21 novembre 2016

UN CURSUS PHILOSOPHIQUE

  Je m'interroge : quelle a été la motivation intérieure qui m'a déterminé à choisir la philosophie, plutôt que les lettres, ou la philologie classique, pour lesquelles j'avais autant, sinon plus, de dispositions intellectuelles ? Il s'agissait de choisir un métier, et je n'avais pas envie d'enseigner ce pourquoi je me réservais dans mon intimité, à savoir écrire selon mon goût, en toute liberté. J'avais fait voeu de littérature, je me destinais corps et âme à la poésie et je ne voulais trahir cette nécessité intérieure en... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 janvier 2016

L'ECOLE de la VIEILLESSE

  Il n'y a pas d'école de la vieillesse alors que chacun est pris en charge dans ses jeunes années, sollicité de toutes parts, sommé de s'instruire et de préparer son insertion dans le vaste monde. On suppose implicitement que d'avoir travaillé tout au long de sa vie, éduqué ses enfants et rempli ses devoirs sociaux, l'individu est prêt pour affronter les âges ultérieurs du vieilissement. Il n'en est rien, et je connais bien des hommes et des femmes, mais des hommes surtout, qui se retrouvèrent singulièrement démunis "quand la... [Lire la suite]
27 mai 2014

Le PLAISIR du RIEN

    D'aucuns amoncellent comme s'il faisaient provision pour l'au delà. Nous autres, de nous savoir mortels, nous contentons de peu. Le peu vaut, s'il est le mieux, et le mieux c'est l'instant. Mais le fin du fin c'est le rien. C'est ici qu'est le souverain plaisir. Ma délectation, c'est de me dire au petit matin : voici une nouvelle journée, toute vide, sans affaires, sans obligations, sans courses, ni alimentaires ni financières, sans devoir, sans tâche à accomplir, sans attente ni programme, rien, absolument rien ne me... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
27 septembre 2011

La SCHOLE selon DIOGENE D' OENANDA

"Rien ne produit autant le sentiment de bien-être que de pas beaucoup s'affairer, ni d'entreprendre des affaires fâcheuses, ni de se presser au-delà de ses forces. Car tout cela cause des troubles dans la nature".  Diogène D'Oenanda dit bien que "cela cause des troubles dans la nature" sans préciser quelle nature. On pense évidemment à la nature organique et psychique individuelle, en y relevant une idée du corpus d'Hippocrate, selon lequel compte plus que tout l'équilibre harmonique des organes, des fonctions, des... [Lire la suite]
16 décembre 2010

OTIUM et SCHOLE

"Rien ne produit la tranquillité comme éviter de s'affairer beaucoup, de s'adonner à des occupations pénibles et de se contraindre au delà de ses propres forces. Car tout cela installe le trouble dans notre nature" (Diogène d'Oenanda (fragment 114) Travailler moins pour mieux goûter aux fruits délicieux de la SCHOLE, que les Latins appellent Otium, qui, comme par hasard, s'oppose au Negotium. Scholè donne scola, école : la vraie école est celle de la vie, qui peut se passer et ne pas se passer de l'école de la... [Lire la suite]
24 juin 2010

SCHOLE : ECOLE de l'A-PHILOSOPHIE

Originellement "scholè" désigne un arrêt, une pause, une trêve, une rupture de mouvement. D'où l'idée de repos, de loisir. C'est ce second sens qui s'est imposé  : scholè de l'homme d'action qui se retire en son domaine pour réfléchir, lire, étudier, écrire, méditer. A la scholè des  Grecs correspond l'"otium" des Latins, exact opposé du "neg-otium", action utilitaire et marchande. La scholè sera l'activité noble du patricien, du lettré, du philosophe, de l'écrivain. Montaigne en sa... [Lire la suite]