18 juin 2018

Une FORMATION PHILOSOPHIQUE II : journal du 18 juin

  Lorsque, âgé de vingt-trois ans, je pris mes fonctions de professeur de philosophie, j'en savais à peine plus que mes élèves. J'avais certes étudié quelques auteurs - et encore avec tant de désinvolture ! - j'avais réussi le concours, je ne sais comment ! - mais j'étais un jeune homme sans véritable culture, en un mot j'avais tout à apprendre. Je ne risquais pas de jouer au maître savant, tout au contraire, ce qui me rendait fort disponible à mes élèves, dont j'apprenais autant que je leur apprenais. Je me souvins alors d'un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

12 juin 2018

Ne fais rien et le Tao fera tout pour toi : fantaisie

  Parvenu sur ma colline, je songe à ramasser autour de moi tous mes fragments épars, sachant de science sûre qu'ils ne sauraient faire un tout, mais une sorte de collection composite, diaprée, translucide, percée de trous, rabibochée de bric et de broc. L'unité, s'il en est une, ne vient pas de la matière, mais du sujet pensant et écrivant, comme lorsque Montaigne déclare : "je suis moi-même la matière de mon livre". Mais si je parle de moi c'est toujours par la bande, de biais, à la fois sujet particulier et pensant dans... [Lire la suite]
19 mars 2018

POESIE et PHILOSOPHIE : LUCRECE

                                                                                                                                                         ... [Lire la suite]
19 février 2018

La PHILOSOPHIE est-elle thérapeutique ?

  Notre ami Frédéric (clic) s'est armé du bâton de la vérité pour vilipender les marchands de "vie philosophique", nouvelle mouture de la récupération médiocratique universelle. Je dis "universelle" car ces gens- là ont le génie de reconvertir en prêts-à porter tout terrain, sans autre scrupule, tout ce qui se fait laborieusement dans les laboratoires de la pensée. Le plus difficile, ce qui s'est constitué avec patience, peine et travail, miraculeusement, instantanément, devient comestible : il suffit de lire, puis... [Lire la suite]
18 juillet 2017

Note sur "Le Chant des origines": 2

  Ce fut une étonnante expérience. J'en parle au passé, car il me semble que pour l'essentiel l'oeuvre est faite. Quatre semaines d'inspiration ininterrompue, c'est tellement extra-ordinaire, tellement rare, tellement gratifiant que je ne saurais assez célébrer la divine Muse. Pensez donc : se réveiller avec des idées plein la tête, écrire presque d'un jet tous les matins, être en gestation quasi permanente, que parfois cela en devient presque pénible ! Mais quoi, je ne me plaindrai pas : ce fut une fête, et maintenant que le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 juillet 2017

NOTE sur "Le Chant des Origines"

    Le livre avance. Commençant, je n'avais aucune idée claire de ce que je voulais dire. C'était une nécessité impérieuse, irrésistible. Rejetant toute critique, tout sujet de doute, je me suis jeté à l'eau, et depuis je nage, plutôt pas mal, à mon goût. Je refuse de considérer ce que cela peut valoir en terme de qualité littéraire ou philosophique. C'est tout simplement une exposition de ma sensibilité et de ma pensée, telles qu'elles m'apparaissent à moi-même. Il ne faut point trop se soucier du lecteur, tout au long de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 octobre 2016

PHILOSOPHIE et LITTERATURE face au REEL

    Frappé de stérilité, je me réfugie dans les lectures historiques, comme je fais d'habitude en ces cas-là. Ce n'est pas désagréable, tant s'en faut, mais peu satisfaisant, au total. Dans la lecture, quoi qu'on en dise, il y a une dimension passive qui finit par m'agacer, ce qui fait que je n'apprécie que les oeuvres courtes, qui vous saisissent d'un coup, et vous laissent pantelants au bord du chemin. C'est particulièrement vrai des oeuvres philosophiques, car une idée forte et vraie peut s'exprimer en peu de mots : le... [Lire la suite]
17 août 2016

LETTRE OUVERTE A FREDERIC SCHIFFTER

  Votre dernier article, cher Frédéric, m'a fait beaucoup songer. Vous demandiez à quoi peut bien servir la philosophie si elle ne soigne aucun des maux du genre humain, ne soulage nulle douleur, et en somme ne contribue en rien au bonheur. Votre réponse, fort attendue du reste, tomba comme un couperet : à rien. Ma foi, je ne saurais vous donner tort. J'envisageais d'approfondir un peu la question en interrogeant plus avant le sens de ce "servir" (être utile ou s'asservir ?), servir à quoi, à qui, selon quel dispositif de forces... [Lire la suite]
19 mai 2016

POUVOIR et PUISSANCE

  La philosophie n'est pas un pouvoir. L'Etat est un pouvoir, avec son administration, sa police et son armée. La finance est un pouvoir.  Face à ces géants, la philosophie compte pour rien. "Combien de bataillons" demande Staline au sujet du Vatican. Mais, face à la philosophie, même le Vatican est un pouvoir, et pas des moindres. Parfois, irrités par cette absence flagrante de pouvoir, qu'ils confondent avec l'impuissance, certains philosophes rêvent de devenir des tyrans, ou des despotes éclairés, d'exercer une influence... [Lire la suite]
16 décembre 2014

POESIE et PHILOSOPHIE

    La poésie fut mon premier amour. Elle sera nécessairement mon dernier. Entre ces deux échéances j'aurai connu le pur délice de philosopher. Mais poésie et philosophie sont soeurs jumelles, triplement liées par le goût de la connaissance, de la vérité et de la beauté. Aussi vont-elles main dans la main par les allées du vaste monde, jamais tout à fait pareilles et jamais vraiment séparables. Leur matrice commune, leur demeure inaliénable, leur grandeur et leur souci, c'est le langage, l'amour inconditionnel du langage,... [Lire la suite]