18 mai 2018

Du PLAISIR comme PRINCIPE

  En allemand la joie se dit "Freude" - voilà qui devait ravir le cher Sigmund ! Et dessiner pour lui un certain destin, un fatum comme on dit en latin, qui signifie originellement "le dit" (de fari, dire). Les Muses, au chevet du nourrisson, ont édicté le signifiant-maître qui dorénavant guiderait les pas de l'enfant, puis de l'adulte. On se demandera si Freud saura se montrer digne de cette vocation, dans sa vie et dans son oeuvre, ce qui n'est évident ni pour l'une ni pour l'autre. S'il est bien vrai qu'elles commencent en... [Lire la suite]

13 décembre 2010

De la PULSION et du CORPS EROGENE

La question du désir étant décidément minée jusqu'au trognon je me demanderai s'il ne vaut pas mieux abandonner cette notion aux idéalistes et autres illuministes de toute farine. Quant à nous, nous en reviendrons aux justes considérations concrètes du besoin et de la pulsion, expressions éminemment corporelles de notre être au monde. Epicure avait montré la voie : cherchez le naturel nécessaire, vous y goûterez le plaisir, sans difficulté ni incommodité. Le premier Freud, je veux dire celui d'avant la seconde topique et la pulsion de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 juillet 2009

De la PEAU et de la SURFACE

La peau est une double surface. Surface externe, elle protège, isole et reçoit des stimulations innombrables. Aussi le sujet se forge-t-il une enveloppe, parfois une carapace pour se protéger, filtrer les informations, repousser le désagréable, accueillir l'agréable. Principe de plaisir -déplaisir et sélection. C'est ce que Freud appelait le pare-excitation. Cette fonction est essentielle pour la survie et l'on ne peut que plaindre le malheureux à qui fait défaut cette indispensable filtre, comme chez le schizophrène, et à moindre... [Lire la suite]