03 juin 2019

UN BIEN MEDIOCRE LECTEUR ! - journal du mai 2019

  Je lis parfois des romans. Mais à dire vrai je suis un médiocre lecteur, qui commence un livre, et très souvent oublie de le poursuivre. Entre temps mon esprit s'est détourné vers d'autres sujets. J'y reviens quelquefois, me promettant de le reprendre et de le finir. J'ai commencé la lecture d'"Au dessous du volcan", de Malcom Lowry, j'en ai reconnu l'extrème qualité, et pourtant j'ai abandonné au bout d'une centaine de pages. Je l'ai repris depuis au moins trois fois, avançant d'une quarantaine de pages - sur une période de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 mai 2019

De la PAROLE POETIQUE

  Ce qui différencie la poésie de la prose ne se ramène pas à une question de présentation, de mise en forme, ni même de rythme. On peut toujours versifier et rimer, cela ne fait pas encore un poème. Ni même de distinguer des thèmes réputés poétiques que par tradition on abandonne au poète, supposé en parler en connaisseur. Tout cela est secondaire, et ne permet pas de capter l'originalité de l'esprit poétique. En fait il faut chercher en amont, dans la disposition très particulière qui fait le poète : un rapport singulier à la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
29 mai 2019

Des DEGRES de l' ECRITURE : aphasie,poésie,discours

  Le degré zéro de l'écriture c'est le silence de la feuille blanche, qui, à son tour, se différencie entre le  mutisme et l'aphasie. Par mutisme il faut entendre la forme pathologique, où tout l'appareil du langage est pour ainsi dire bloqué dans la gorge. L'aphasie, qui lui ressemble de l'extérieur, est tout au contraire cette réserve de vacuité où se tient celui qui en sait trop pour dire, qualité pyrrhonienne par excellence. L'aphasique est au plus près du réel. Le degré un serait la poésie : c'est un subtil mélange de... [Lire la suite]
23 janvier 2019

Se LAISSER ALLER : comment écrire

  J'ai toujours balancé entre la littérature et la philosophie, ne me contentant d'aucune : à l'une manque trop souvent la profondeur, à l'autre l'enjouement. D'où cette obstination à me situer à la jointure, dans un entre-deux infiniment problématique, toujours mouvant et incertain, comme firent autrefois Lucrèce, Montaigne, Pascal et Rousseau, que les lettreux revendiquent pour leur paroisse, et que les philosophes considèrent avec réticence. Mais c'est là un débat pour universitaires en mal d'inspiration. Il faut partir de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
17 janvier 2019

BEAUTE : poème

  Beauté   Comme un soleil automnal suspendu incertain dans le vide, qui jette ses rayons affaiblis, obliques sur la plaine Toi, hélas, tu te tiens flageolant loin de moi, titubant d’existence ambiguë, et plus terne De n’être que cette ombre jetée d’un désir qui ne sait ce qu’il veut, ce qu’il est, Caduc et versatile, à demi effacé, chevelure indécise bleutée de crépuscule. Mais moi qui suis-je sans toi, Beauté toujours perdue, ma gerbe renaissante ? Et toi, qui donc es-tu, de n’être ni d’ici ni d’ailleurs, ma... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 janvier 2019

AMOUR de POESIE : journal du 10 janvier 2019

  En classe de terminale, moi qui avais été fort sérieux et studieux, je décrochai soudainement, passant plus volontiers mes matinées en promenades et en rêveries que dans les salles de classe. Pour moi la ville de Strasbourg était la plus belle du monde, qui offrait mille enchantements, mille lieux favorables à la contemplation. Quand je tente de me représenter ce que j'aimais tant à cette époque lointaine de ma vie, je retrouve instantanément les images des quais qui longent le cours de la rivière, cette Ill qui a donné son... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 janvier 2019

De l' IVRESSE : MARIA CALLAS

  La Callas ! Sublime, elle déclare qu'en entrant en scène elle éprouve une véritable ivresse. Comment ne pas songer à la Pythie, ivre de parfums envoûtants, proférant "de sa bouche délirante" d'obscures sentences inspirées par le dieu.  Ou encore ces tragédiennes austères déclamant à Epidaure les vers de Sophocle, en grec ancien, soudain saisies d'une étrange frénésie, tordues d'angoisse, ou fuminant de saintes colères. Maria Callas était grecque et ce n'est pas un hasard si elle a révolutionné la scène par un génie de... [Lire la suite]
22 octobre 2018

BLANCHEUR MUETTE : POESIE I

  BLANCHEUR MUETTE ,     à mes ami(e)s poètes, lectrices et lecteurs de poésie! Qu'ils soient remerciés ici de leur soutien er de leur amitié.     GUY  AMEDE  KARL         BLANCHEUR   MUETTE   poèmes                                                             ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
31 août 2018

GELASSENHEIT : du laisser-être

  Il existe en allemand un mot qu'il est bien difficile de rendre en français, malheureusement, et qui possède une très riche signification : Gelassenheit, que l'on peut traduire par tranquillité, sérénité. Mais le terme, dans sa composition, implique l'idée d'un laisser (lassen), laisser loin de soi - soucis, préoccupations, passions - et surtout d'un se-laisser, d'un abandon confiant à quelque chose qui possède une suprême valeur. On encore d'un se-laisser aller, se-laisser être, ou vivre, selon sa complexion native et... [Lire la suite]
15 juin 2018

Une FORMATION PHILOSOPHIQUE : journal du 15 juin 2018

  J'ai découvert la philosophie en classe de première. Cette année-là, fort riche de lectures et d'expériences, je me suis frotté à Schopenhauer dans une édition scolaire qui présentait quelques passages essentiels. Rencontre bouleversante : je me crus schopenhauerien, mais sans doute par erreur. J'étais bien incapable de saisir la portée réelle de cette oeuvre, mais je me laissais enchanter par l'intuition du vouloir-vivre, et plus encore par l'appel du néant que je crus y découvrir. Je lisais en poète, ou plus exactement en... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,