31 décembre 2015

NIETZSCHE interprète EPICURE (3)

  Le remède à la douleur du monde c'est la distanciation subjective. C'est du moins la lecture que fait Nietzsche de la pharmacopée épicurienne, laquelle intègre une bonne dose de scepticisme théorique. C'est le sens de la première des quatre propositions du Tetrapharmakon : les dieux ne sont pas à craindre. Epicure se garde bien d'entrer dans un débat sur l'existence ou la non-existence des dieux. Il invente cette stupéfiante solution de l'éloignement : les dieux, non seulement existent à des distances incommensurables, dans... [Lire la suite]