06 juin 2019

MOINS QUE RIEN C'EST QUOI ? - LUCRECE

  Je voudrais faire part au lecteur d'un embarras philosophique. Voici ce qu'écrit Lucrèce au sujet de la mort en III, 926 et 927     "En conséquence il faut penser que la mort est beaucoup moins pour nous     S'il peut exister moins que ce que nous voyons être un rien" Ces deux vers viennent conclure un passage consacré au sommeil, qui est une période de repos, sans conscience. Cette comparaison est traditionnelle. Mais alors qu'après le sommeil le sujet se resaissit, la mort entraîne... [Lire la suite]

03 avril 2019

"TOUT EST LA ET JE NE SUIS RIEN"

  Dans sa tragédie "Tasso", modèle indépassable d'écriture classique, Goethe écrivait : "Tout est là, et je ne suis rien".  Moi qui me croyais le centre sensible et rayonnant du monde, moi qui ne vivais que de moi, de mes pensées, de mes images, de mes désirs, à la sombre lumière de l'échec je me découvre tout autre, rapetissé, réduit à ce peu que je suis en vérité,  fragile barque chancelante entre deux néants, et tout autour de moi, que vois-je ? - la prolixité d'un monde insondable, inépuisable, qui fut là de... [Lire la suite]
29 mars 2019

APOLOGIE du RIEN : Mallarmé

  Sur la question du rien : La représentation commune pense le rien à partir d'une attente : "j'ai cherché quelque chose et je n'ai rien trouvé". Par exemple une pièce où il n'y a rien : ni meubles, ni table, ni miroir etc. Dans l'espace imaginarisé du désir s'ouvre une brèche où s'engouffre ma déception. Mais à tout prendre le rien n'est pas dans le réel, qui ne manque jamais de rien, il est dans l'inadéquation de l'attente à la réalité. On pourrait figurer ce défaut structurel par deux droites parallèles de longueur inégale.... [Lire la suite]
29 octobre 2018

Le NU, le RIEN, le REEL : sérénité pyrrhonienne

  Je me suis efforcé de suivre la pensée de Pyrrhon jusqu'aux ultimes implications, car, profondément, cette démarche était devenue la mienne. Je m'aperçois qu'il est impossible d'aller plus loin si l'on ne veut pas ruiner l'entendement. Mais il faut dire que Pyrrhon ne s'attaque jamais à l'instinct vital, et qu'à tout prendre, si on y réfléchit sérieusement, il viserait plutôt à le libérer, rendant à chacun son droit fondamental à choisir selon ses convenances, débarrassé des opinions creuses et du poids de la tradition : si... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 mars 2018

PEUT-ON PENSER LE RIEN ?

  Peut-on penser le "rien" - je ne dis pas penser à rien, qui est déjà très difficile - mais le "rien", ce qui me semble plus difficile encore. Je voudrais examiner ici une question qui se présente d'emblée comme une aporie, avant de voir en quoi cette pensée pourrait avoir ou non quelque signification pour l'existence. "Rien" est un signe linguistique comme tous les autres. Il se forme par la liaison nécessaire et immotivée d'un signifiant et d'un signifié. Le signifiant c'est la face sonore, la combinaison des phonèmes ( r-... [Lire la suite]
28 mars 2018

De l' APORIE (2) - du rien

  Le dieu du rêve, sur le petit matin, me somme de reprendre le texte d'hier, d'y adjoindre une suite, comme on ferait de deux pièces d'un même poème. Il est vrai que je n'ai traité que de la moitié du vers de Sophocle... Riche de toutes ressources, sans ressources il marche vers rien : ep ouden erchetai. Une tradition pieuse y lira la déréliction de l'âme abandonnée en chute vers le néant. Mais ouden n'est pas forcément le néant, ouden c'est rien, comme dans la phrase : il n'y a rien. Ouden marque un blanc, un pas-être, d'où... [Lire la suite]

10 août 2015

CHAP XIX - Du VIDE et de la VACUITE

                               CHAPITRE DIX NEUF : Du VIDE et de la VACUITE       TABLE  1 Le Temps vide et la modernité  2 De la vacuité  3 La voie du milieu  4 La forme et le vide : Bouddha  5 La forme et le vide : Mishima  6  Samsâra et nirvâna  7 Pyrrhon et Bouddha  8 Ethique du vide  9 Du rien  10 Plaisir du rien           ... [Lire la suite]
28 mai 2014

Du RIEN

    Rien n'est pas rien, puisqu'on en parle, ce qui lui confère pour le moins une identité symbolique. Mais rien n'est pas tout à fait quelque chose, en dépit de l'étymologie (rien = chose, res, rem, en latin). Le rien se situe entre le néant, qu'il n'est pas, et la chose qu'il n'est pas davantage, une sorte de monstre logique, évoquant l'ombre de la chose. Si le destin ordinaire de l'être humain est de se constituer sur la perte originaire de la chose, alors le rien acquiert une sorte de dignité paradoxale à signifier ce... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
29 avril 2014

Du NON-FONDEMENT, et du sujet

    La pensée est de nature portée à rechercher un fondement ultime, une "chose" première et dernière à partir de quoi se développerait le processus infini du devenir. Il nous est quasiment impossible de concevoir le devenir comme auto-suffisant, capable par soi de produire et de détruire, nous voulons, par une sorte de naïveté intellectuelle, que le changement porte sur quelque chose qui serait indépendant du changement, qui conserverait sa nature propre à travers les changements qui l'affecteraient du dehors, en somme... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 avril 2014

EXISTENCE et VACUITE : Shunryu SUZUKI

    "Nous disons que la véritable existence vient de la vacuité et retourne à la vacuité. Ce qui surgit de la vacuité est la véritable existence. Nous devons passer par la porte de la vacuité" (Shunryu Suzuki : "Esprit Zen, esprit neuf p 140, Points Sagesses). Mais il est fort difficile de dire en quoi consiste la véritable existence. Ce qui est sûr c'est qu'il ne s'agit en rien de l'existence conçue comme réalité substantielle, stable et permanente. Ce n'est pas une essence éternelle. Il n' y a rien de stable et... [Lire la suite]