17 mai 2017

POESIE et PHILOSOPHIE

  Question classique : est-il possible d'exprimer des idées en poésie sans tomber dans l'artifice, le verbiage ou l'intellectualisme ? Il est de bon ton de condamner "la poésie philosophique", et il est bien vrai qu'il existe peu d'oeuvres de ce genre, à ma connaissance, qui soient dignes d'être lues et retenues. Le maître en l'espèce, incontestablement, peut-être le seul qui y ait réussi pleinement, c'est Lucrèce. Je m'y réfère constamment, remarquant au passage que les citations de Lucrèce sont les plus abondantes dans les... [Lire la suite]

17 février 2016

De l'EMPATHIE

  L'empathie, que la psychologie récente prend le soin de distinguer de la sympathie, encore que les deux termes soient manifestement synomymes, serait une aptitude subjective à dépasser l'égocentrisme spontané pour se mettre à l'écoute de l'autre, et nommément de sa souffrance - ce que désigne clairement le "pathie" - ou, si l'on veut, à entendre le "pathos". Le risque, c'est bien évident, est de sombrer dans le pathos à deux, de se mélanger ensemble dans la souffrance, de développer une sorte de confusion sentimentale, ou de... [Lire la suite]
28 juin 2010

De la PITIE : le pathos et l'intellect

"Qu'il est doux, par grande mer, les vents tourmentant la surface des flots Depuis la terre d'assister au dur labeur d'autrui..."        Lucrèce ne prêche pas l'insensibilité, le froid dédain de la souffrance d'autrui, mais se réconforte lui-même d'avoir trouvé, "retiré dans les temples sereins des sages" les lois immuables de la nature, et le calme, et la sérénité de l'esprit. Est-il bien raisonnable en effet, de souffrir de la souffrance d'autrui, ajoutant la souffrance à la souffrance,... [Lire la suite]