07 octobre 2016

PHILOSOPHIE et LITTERATURE face au REEL

    Frappé de stérilité, je me réfugie dans les lectures historiques, comme je fais d'habitude en ces cas-là. Ce n'est pas désagréable, tant s'en faut, mais peu satisfaisant, au total. Dans la lecture, quoi qu'on en dise, il y a une dimension passive qui finit par m'agacer, ce qui fait que je n'apprécie que les oeuvres courtes, qui vous saisissent d'un coup, et vous laissent pantelants au bord du chemin. C'est particulièrement vrai des oeuvres philosophiques, car une idée forte et vraie peut s'exprimer en peu de mots : le... [Lire la suite]

12 juillet 2016

Du MOUVEMENT de VERITE

  Il faut certes aimer la vérité, mais non la vénérer comme une idole, d'autant qu'une idole est chose de pierre ou de bois, inerte et aphasique. Nous n'avons que trop de pierres dans la tête, quand notre souci principal devrait être de nous alléger.  Depuis quelque temps, je l'ai dit et répété ici, je tournais autour d'une intuition qui me semblait vraiment libératrice. A cette occasion j'ai pu faire de précieuses observations sur le mouvement de vérité, je veux dire cette exigence toute philosophique de ne pas se... [Lire la suite]
02 février 2016

POURQUOI des THEORIES ?

  La vraie question que l'on devrait se poser en philosophie, et que l'on ne se pose guère, est la suivante : pourquoi avons tant besoin de théorie ? A quels besoins répond cette exigence ? Et que se passerait-il si l'on savait s'en libérer ? Il y a peu d'exemples d'une position de ce genre. Dans l'Antiquité je ne vois que Pyrrhon et Bouddha. Dans la modernité Nietzsche en approche parfois. Mais il n'a pas su maintenir jusqu'au bout cette position d'exigence, réintroduisant des images et des idéaux (le surhomme, la volonté de... [Lire la suite]
19 janvier 2016

Le MOI est-il HAISSABLE ?

  Lorsque Pascal déclare que "le moi est haïssable" il ne rend guère service à l'humanité : que diable ! De quoi disposons-nous en cette pauvre vie si ce n'est de ce moi, tout rabougri qu'il soit ! Il est vrai qu'il voulait rabaisser la superbe des hommes, exhiber leur indécrottable misère pour les ramener à Dieu. Le plaisant projet que voilà ! On ne fera jamais croire que celui qui croit déjà, qui désire de croire, et qui n'attend qu'une bonne raison, bonne ou mauvaise, pour se jeter dans le baquet. Pascal visait Montaigne :... [Lire la suite]
18 mai 2012

Du DEPASSEMENT de la PHILOSOPHIE : le tragique

          C’est une vieille problématique : la philosophie est-elle susceptible d’un achèvement ? Les uns, les plus nombreux, estiment que la philosophie est de nature infinie, que toute réponse génère une nouvelle question, et qu’en somme il faudrait être un dieu pour prononcer son achèvement. Le philosophe serait à jamais suspendu dans une sorte d’incertitude, inapte à conclure sur rien,  toujours en quête, reniflant comme un chien de nouvelles épreuves pour s’y faire les dents, dans une... [Lire la suite]
05 septembre 2011

Les 5 REGLES du SAVOIR : DEMOCRITE (6)

1) "Quant à nous, en réalité, nous n'appréhendons  rien d'immuable, mais ce qui change selon la disposition des corps,  et des choses qui pénètrent et de celles qui repoussent ».        En réalité : et non selon l’opinion commune, ni selon les métaphysiques de l’Etre, obsédés par l’immuable, qui fixent les processus, sans parvenir à l’intuition du mouvement universel. Plus remarquable encore, cette évidence de l’interpénétration des corps. Remarquons que Démocrite voit la connaissance comme action... [Lire la suite]
07 août 2011

DE LA VERITE : DEMOCRITE (4)

                                                                 IV                                                               "OU MALLON"   Comment soutenir encore, comme fait une insistante tradition, de... [Lire la suite]
22 juillet 2009

EPITAPHE EPICURIENNE

Ne pleure pas mon âme il restera toujours l'issue Noble entre toutes quand les noires mâchoires du destin Te serrreront dans leur étreinte, et tu sauras que l'heure grave Pour toi ne sonnera qu'une fois, l'heure sérénissime, Et tu sauras, sans regret, remords ou nostagie, quitter Les rivages dorés de la lumière...ce que tu laisses Garde-le, et ce que tu emportes, laisse-le! Quitte léger cet arpent de terre où tu vécus Et même ce Jardin des dieux paisibles et sereins Laisse-le sans regret à tes amis! et... [Lire la suite]