utilisé ce terme de "kataphore" pour marquer une opposition à "métaphore". Metapherein c'est transposer, déplacer dans l'ordre du langage, symboliser. Démarche créative. Katapherein signifie : porter en bas, faire descendre, chasser par le bas, évacuer, porter au rivage, faire aborder. Et kataphora : chute, descente. L'idée est claire, il s'agit bien d'un travail de désidéalisation, de déconstruction, en opérant la chute de l'idole, du sens, de la valeur. C'est le mouvement d'alètheia, dévoilement, critique... [Lire la suite]
24 septembre 2014

LA BOUCLE de la VIE : aliénation et vérité du sujet

    C'est avec un étonnement ravi que, ces derniers temps, je retrouve en moi des sensations, des images, des désirs même, de ma prime jeunesse d'étudiant, d'une période oubliée, où je n'avais aucune idée arrêtée sur mon avenir, où je baguenaudais par les rues de la ville, plutôt insoucieux et incurieux des études officielles auxquelles j'étais censé adonner toute mon énergie. J'étais inscrit en philosophie, mais je m'intéressais bien davantage à la littérature, poésie au premier chef, lisant, annotant, commentant mes... [Lire la suite]
18 avril 2014

"JE SAIS BIEN MAIS QUAND MEME" : de l 'impossible et du renoncement

    La question émerge à nouveau, pressante, exigeante : comment peut naître, apparaître un sujet? Ce que nous comprenons se résume à fort peu de chose : ce qu'on appelle sujet ne se situe pas dans la pure et simple continuité des processus naturels, du jeu des pulsions, de la force vitale, de l'organisation native des besoins et de leur satisfaction. L'apparition du sujet est de l'ordre de l'événement, lequel suppose une préalable rupture des enchaînements spontanés. Lorsque l'enfant (infans : celui qui ne parle pas),... [Lire la suite]
16 avril 2014

DE la NAISSANCE et de la NON-NAISSANCE du SUJET :

      Comment un sujet pourrait-il apparaître, s'exprimer comme tel dans un ordre de discours, s'il n'est pas déjà là, au moins virtuellemment, en attente, et comme prédisposé à sa propre naissance? Si l'on refuse les naissances ab nihilo, les générations spontanées et les fictions créationnistes il faut bien supposer une sorte d'existence avant l'existence, une prédisposition native qui n'attend que les conditions favorables pour se manifester. On posera donc un présujet, sujet virtuel, sujet en gésine, dont on... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
19 mars 2014

Du RIEN, du NEANT et du ZERO - et la question du sujet

    L'étymologie, cette maîtresse capricieuse, nous enseigne, contre l'opinion courante, que rien c'est quelque chose : res, rem, qui donne "rien", signifie "chose", et conduit à "réalité". Pourtant l'évidence nous dit que le rien c'est l'absence de la chose, son absentification matérielle ou réelle. "Je ne vois rien" : la chose n'est pas là où je l'attendais. C'est précisément ce point qui importe : c'est parce que je m'attendais à voir quelque chose, que j'avais construit dans mon esprit un espace psychique destiné à... [Lire la suite]

12 novembre 2013

L' ARC et la FLECHE : du sujet

    Se présenter c'est entrer en présence, dans l'espace et le temps, ici et maintenant, dans l'immédiateté d'un agir ou d'un parler. On dit bien prendre la parole, ou pourrait dire prendre acte, et cela se fait par le surgissement du corps, d'une corporéité sensible, pulsionnelle, toute présente à soi et tendue du même mouvement vers la présence dans le monde. Surgissant, le sujet déploie autour de lui un espace de sensation, de direction et de signification, une polyphonie de sens dont il est le centre actif et passif,... [Lire la suite]
04 novembre 2013

Du SUJET, et du MOI

    Une subjectivité sans sujet? Cela paraît insensé, sauf à préciser : sans sujet substantiel. On peut très bien soutenir ensemble deux propositions apparemment contradictoires, l'une qui pose l'absence de substance constante, immuable et pérenne (Bouddha), l'autre qui admet que la configuration des forces, instincts et pulsions témoigne d'un certain style singulier, d'une composition originale et différente de toute autre, d'une idiosyncrasie particulière, d'une organisation interne que l'on peut appeler "subjectivité" -... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 mai 2013

ETHIQUE de l' IDIOTIE: un sujet sans subjectivité

    Idios : séparé, particulier, singulier Idioma : particularité Idiotès : celui qui reste séparé, celui qui se distingue (de l'Etat, des communautés etc), comme simple particulier, simple soldat etc. Idion s'oppose à koinon, le commun, la communauté.       Héraclite écrit : "Il y a pour les éveillés un monde unique et commun (koinon) mais chacun des endormis se détourne dans un monde particulier (idion kosmon) -DK 89. Pour Héraclite c'est l'accès au Logos qui crée la véritable communauté,... [Lire la suite]
07 mai 2013

De la SUBJECTIVATION

    La subjectivation est un processus au long cours, et à y penser plus avant, il y faut une vie entière, encore que le résultat ne soit pas acquis d'avance. C'est long et difficile, mais existe-t-il tâche plus nécessaire et plus noble? Nous ne rampons que trop sous la tutelle d'autrui et nous oublions de vivre par nous-mêmes, soucieux de plaire, ou de séduire, de nous faire reconnaître par une instance tout aussi molle et inconsistante que nous, dans un corps à corps visqueux et douteux, où nul, en fin de compte, ne... [Lire la suite]