19 avril 2019

SAUVER la PENSEE (2)

  Sauver la pensée, oui, car elle est menacée, de tous côtés. De l'extérieur bien sûr, par les pouvoirs, quels qu'ils soient. Et aujourdhui, en sus, par les formes nouvelles d'une technologie impériale, qui introduit insidieusement, et dans la pensée elle-même,  le contrôle, la surveillance, la manipulation : l'hydre du despotisme s'est muée en universelle araignée, d'autant plus pernicieuse qu'elle agit en douceur et profondeur, persuadant tout un chacun qu'il agit selon le libre décret de sa volonté lorsqu'il obéit aux... [Lire la suite]

11 mars 2019

UN BIEN IMPERISSABLE ? - Spinoza

  "Je résolus enfin de chercher s'il existait quelque objet qui fût un bien véritable, capable de se communiquer, et par quoi l'âme, renonçant à tout autre, pût être affectée uniquement, un bien dont la découverte et la possession eussent pour fruit une éternité de joie continue et souveraine".  C'est dans ces termes que Spinoza définit son projet philosophique, aprés avoir expérimenté la déception que procurent les supposés biens qui excitent ordinairement la convoitise, comme les plaisirs des sens, la richesse et la... [Lire la suite]
04 mars 2019

"Un MODELE de la NATURE HUMAINE" : Spinoza

  Spinoza écrit dans la préface de la quatrième partie de l'Ethique : "Par bien j'entendrai donc désormais ce qu'avec certitude nous savons être un moyen de nous rapprocher toujours plus du modèle de la nature humaine que nous nous proposons de réaliser ; par mal, au contraire, ce qu'avec certitude nous savons qui nous empêche de nous rapporter à ce modèle". Ce modèle est évidemment une image de la liberté : s'approcher autant qu'il est possible, dans le monde tel qu'il est, dans la nature telle qu'elle est, d'une pensée juste... [Lire la suite]
13 avril 2018

Des CROYANCES : un constat

  On s'imagine que l'on pense, et l'on ne fait que croire. S'il est relativement facile, de nos jours, de suspendre les croyances religieuses, on ne mesure pas combien la croyance, sous d'innombrables formes, conditionne et détermine la vie commune, et la vie personnelle. Ce n'est pas étonnant : la croyance cimente le lien social, définit les appartenances, solidifie les solidarités, les consolide, parfois pour des siècles. Il est vrai aussi qu'elle évolue, et parfois disparaît, mais c'est pour renaître sous d'autres formes.... [Lire la suite]
08 décembre 2017

ETRE ou ne pas ETRE : de la culpabilité

  Ni gémir, ni se moquer, mais tenter de comprendre. C'était la recommandation de Spinoza. J'ajouterai qu'il y a sans doute maintes choses ou affaires qui ne méritent pas même la considération, et qu'il faut éliminer, si l'on peut. Il y va de la santé psychique et de la santé tout court. Trop de choses déplaisantes exercent une action toxique, parfois directement, parfois à distance. D'autres sont d'une telle complexité qu'on n'en peut venir à bout. D'autres encore échappent totalement à notre pouvoir, alors même qu'elles nous... [Lire la suite]
24 juillet 2017

Le TEMPS de la NATURE et le TEMPS de l' HOMME

    Le temps de la nature n'est pas le temps de l'homme. Dans une sorte de projection hyperbolique on a voulu imposer à la nature les catégories de la pensée humaine, laquelle est déterminée par les bornes infranchissables du commencement et de la fin. Tout mouvement, tout processus, physique ou mental, chez nous, s'inscrit dans ce cadre, à commencer par l'existence elle-même : nous sommes bien les "mortels" (thnètoi), et c'est en mortels que nous nous représentons toutes choses. De là cette idée, assez généralement... [Lire la suite]

20 août 2015

CHAP VIII - Du CORPS

                             CHAPITRE HUIT : Du CORPS    TABLE 1 Corps pulsionnel 2 Observation du corps 3 Pluralisme corporel 4 L'Avant et l'arrière 5 Représentation et réel  6 Le corps réel 7  Le ça : Groddeck 8 Flux  9 L'heure de la sensation vraie 10 Sexualité 11 Instinct et institution 12 Santé 13 La danse de la déesse         1 Corps pulsionnel       Je... [Lire la suite]
11 février 2015

MELANCOLIE SANS DOULEUR

    Une mélancolie sans douleur... Maintenant que j'ai fini mon grand ouvrage et que j'ai publié ici même l'essentiel de mes poèmes, je me découvre une liberté nouvelle, toute allègre et primesautière, sans attaches ni devoirs, ouverte immensément à l'inspiration intérieure. J'ai bien envie d'écrire toujours et encore, mais sans le moindre souci de recherche, de quête, de trouvaille à exhiber. Je me sens de jours en jours plus détendu, avec cette conscience heureuse de la tâche accomplie, quelle qu'en soient la forme et... [Lire la suite]
08 avril 2014

D la FOUDRE : Romain Rolland

      "J'ai toujours vécu, parallèlement deux vies, l'une, celle du personnage que les combinaisons des élements héréditaires m'ont fait revêtir, dans un lieu de l'espace et du temps, l'autre, celle de l'Etre sans visage, sans nom, sans lieu, sans siècle, qui est la substance même et le souffle de toute vie". Deux vies parallèles, deux consciences, deux modes hétérogènes : la vie d'un sujet singulier pris dans les rêts du temps social, et celle de l'union indicible, de l'absorbtion dans le Tout, ici nommé l'Etre,... [Lire la suite]
07 février 2014

NATURALISER la CULTURE

    Naturaliser l'art et la culture. Je ne prétends pas nier le caractère spécifique de la culture, mais relativiser : la culture n'est pas la simple nature, elle introduit une nouveauté irréductible qui tient à l'émergence de la fonction symbolique dont le langage humain est la manifestation patente : il transpose la sensation et l'affect dans une idée abstraite qui généralise l'expérience individuelle et subjective en métaphore linguistique, ouvrant l'immense champ des combinaisons de signes à la communication... [Lire la suite]