03 août 2018

Par Rapport à la Psychanalyse ...

  Par rapport à la psychanalyse je vois quatre positions de base : La première est celle de l'ignorance simple : mon plombier en ignore tout, n'en parle pas, et s'en porte fort bien. La seconde, fort répandue, est celle de l'ignorance instruite : sans s'y être jamais engagé comme analysant, voilà quelqu'un qui lit beaucoup, connaît Freud et Lacan par les textes, parle beaucoup, enseigne parfois, et finit par croire posséder connaissance et maîtrise. Illusion de savoir. Evitement. La troisième est celle du patient qui consulte... [Lire la suite]

03 août 2018

PSYCHANALYSE, SAVOIR et TRANSMISSION

  Je demandais hier : que restera-t-il de la psychanalyse dans vingt ans ?  Le fondement ultime de la démarche freudienne était ce rêve très ancien, dont il a su renouveler la formulation et la méthode, de connaître pour guérir, de faire de la connaissance un levier thérapeutique efficace. Ce projet s'inscrit dans la lignée des grandes sagesses traditionnelles : "connais-toi toi même - et tu connaîtras l'univers et les dieux", sauf qu'ici il n'est question ni de l'univers ni des dieux. Le champ d'exploration est... [Lire la suite]
05 avril 2018

DEPRISE PYRRHONIENNE : insaisissabilité et epochè

  Diogène Laerce expose la philosophie de Pyrrhon : "Il suivit Anaxarque partout, au point même d'entrer en contact avec les sages nus de l'Inde et avec les Mages (de Perse). Telle paraît bien être l'origine de sa très noble manière de philosopher : il introduisit en effet la forme de l'insaisissabilité et de la suspension du jugement". Deux notions majeures, qui ne sont pas à proprement parler des concepts, plutôt des anti-concepts, machines de guerre destinées à ruiner toute prétention de saisie intellectuelle, à l'opposé de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
04 avril 2018

ODE à PYRRHON : Timon de Phlionte

  Voici l'éloge que Timon composa à l'adresse de Pyrrhon :   "O vieillard, ö Pyrrhon, comment et d'où as-tu trouvé moyen de te dépouiller   De la servitude des opinions et de la vanité d'esprit des sophistes ?   Comment et d'où as-tu dénoué les liens de toute tromperie et de toute persuasion ?   Tu ne t'es pas soucié de chercher à savoir quels sont les vents   Qui dominent la Grèce, d'où vient chaque chose, et vers quoi elle va". Les "sophistes" ici nommés ne me semblent pas correspondre à ceux... [Lire la suite]
31 janvier 2018

DE l ART et du SAVOIR

  L'art ou le savoir ? Je n'ai jamais su choisir, mais fallait-il choisir ? La philosophie est peut-être cette tension sans solution entre les deux pôles, qui se maintient vaille que vaille, et qui donne l'illusion d'avoir les deux.  Revenons à l'expérience de la dénaissance, à cette mélancolie très spéciale qui serait à l'origine de la création de l'objet d'art, ce quasi-objet qui est à la fois réel et irréel, à la place de l'objet perdu, qu'il ne remplace pas, mais dont il livre en quelque sorte un analogon, un substitut... [Lire la suite]
15 janvier 2018

LOIN DE LA FOULE : EPICURE

    "Je n'ai jamais désiré plaire à la foule ; car ce qui lui plaît je l'ignore, et ce que je sais est hors de sa compréhension". Epicure, cité par Usener, Epicurea 187. Dans l'extrême détresse c'est au maître de Samos que je m'adresse, lui qui connaît la douleur et ses remèdes, lui le plus proche, le plus amical et le meilleur d'entre tous. N'a t-on pas dit dès l'Antiquité que c'est lui qui comptait le plus d'amis de par le vaste monde ? Et combien depuis lors, à travers toutes les péripéties de l'histoire, souvent... [Lire la suite]

31 août 2017

Du REVE et de l'ENIGME

  "Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant D'une femme inconnue et que j'aime et qui m'aime Et qui n'est chaque fois ni tout à fait la même Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend" - Verlaine   Voilà bien un thème onirique majeur : c'est une femme, c'est la même, et ce n'est pas la même, mais chaque fois se renouvelle le sentiment d'un déjà connu, d'une familiarité troublante, figure d'un passé lointain, et si proche, et qui revient, encore et encore. Qui donc est-elle pour éveiller telle émotion de... [Lire la suite]
08 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant Quatrième, 3

                3  L'ennui haine du temps.Que savons-nous du temps, s'il glisseOu s'il est immobile ? Nous ne voyonsQue mouvements, déplacements, altérations,Que le printemps succède à l'hiver Que l'oiseau chante, et s'arrête de chanter,Que chaque instant, unique et singulier,Jamais ne revient, Que nos pensées passent comme des feuilles.Nous disons : c'est le temps. Hélas que disons-nous ?Nous replâtrons d'un mot le trou de l'ignoranceNous figeons dans un mot le mouvement du mondeNous... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 14:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
12 avril 2016

DEMOCRITE et PYRRHON : du vrai et de l'apparaître

  Il y a deux visages de la répétition : la rengaine et le cycle. Laissons la rengaine, j'espère simplement savoir l'éviter. Le cycle peut être répétitif, confinant à la rengaine, ou progressif, évoluant selon l'image d'une spirale ouverte, où certes on repasse par des points discrets, mais en avançant en turbine, à chaque fois un peu plus loin. Forage en profondeur, vis infinie,  où l'on tourne en avançant autour d'un quelque chose qui semble se déplacer d'autant, mais dont, à défaut de le saisir et de le définir, on... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:18 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
04 février 2016

Qu' est-ce qu'une THEORIE ?

  Theoreo : contempler, regarder, observer - consulter l'oracle - être en position d'observateur (théore). Theoria : vision, contemplation, assistance à un spectacle ou une fête, contemplation intellectuelle.    Ces étymologies confirment le fait assez général que les Grecs, et les Occidentaux modernes à leur suite, privilégient le voir dans leur rapport à la réalité. Voir, comme acte fondateur du savoir. Eidos, idea : la forme, l'image, l'idée. Eidos est de même radical que videre, voir. Tout cela nous semble... [Lire la suite]