07 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant cinquième : 3

                 3     Ton ventre nu dessine une rosaceDe lumineuse incarnationOù dansent, fugaces, les constellations, Au dessus du bocage exquisement fenduBocage où rêvent la douceurLa candeur, le douloir, le nonchaloir,Où le corps exulté se repose Après l'orage. Autres tempsAutres plaisirs, autres tourments Mais la source des plaisirs ne tarit jamaisLes eaux s'écoulent, toujours nouvellesTantôt fortes, rapides, irrésistibles,Bruissantes comme ruisseaux de montagneEt... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant sixième 5

            5   Corps-espritUnique danse,Et si parfois courage manqueEt si le désespoir à l'occasionNous saisit et nous glace,Si de sentir toute la douleur du mondeNous étreint, nous écraseSi d'instant en instant notre vie nous échappe,Si nous glissons comme un navire démâtéSur l'océan insensible du temps,- Redresse-toi mon âme, souviens-toiQue toute chose, belle ou laide, se décompose,Souviens-toi que ce moment présentJamais ne reviendra,Que la douleur autant que le plaisirPasse comme passe le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 20:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
21 juillet 2015

DU PLAISIR : Le principe et la fin. - EPICURE (texte complété)

  Epicure écrit : "le plaisir est le principe et la fin de la vie heureuse". Il est en fait assez difficile de rendre la richesse du texte grec : archè kai télos. Archè c'est le début, mais plus profondément ce qui est au principe, à l'origine, et qui continue d'agir et d'inspirer l'action tout au long du processus, un principe qui commande et ne cesse de commander. Le plaisir est ce principe et ce commandement puisqu'il est incrit dans la disposition de l'être vivant qui se tourne spontanément vers le plaisir en fuyant la... [Lire la suite]
16 décembre 2014

CORPS-UNIVERS : POESIE 3 (recueil, 1 à 4)

           CORPS UNIVERS                 ARGUMENT   Formes dissoutes,images disloquées Dans la déroute du corps-arbre, du corps-maison, de l'architecture ordinaire qui magnifie l'unité et le sens, je ne vois nulle tristesse, mais l'aube d'une nouvelle histoire qui porterait dans l'ordre humain les brillantes révolutions de l'astrophysique, parachevant la décentration initiée par la science. Dissous dans l'univers, mêlé aux milliards de courants de la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 février 2014

ESTHETIQUE du PLAISIR

    La grande erreur est d'imaginer un accroissement infini : on ne parvient jamais au terme, on se lamente, on gémit contre l'ingratitude de la nature, on cultive le ressentiment. La grande sagesse des Grecs s'exprimait dans le "ou mallon" : pas plus, car une fois atteinte, la perfection ne peut souffrir d'aménagement sans se corrompre. Il en va de même du plaisir. Quand la fin (telos) de la nature est atteinte il est vain de chercher plaisir plus intense : "le plaisir dans la chair ne peut s'accroître une fois supprimée... [Lire la suite]
14 janvier 2014

QUE LA JOIE DEMEURE!

    Décidément, la joie est bien autre chose que le plaisir! Si l'on me pressait de m'expliquer je dirais ceci : la joie apparaît, et se renforce et se fortifie dans le sentiment interne, et intense, de sentir, de penser et d'agir en conformité avec sa propre nature, ou, si l'on veut, selon son désir, vécu et affirmé comme loi intime de son être. Ce que j'appelle de longtemps le Daïmon. "Le style, pour l'homme, c'est le daïmon" (Héraclite). Le style : manière d'être, génie personnel, expressivité subjective, vérité... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:05 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

06 novembre 2012

SENSATION et SOUFFRANCE : BOUDDHA

        « Tout ce qui est ressenti a un lien avec la souffrance » (Bouddha : Kaïära Sutta). Comment comprendre cette affirmation quand d’expérience nous ressentons le plaisir du contact, la satisfaction des besoins, et maints autres contentements du corps ou de l’âme ? Pourquoi privilégier l’aspect désagréable, douloureux, irritant, au détriment des expériences dites positives ? On songe invinciblement à Schopenhauer qui déclare que la douleur seule est positive, étant  vécue... [Lire la suite]
29 juin 2009

De la PIPE, et d'autres ADDICTIIONS

La pipe, je parle d'une pipe en bois naturellement, c'est mon délice du petit matin. Dès le réveil, encore tout empesé de rêves et de moiteurs, je pense à ce plaisir à venir qui me donne envie de me lever et de reprendre mes élucubrations philosophiques. C'est que dans mon esprit écrire et fumer sont quasi indissociables. Ajoutez-y le petit café de 10 heures, et voici tout prêt le cocktail de mon exaltation privée. C'est du vice, sans aucun doute, mais connaissez-vous des gens qui vivent sans le recours au moindre excitant? Sans ces... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
16 mars 2009

HEDONISME et ANHEDONIE

L'eudémonisme est la philosophie du bonheur. L'hédonisme la philosophie du plaisir. On a tort de confondre les deux, et notamment de considérer l'épicurisme comme une recherche aveugle, instinctive et animale des plaisirs, notamment physiques. Le plaisir épicurien est toujours mesuré, calculé dans une sorte de mathématique des douleurs et des plaisirs, dont la fin ultime n'est pas la débauche physiologique, mais l'harmonie du corps et de l'esprit : aponie, absence de douleurs pour le corps, ataraxie : absence de troubles de l'âme.... [Lire la suite]
07 janvier 2009

DU PLAISIR DE PENSER

L'épicurisme passe, à juste titre d'ailleurs, pour une pensée du plaisir. J'en ai traité abondamment dans ce blog. Mais l'inverse est vrai également : plaisir de penser. Encore que ce plaisir ne soit pas en lui-même le souverain bien, lequel se situe peut-être au delà de tout effort, fût-ce de penser. Le vrai bonheur est un état, non une démarche. Mais l'humanité étant ce qu'elle est, soumise aux aléas de la Fortune, aux nécessités naturelles et à toutes les incertitudes de la vie relationnelle, le bonheur est rarement accessible,... [Lire la suite]