21 mars 2017

D' UNE RIVE à l' AUTRE :méditation

  Il est bon de voyager en tous sens, de parcourir toutes sortes de pensées, d'hypothèses et de styles, mais il faut savoir revenir chez soi, "plein d'usage et raison", et faire de temps en temps le bilan de ses pérégrinations. En fait, je suis toujours tout près de ma demeure, alors même que je butine de droite et de gauche, car en toute pensée étrangère je me pose la question : en quoi cela me concerne-t-il ? Que puis-je retirer, pour mon propre usage, dans ce texte que je lis, ou feuillette à l'aventure, cherchant à y déméler... [Lire la suite]

21 novembre 2016

UN CURSUS PHILOSOPHIQUE

  Je m'interroge : quelle a été la motivation intérieure qui m'a déterminé à choisir la philosophie, plutôt que les lettres, ou la philologie classique, pour lesquelles j'avais autant, sinon plus, de dispositions intellectuelles ? Il s'agissait de choisir un métier, et je n'avais pas envie d'enseigner ce pourquoi je me réservais dans mon intimité, à savoir écrire selon mon goût, en toute liberté. J'avais fait voeu de littérature, je me destinais corps et âme à la poésie et je ne voulais trahir cette nécessité intérieure en... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 juin 2014

Le DIABLE et le DRAGON

        Quand le sujet s'engage à titre personnel dans la démarche philosophique, c'est pour la vie. Je conçois difficilement qu'il puisse un jour "se défroquer" - sauf à opérer une sorte de seppuku, à la manière du samouraï, estimant que l'affaire n'en vaut pas la peine, ou que tous les problèmes sont résolus, éventualité fort improbable. Reste la lassitude, ou le désenchantement, que pour ma part je n'éprouve nullement. Je reste de l'avis d'Epicure déclarant que parmi les activités humaines, toutes orientées... [Lire la suite]
17 mai 2011

Du PHILOSOPHER comme PRATIQUE INTEGRALE : EPICURE

"Tu es en vieillissant tel que moi je conseille d'être, et tu as su bien distinguer ce qu'est philosopher pour soi et ce qu'est philosopher pour la Grèce ; je m'en réjouis avec toi" (Epicure: Sentance vaticane, 76). Ceux qui "philosophent pour la Grèce", dans ce contexte, sont les rhéteurs soucieux de réputation, qui jouent au guide spirituel, au conseiller du prince, au prophète inspiré. Ceux qui font semblant de philosopher (sentance 54). Cette idée prend un relief plus fort encore si l'on évoque la sentance 45 : "Ce ne sont pas... [Lire la suite]
19 décembre 2010

Les TROIS ETAGES du PHILOSOPHER

Philosopher c'est en premier lieu dialoguer avec soi-même. Sentir ce qui est vécu, éprouvé, dans le corps, dans le Thymos, et dans l'esprit. Ne pas évincer les pensées déplaisantes, les accueillir, les analyser parfois, et souvent les laisser simplement passer comme des nuages dans le ciel. Toutes les impressions sont à vivre comme telles, mais le plus souvent elles ne sont que réaction. Les idées de même, quand elles ne se gèlent pas en idées fixes, en bavardage ou en rumination. C'est déjà un grand art de distinguer ce qui mérite... [Lire la suite]
07 mai 2007

Médecine de l'âme

Dans l'Antiquité la sagesse impliquait le choix personnel d'un style de vie, d' un "ethos", généralement fondé sur une conception du monde, une physique. C'est particulièrement net pour les épiciriens, les stoïciens, les cyrénaïques, les cyniques et les sceptiques. Epicure déclare, par exemple, que la philosophie n' a aucune raison d'être si elle ne contribue au bonheur. La connaissance n'est pas négligée,mais elle n'est pas une fin en soi, pas plus que la fortune, ou la plupart des biens. Elle doit servir à mieux vivre,... [Lire la suite]