17 mai 2019

Les ALEAS de l' ORDRE SYMBOLIQUE : Game of Thrones

  "Il faut se défendre de nos ennemis comme de la peste" dit la reine. "Et qui sont nos ennemis ?" demande le fils. "Tous ceux qui ne sont pas nous, sont nos ennemis".          Edifiant ! D'autant que l'on apprend par ailleurs que ce fils est le fruit de l'inceste entre la reine et son frère. Tout le récit qui va suivre égrène les variations de l'horreur, du carnage et du malheur. Comme dans les fortes tragédies grecques, un ratage originaire de la chaîne symbolique détermine le cycle fatal dont la... [Lire la suite]

08 mai 2019

COMME UN IDIOT DANS LE COURANT DES CHOSES : HOUANG PO et PYRRHON

    « Quand on sait avec certitude que rien n’a, au fond, d’existence, qu’on ne peut rien trouver et qu’on n’a alors rien sur quoi s’appuyer, se fixer, qu’il n’y a pas de sujet ni d’objet, plus aucune pensée erronée ne s’agite… » Et encore : « …sans vous appuyer sur rien, sans vous fixer nulle part, en restant tout le jour comme un idiot qui se laisse porter par le courant des choses. » Ces deux citations proviennent des Entretiens de Houang Po. J’aime à penser que si Pyrrhon avait écrit, il eût... [Lire la suite]
06 mai 2019

DU SUJET : nécessité et injustifiabilité

  Poser le sujet est un acte philosophique à la fois nécessaire et injustifiable. Nécessaire à deux points de vue : d'abord comme personne morale et juridique, supposée responsable de ses actes. C'est une position de principe qui fait de chacun un justiciable en supposant en chacun la liberté de se déterminer en toute conscience. Si, à l'inverse, on pose que les gens sont rigoureusement déterminés par diverses causes psychologiques ou sociales il devient impossible de juger et de châtier. C'est d'ailleurs ce qui se passe dans... [Lire la suite]
28 février 2019

De la DIVISION du SUJET

  Chercher le sujet c'est découvrir la division, sujet fendu, scission du sujet. Entre le conscient et l'inconscient, le vouloir et le désirer, le dire et le dit. Je est-il un autre ? Disons qu'il y a de l'autre dans ce je, voir du multiple, une danse du multiple. Diversité, changement, hétérogénéité. Ils veulent tous, les fanatiques de l'ordre, nous ramener à l'Un : une Eglise, une communuté, un drapeau, une école. Puis de l'Un ils font l'Unique. Enserrer, enferrer le sujet. Dictature de l'identité.  Mettre à jour la... [Lire la suite]
28 février 2019

SITUATION de la PSYCHANALYSE (4) la question du sujet

  L'originalité propre de la psychanalyse par rapport aux sagesses traditionnelles tient à la manière toute neuve de poser la question du sujet. Il est remarquable que cette question, qui nous paraît très naturelle et évidente aujourd'hui, ait été si longtemps méconnue, voire refoulée dans les longs siècles antérieurs. Si l'on considère les trois grandes pensées du passé, le bouddhisme, le pyrrhonisme et l'épicurisme - je ne parle pas même des autres écoles - on voit que la question du sujet est proprement éludée. Bouddha,... [Lire la suite]
03 février 2019

De l' IDENTIFICATION : des images et du sujet (Six articles successifs sur ce thème)

  Voici ma formule : entre deux identifications, un suspens, émergence du sujet. L'identification est un processus mental très complexe et très puissant. Elle détermine une gande part de nos pensées, de nos images et de nos actions. Victor Hugo, enfant, s'écrie : "Je serai Chateaubriand ou rien". Identification à l'idéal, mais heureusement pour lui et pour nous, il n'est pas devenu Chateaubriand, ce qui était d'ailleurs impossible, mais Victor Hugo. Une identification complète serait catastrophique : Johnny Weismuller devenu... [Lire la suite]

03 février 2019

De l' IDENTIFICATION II : "s'identifier sans s'identifier"

  S'identifier à quelqu'un c'est se faire autre. C'est par des identifications successives que le sujet avance, si toutefois il sait les abandonner sur le chemin. Il faut savoir déjouer la prise, s'arracher, courir ailleurs. Ce n'est pas facile. J'ai connu un noble universitaire, estimable à tous égards, qui déclarait honnêtement qu'il lui était impossible, aujourd'hui, de quitter la défroque du maître à penser, de se ranger à l'aune commune. C'était comme de perdre une identité sociale chèrement conquise, de se retrouver tout... [Lire la suite]
10 novembre 2017

Le DEFI de la SINGULARITE

  La singularité, selon la belle formule de François Roustang ("La fin de la plainte", fin) est ce que je ne peux pas ne pas être, qui correspond à ma nature propre, qui l'exprime adéquatement. Mais cette définition, qui est exacte, est davantage virtuelle que réelle, parce que le cours ordinaire de la vie, avec ses errements  inévitables, ses concessions à la nécessité ou à l'obligation, a créé dans le sujet, presque toujours, de sensibles et regrettables déformations. Il est quasi imposible que le vrai Self ait pu se... [Lire la suite]
24 octobre 2017

Les DEUX POLES

    Ce qui se lit en filigrane dans la quête de Gauguin, comme dans beaucoup d'artistes et de poètes, c'est le mouvement rédrogradiant (plutôt que régressif) qui doit mener à l'origine. Et c'est moins l'origine de l'humanité, que Gauguin a cru entrevoir aux îles lointaines, que l'origine du sujet lui-même. Origine psychique, elle-même insaisissable, voilée de mystère, empêchée par mille circonstances, mille constructions secondaires, mille récits plus ou moins fallacieux, et qui pourtant hante le sujet en profondeur comme... [Lire la suite]
12 janvier 2017

QUI SE RACONTE DES HISTOIRES ?

  Ce qu'on appelle le moi pourrait s'interpréter comme la somme des histoires que se raconte un sujet. Histoires intimes, histoires du passé et du présent, projections imaginaires vers un avenir inconnaisssable, histoires d'amour, de haine et de vengeance, de bonheurs arrachés, de malheurs ruminés, de traumatismes au long cours, de rêveries languissantes ou agitées, histoires interminables, histoires à n'en plus finir... Jusqu'au dernier jour de la vie, jusqu'au dernier souffle, le moribond rêve encore, s'acharne encore à rêver,... [Lire la suite]