25 février 2016

De la PERCEPTION ENDOPSYCHIQUE (2)

    "Le bhikku (le moine) demeure en observant le corps physique selon le fonctionnement du corps physique. Cette introspection est présente à lui, uniquement pour la connaissance, uniquement pour la réflexion, et il demeure dans le monde, attentif, discipliné, sans convoitise, sans aversion". La même formule est reprise pour les sensations : observer les sensations selon le fonctionnement des sensations, puis pour la pensée et les objets mentaux. Il s'agit donc bien de développer la perception endopsychique, à partir du... [Lire la suite]

12 février 2016

PLONGEE MEDITATIVE.

  Revenir sans cesse aux fondamentaux, surtout si la pensée s'emballe et que le pathos s'en mêle. Quels sont les fondamentaux ? C'est avant tout l'expérience présente, dont nous avons la sensation. C'est pourquoi il faut revenir au corps, si par là nous entendons ce qui se passe, ce qui passe dans les organes des sens. Nous ne savons pas ce qu'est le réel dans sa dimension universelle, nous n'en avons qu'une aperception, fragmentaire mais effective, dans les sensations, et dans cette respiration qui fait la liaison entre le... [Lire la suite]
15 août 2015

CHAP XIV - Du SENS et de l'AB-SENS

                            CHAPITRE QUATORZE : Du SENS et de l'AB-SENS       TABLE 1 On veut du sens! 2 Le sens du sens  3 L'absurde et l'Absens  4 Tetralogikon I, II, III, IV  .       1 On veut du sens!   L'empereur demande à Bodhidharma : "Qu'est-ce que le bouddhisme?" Réponse : " tout est vide, rien n'est sacré" On ira difficilement plus loin dans la suppression du sens. Cette idée... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 juin 2015

PENSER par SOI-MEME : de l'expérience.

  Que signifie "penser par soi-même" ? C'est expérimenter sans préjugé, sans affiliation dogmatique, sans souci de justifier une thèse quelconque, en se rendant disponible à l'expérience, en accueillant ce qui se présente dans un esprit d'ouverture. C'est dire aussi que la pensée, dans un premier temps, doit se taire, s'effacer devant l'événement, quelqu'il soit. La chose est plus difficile qu'il n'y paraît : nous pensons trop, et mal. D'abord les faits, la pensée peut venir après, et de toute manière elle vient toujours assez... [Lire la suite]
16 décembre 2014

CORPS-UNIVERS (5 à 11))

                                                5   J'ai fait le deuil de l'image du corps Imagez-vous sous la forme improbable d'un nuage. Est-ce là figure humaine ? Mais après tout, que savons-nous de l'homme ? Et si l'homme n'était que la solidification d'un mythe ? Problème de perspective. Défaites la vision ordinaire. Dissolvez les attaches et les habitudes, laissez flotter, et voilà que se dissout... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 septembre 2014

La PSYCHOSE HEIDEGGER II

      Délire du Sens, délire d'interprétation : Heidegger pose en toute gratuité je ne sais quel mouvement souterrain de l'Etre qui travaillerait l'histoire en profondeur, apparaisssant dans les temps d'or de l'origine, pour disparaître bientôt sous le voilement de la métaphysique, n'existant plus qu'au titre de l'oubli, oubli de l'Etre, négativé dans les prestiges fallacieux de l'étant sous la dictature de la volonté de puissance. Relecture grandiose, mais parfaitement infondée, reposant sur un préalable totalement... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 janvier 2014

EPICURE , ENCORE, POUR L' ANNEE NOUVELLE

      Si l'on demandait quel peut bien être le sens de la philosophie on pourrait trouver une réponse dans Epicure, à la fois complète et interrogative. Le sens se décline en français selon trois modes : le sens sensoriel (les sens internes et externes), la direction (le sens de la marche) et la signification (le sens des mots, le sens d'une démarche). Pour le premier, Epicure est extrêmement clair : la sensation est le contact direct (le toucher, le goût) et indirect (la vision, l'audition, l'olfaction) avec la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
18 septembre 2013

De la FOLIE du SENS

      Il faut procéder par soustraction : apurer, éliminer. Quoi? Ce surplus encombrant d'opinions, de théories, de constructions mentales. Ce gigantesque mausolée d'idées mortes, qui paraissent vives et vivantes, et qui ne survivent que de notre faiblesse, de notre indigence. Toute thérapie sérieuse doit mener, par delà les temps inévitables de l'interprétation et du sens, à ce dépouillement essentiel où le sujet reconnaît enfin le leurre de toutes les interprétations, fussent-elles originales et fécondes. Faire... [Lire la suite]
13 septembre 2013

SE PAYER DE MOTS

    C'est plus qu'une inélégance. Se payer de mots c'est tromper autrui en se trompant soi-même. C'est une manière futile de fuir les difficultés de la pensée, et comme la seiche, de répandre un écran d'encre noire pour enfumer le débat. Tous les bonimenteurs y sont experts. Chez un philosophe ce serait comique si ce n'était si pernicieux. L'histoire de la pensée regorge de poncifs alléchants, de fumisteries, de pièces controuvées pour boucher le trou du réel. Tel ce Platon qui déclare que le philosophe est un... [Lire la suite]
06 novembre 2012

SENSATION et SOUFFRANCE : BOUDDHA

        « Tout ce qui est ressenti a un lien avec la souffrance » (Bouddha : Kaïära Sutta). Comment comprendre cette affirmation quand d’expérience nous ressentons le plaisir du contact, la satisfaction des besoins, et maints autres contentements du corps ou de l’âme ? Pourquoi privilégier l’aspect désagréable, douloureux, irritant, au détriment des expériences dites positives ? On songe invinciblement à Schopenhauer qui déclare que la douleur seule est positive, étant  vécue... [Lire la suite]