18 juillet 2019

BOUCLER LA BOUCLE : le savoir et la borne

  Boucler la boucle c'est parcourir toutes les étapes d'un cursus nécessaire en ramassant autant que possible tous les éléments hétéroclites du conscient et de l'inconscient dans un savoir - voilà qui j'étais sans le savoir, voici qui je suis de le savoir. Le patient s'adresse à l'analyste, et se confie, en fonction d'une conviction : l'autre est supposé savoir, et spécialement, savoir qui je suis. Illusion nécessaire et féconde qui favorise le transfert et la recherche, mais illusion cependant, qu'il faut dénouer à la fin. "Il... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 juin 2019

LE TROU BLANC - troublant !

  Nous ne pouvons comprendre les débuts de rien. L'origine à jamais est voilée - et volée, du même coup, à l'intellect, qui bute sur l'impossible. Scène primitive à tous les étages, scène sans spectateur, chambre obscure. Bien sûr cela fait fantasmer à l'infini, d'autant que ces constructions mentales tournent à vide, se nourrissent indéfiniment de leur échec. Cela fait des épopées héroïques (la quête du Graal, le voyage aux Enfers, la rose mystique etc), des romans, des autobioraphies, des poèmes, des  philosophies. On... [Lire la suite]
24 juin 2019

HASARD, TRAGIQUE, REEL : Hommage à Clément Rosset

  Je sais tout ce que dois à Clément Rosset. De toute son oeuvre, que j'ai lue à peu près intégralement, c'est "La logique du pire" qui m'a marqué le plus durablement. Ce livre fut un coup de tonnerre qui m'ébranla jusqu'au fondement. Il renversait nombre d'idées familières, acceptées jusque là comme évidentes, et ouvrait un gouffre dans ma sensibilité, que rien depuis n'a jamais comblé. Je m'en suis si profondément imprégné que je ne sais pas, à cette heure, ce qui vient de lui et ce qui m'appartient en propre, si toutefois je... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:28 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
20 juin 2019

Du REEL dans l' EPICURISME

  Mettre au premier plan le réel. Voilà ma formule. A partir de là on peut réinterpréter diverses philosophies anciennes et modernes, en interrogeant la place, évidente ou cachée, qu'y occupe le réel. Je prendrai l'exemple de l'épicurisme. Epicure construit une admirable architecture où la canonique, la physique et l'éthique s'organisent autour d'une question centrale : qu'est ce qui importe vraiment à qui veut se donner les conditions et les moyens de la félicité ? On a pu dire que cette philosophie est une tentative réussie... [Lire la suite]
18 juin 2019

PRIMAUTE DU REEL (2) : DEMOCRITE

  Mon désir, mon projet, c'est poser les bases d'une philosophie du réel. Pas si banal qu'il apparaît au premier abord. Quelques-uns, une minorité, s'y sont efforcés. Il faut dire que la chose est extrêmement difficile. Il y faut une sorte de retournement extra-ordinaire, car l'ordinaire c'est la représentation : l'image d'abord, puis la pensée symbolique, puis la rationalité - y compris la science. Le problème est clairement posé par Démocrite : " La couleur est par convention, par convention le doux, par convention l'amer, et... [Lire la suite]
29 mai 2019

Des DEGRES de l' ECRITURE : aphasie,poésie,discours

  Le degré zéro de l'écriture c'est le silence de la feuille blanche, qui, à son tour, se différencie entre le  mutisme et l'aphasie. Par mutisme il faut entendre la forme pathologique, où tout l'appareil du langage est pour ainsi dire bloqué dans la gorge. L'aphasie, qui lui ressemble de l'extérieur, est tout au contraire cette réserve de vacuité où se tient celui qui en sait trop pour dire, qualité pyrrhonienne par excellence. L'aphasique est au plus près du réel. Le degré un serait la poésie : c'est un subtil mélange de... [Lire la suite]

22 mai 2019

Leçon de l'ENIGME : la parole et le réel

  "Peu après il (Homère) arriva à Ios. Là, assis sur un rocher, il vit des pêcheurs s'approcher de la plage et leur demanda s'ils avaient pris quelque chose. Ceux-ci, comme ils n'avaient rien pris mais s'époulliaient, lui dirent, à cause du manque de poissons : "Ce que nous avons pris nous l'avons laissé, ce que nous n'avons pas pris nous le portons"...Homère, ne pouvant résoudre l'énigme, mourut de découragement". C'est là un topos classique de la littérature grecque. Héraclite lui aussi y fait référence pour souligner que "le... [Lire la suite]
20 mai 2019

THAUMAZEIN : DE QUOI S' ETONNER ?

  Par je ne sais quel caprice de mon inconscient, à deux fois depuis mon lever résonne en moi le mot "thaumazein" - s'étonner, admirer, s'émerveiller. Thauma c'est l'admiration, l'étonnement, mais aussi l'objet d'étonnement, voire le tour de passe-passe : quelque chose surgit qui dénote, qui s'exclut du régime ordinaire de la réalité, qui contredit les données ordinaires de la représentation, provoquant une sorte de saisie intellectuelle et émotive. S'étonner c'est surseoir, c'est marquer un coup d'arrêt, c'est se sentir... [Lire la suite]
08 mai 2019

COMME UN IDIOT DANS LE COURANT DES CHOSES : HOUANG PO et PYRRHON

    « Quand on sait avec certitude que rien n’a, au fond, d’existence, qu’on ne peut rien trouver et qu’on n’a alors rien sur quoi s’appuyer, se fixer, qu’il n’y a pas de sujet ni d’objet, plus aucune pensée erronée ne s’agite… » Et encore : « …sans vous appuyer sur rien, sans vous fixer nulle part, en restant tout le jour comme un idiot qui se laisse porter par le courant des choses. » Ces deux citations proviennent des Entretiens de Houang Po. J’aime à penser que si Pyrrhon avait écrit, il eût... [Lire la suite]
01 mai 2019

PERCEPTION HORS LANGAGE ?

  Par ma fenêtre ouverte je vois une myriade de feuilles délicates, d'un vert tendre, très doucement remuer sous la brise, dans le ciel bleu de printemps. Mais tout cela je le dis parce que je veux décrire, et pour décrire il faut des mots, lesquels vont inévitablement déchirer, morceler ce qui était d'abord une perception globale sans langage. C'était un moment de pur bonheur : je regardais, ou plus exactement, je voyais, quoi ? un tableau d'ensemble, une masse indistincte de formes et de couleurs, avant que par un fâcheux... [Lire la suite]