08 juillet 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant Quatrième, 3

                3  L'ennui haine du temps.Que savons-nous du temps, s'il glisseOu s'il est immobile ? Nous ne voyonsQue mouvements, déplacements, altérations,Que le printemps succède à l'hiver Que l'oiseau chante, et s'arrête de chanter,Que chaque instant, unique et singulier,Jamais ne revient, Que nos pensées passent comme des feuilles.Nous disons : c'est le temps. Hélas que disons-nous ?Nous replâtrons d'un mot le trou de l'ignoranceNous figeons dans un mot le mouvement du mondeNous... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 avril 2016

DEMOCRITE et PYRRHON : du vrai et de l'apparaître

  Il y a deux visages de la répétition : la rengaine et le cycle. Laissons la rengaine, j'espère simplement savoir l'éviter. Le cycle peut être répétitif, confinant à la rengaine, ou progressif, évoluant selon l'image d'une spirale ouverte, où certes on repasse par des points discrets, mais en avançant en turbine, à chaque fois un peu plus loin. Forage en profondeur, vis infinie,  où l'on tourne en avançant autour d'un quelque chose qui semble se déplacer d'autant, mais dont, à défaut de le saisir et de le définir, on... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:18 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
04 février 2016

Qu' est-ce qu'une THEORIE ?

  Theoreo : contempler, regarder, observer - consulter l'oracle - être en position d'observateur (théore). Theoria : vision, contemplation, assistance à un spectacle ou une fête, contemplation intellectuelle.    Ces étymologies confirment le fait assez général que les Grecs, et les Occidentaux modernes à leur suite, privilégient le voir dans leur rapport à la réalité. Voir, comme acte fondateur du savoir. Eidos, idea : la forme, l'image, l'idée. Eidos est de même radical que videre, voir. Tout cela nous semble... [Lire la suite]
18 mai 2015

De la VERITE HORS REPRESENTATION

  Si la vérité est hors représentation Alors toutes les représentations sont également indécidables - hors vérité, leur valeur réside dans l'opérativité, fictions utiles ou inutiles, nocives ou thérapeutiques. Quant à leur valeur morale éventuelle c'est la société qui en juge selon son état propre de civilisation, de culture, d'avancée ou de régression, pure convention normative. Toutes les cultures reposent sur un impensé structurel, ensemble plus ou moins organisé d'options vitales, mythes, religion, art, savoirs, normes de... [Lire la suite]
30 janvier 2015

Les TROIS PILIERS de la VERITE

  Je ne puis nullement me satisfaire d'une position strictement relativiste, selon laquelle il ne peut y avoir de vérité qui tienne, que la vérité est une chimère, ou un idéal inaccessible. Ce positionnement peut se défendre dans le domaine du savoir, lequel, comme chacun sait, est évolutif, contingent, amendable et perfectible, mais, sous l'aplomb d'une évidence première, remarquablement établie par Démocrite : "L'homme doit connaître au moyen de la règle que voici : il est écarté de la réalité". La première vérité, universelle... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:04 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
07 avril 2013

VERITE

    "Je dirais que toute pensée est une pensée débile quand elle ne prend pas en compte le réel, quand elle le méconnaît, quand elle méconnaît ce qui fait limite au savoir, et que Lacan appelle la vérité" Cette phrase de Charles Melman ("La nouvelle économie psychique",p 63) exprime parfaitement  ce que moi-même je pense de la philosophie comme ouverture à la vérité.
Posté par GUY KARL à 16:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

20 mars 2013

La METAPHORE du BALLON : du savoir

        Prenez un ballon, soufflez, soufflez encore, jusqu'à la limite de ce qu'il pourra contenir, soufflez, vous y êtes presque... Et vlan, trop fort, le ballon a éclaté. C'est tragique, la limite en elle même est insaisissable, vous êtes toujours d'un côté ou de l'autre, soit d'avant, soit d'après. Soit le ballon enfle, soit il éclate, mais où est la limite? Elle existe bien de quelque manière puisque son franchissement provoque l'éclatement, et en un autre sens elle est indéterminable, inconnaissable... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
19 mars 2013

Du SAVOIR de la MORTALITE

      Lacan écrivait : "j'ai vécu de me savoir mortel". L'idée est claire : c'est le savoir de la mortalité qui donne à l'être humain son identitité spécifique, bien différente des animaux et des dieux. L'animal semble tout ignorer de son destin, et le dieu est par essence immortel. Ce savoir donne à l'existence une gravité, une densité toutes particulières. Mais c'est un savoir fort incomplet, car si on sait que l'on meurt on ne sait pas quand. A l'angoisse inévitable de la fin s'ajoute l'angoisse d'un non-savoir... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
23 août 2012

VANITE du SAVOIR : KRISHNAMURTI

          La méthode de Krishnamurti est au total extrêmement simple. Elle se passe de toute construction mentale, de toute référence idéologique, voire philosophique. Il faut, purement et simplement suspendre la pensée. La pensée est toujours vieille, elle ne brasse que le connu. Tout inconnu, nous nous efforçons spontanément de le ramener au connu. C’est d’ailleurs le fondement de la logique ordinaire, c’est ce que nous appelons  «expliquer ». Nietzsche, de même, disait que la motivation... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
13 février 2012

SAVOIR, DEVOIR, ESPOIR : Epicure contre Kant

Emmanuel Kant estimait que le philosophe devait s’efforcer de répondre à trois questions cardinales : Que puis-je savoir ? Que dois-je faire ? Que puis-je espérer ? Permettez-moi de donner mes propres réponses, sous réserve d’inventaire. Que puis-je savoir ? Pas quelque chose. Que dois-je faire ? Ce que je peux. Que puis-je espérer ? Rien. Je remarquerai d’abord que les trois questions renvoient à la juridiction de l’autre. Ce que je peux savoir est dans le champ extérieur à moi. Mais cela n’est... [Lire la suite]