30 mars 2012

LA VOIX du FLEUVE

Souvent, au début de l’après midi, je prenais mon vélo, ou le bus, selon le temps, pour me rendre au bord du Rhin, au-delà des forêts marécageuses du Ried. J’aimais m’asseoir au bord de l’eau, toutes affaires cessantes, et je contemplais longtemps les eaux puissantes qui, dans leur cours grandiose, s’écoulaient interminablement devant moi.  C’est le paradoxe du fleuve : il coule et ne tarit pas, il est à la fois devant et derrière, en amont et en aval, présent dans le mouvement sans que ce mouvement ne s’arrête. Où donc... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,