31 mai 2019

De la PAROLE POETIQUE

  Ce qui différencie la poésie de la prose ne se ramène pas à une question de présentation, de mise en forme, ni même de rythme. On peut toujours versifier et rimer, cela ne fait pas encore un poème. Ni même de distinguer des thèmes réputés poétiques que par tradition on abandonne au poète, supposé en parler en connaisseur. Tout cela est secondaire, et ne permet pas de capter l'originalité de l'esprit poétique. En fait il faut chercher en amont, dans la disposition très particulière qui fait le poète : un rapport singulier à la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

29 mai 2019

Des DEGRES de l' ECRITURE : aphasie,poésie,discours

  Le degré zéro de l'écriture c'est le silence de la feuille blanche, qui, à son tour, se différencie entre le  mutisme et l'aphasie. Par mutisme il faut entendre la forme pathologique, où tout l'appareil du langage est pour ainsi dire bloqué dans la gorge. L'aphasie, qui lui ressemble de l'extérieur, est tout au contraire cette réserve de vacuité où se tient celui qui en sait trop pour dire, qualité pyrrhonienne par excellence. L'aphasique est au plus près du réel. Le degré un serait la poésie : c'est un subtil mélange de... [Lire la suite]
14 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (18) - Du travail poétique

      DU TRAVAIL POETIQUE   Depuis que j'ai fini la rédaction de mon grand ouvrage "De la Faille et de la Vérité" je me suis abstenu de toute activité philosophique, estimant avoir mis au net ma propre pensée. Je suis retourné à ma passion fondamentale de la poésie, qu'à dire vrai je n'ai jamais oubliée. J'ai entrepris depuis lors un travail de révision de mes anciens recueils qui dormaient dans mes tiroirs, et de quelques-uns de ceux que j'avais publiés sur ce blog.  C'est toujours une épreuve de relire... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 janvier 2015

NOTES sur le recueil "ECARTELEMENTS"

    Ce texte a somnolé quelques années dans mes tiroirs, passablement oublié, sauf qu'en un recoin obscur de ma mémoire je ne pouvais nier l'avoir commis. J'en avais une représentation fort confuse, et de le redécouvrir ces temps-ci m'a plongé, comme à l'accoutumée, dans un balancement entre le rejet et le désir de le réhabiliter. C'était délicat. Il était quasiment impossible d'y toucher : son achitecture est si serrée, sa langue si particulière, son rythme si haletant et impromptu, que toute modification risquait de le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,