25 mars 2016

POESIE et MUSIQUE

      "Petite pluie clapote sur mon chapeau   Petit canaillou me criaille aux oreilles"   Que pensez-vous de ces deux vers ? Vous l'avez compris, il s'agit de lambiner hors des allées conventionnelles de l'alexandrin. Verlaine se flattait de donner à l'impair ses lettres de noblesse (Art poétique), et s'essaie quelquefois à l'endécasyllable (11 pieds), ce qui est toujours périlleux, car le vers paraît boiteux, et comme un homme ivre, balance de côté en manquant de tomber. La seule solution pour éviter cet... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 août 2015

INTERLUDE III

                                      UN DIEU LA-BAS...     On imagine assez bien la scène.  Le menuisier Zimmer, qui a recueilli Hölderlin depuis six ans dans sa maison au bord du Neckar, montre au poète le dessin d'un temple grec qu'il a exécuté en l'honneur de son hôte, sachant sa passion indéfectible pour la Grèce antique. Hölderlin : "Faites le en bois!". Zimmer : "Je dois gagner mon pain, je n'ai pas la chance... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 04:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 août 2015

INTERLUDE IV

                              Le CHANT des SIRENES     "Et rose elle a vécu ce que vivent les roses..." Le vers, dans une respiration légère, balance délicatement entre "rose", sur le seuil, et "les roses", à la fin, ouvertes comme des corolles. La banalité du propos est transfigurée par le rythme, et l'usage de la rime intérieure, qui donne une sorte de halo suggestif et de vibration infinie. Ajoutez-y la splendeur du ô, rond comme un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 01:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 avril 2015

La POESIE comme CATHARSIS : SCHOPENHAUER

  "S'il se rencontre un vrai poète, il exprime dans son oeuvre la nature intime de l'humanité entière. Tout ce que des millions d'êtres passés, présents et à venir ont ressenti ou ressentiront dans les mêmes situations qui reviennent sans cesse, il le ressent et l'exprime vivement. Ces situations, par leur retour éternel, durent autant que l'humanité elle-même et éveillent toujours les mêmes sentiments". Cette phrase de Schopenhauer convient merveilleusement à la tragédie grecque, dont les ressources sont inépuisables. C'est... [Lire la suite]
17 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE : Présentation

    PRESENTATION   Je mets à profit une panne d’inspiration pour procéder à un petit travail de regroupement  textuel : ces petits essais poétologiques, disséminés au fil, j’ai pensé qu’il serait judicieux de les présenter dans une même rubrique, dans un beau désordre, car enfin il ne s’agit là que d’esquisses, de  vaticinations inspirées par la difficulté et les joies du métier. Nullement de thèses, ou d’affirmations dogmatiques. Par exemple je ne cherche pas à définir la poésie, ni le Beau, ni le Vrai.... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 janvier 2015

NOTES sur le recueil "ECARTELEMENTS"

    Ce texte a somnolé quelques années dans mes tiroirs, passablement oublié, sauf qu'en un recoin obscur de ma mémoire je ne pouvais nier l'avoir commis. J'en avais une représentation fort confuse, et de le redécouvrir ces temps-ci m'a plongé, comme à l'accoutumée, dans un balancement entre le rejet et le désir de le réhabiliter. C'était délicat. Il était quasiment impossible d'y toucher : son achitecture est si serrée, sa langue si particulière, son rythme si haletant et impromptu, que toute modification risquait de le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 janvier 2015

De la VERITE EN POESIE

    De quelle vérité nous parle le poète? D'abord de sa vérité, qui pourait n'être que la sincérité, la conformité du dire avec le senti. Cette idée fonde ce qu'on pourrait appeler la poésie subjective, telle qu'elle a été promue par le romantisme, avec ses suites et ses avatars jusqu'à l'époque contemporaine. C'est davantage la véracité que la vérité au sens propre, ce qui se vérifie dans le fait que le lecteur ne peut apprécier ce genre de poésie que dans la mesure où il partage les mêmes affects, la véracité de l'un (le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
07 janvier 2015

DU TRAVAIL POETIQUE

    Depuis que j'ai fini la rédaction de mon grand ouvrage "De la Faille et de la Vérité" je me suis abstenu de toute activité philosophique, estimant avoir mis au net ma propre pensée. Je suis retourné à ma passion fondamentale de la poésie, qu'à dire vrai je n'ai jamais oubliée. J'ai entrepris depuis lors un travail de révision de mes anciens recueils qui dormaient dans mes tiroirs, et de queles-uns de ceux que j'avais publiés sur ce blog.  C'est toujours une épreuve de relire des textes qui, lors de leur rédaction... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
16 décembre 2014

POESIE et PHILOSOPHIE

    La poésie fut mon premier amour. Elle sera nécessairement mon dernier. Entre ces deux échéances j'aurai connu le pur délice de philosopher. Mais poésie et philosophie sont soeurs jumelles, triplement liées par le goût de la connaissance, de la vérité et de la beauté. Aussi vont-elles main dans la main par les allées du vaste monde, jamais tout à fait pareilles et jamais vraiment séparables. Leur matrice commune, leur demeure inaliénable, leur grandeur et leur souci, c'est le langage, l'amour inconditionnel du langage,... [Lire la suite]
10 décembre 2014

AMUSETTE pour la SAINT GUY

                  AMUSETTE pour la SAINT GUY                                         Si quelque jour je t'abandonne             O poésie ô mon amour             Sans fiffres, clairon ni trombone             Que l'on me pende haut et court             A la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,